Mondial 2022. Les Marocains retiennent leur souffle

L’équipe nationale affronte les doubles champions du monde français, ce mercredi 14 décembre à 20 h, au stade Al Bayt à Al Khor. Cette demi-finale de la Coupe du monde 2022, aussi inédite qu’inattendue, s’annonce passionnante à la lumière de l’élan populaire suscité par les Lions de l’Atlas.

Mondial 2022. Les Marocains retiennent leur souffle

Le 14 décembre 2022 à 15h20

Modifié 14 décembre 2022 à 19h04

L’équipe nationale affronte les doubles champions du monde français, ce mercredi 14 décembre à 20 h, au stade Al Bayt à Al Khor. Cette demi-finale de la Coupe du monde 2022, aussi inédite qu’inattendue, s’annonce passionnante à la lumière de l’élan populaire suscité par les Lions de l’Atlas.

La FIFA ne s’est pas trompée en titrant sur son site internet "Un mercredi historique en vue au Qatar". Ce mercredi 14 décembre à 20 h, le Maroc joue la demi-finale d’une Coupe du monde qui fera date.

Un territoire inconnu pour l’équipe nationale, depuis l’élimination de l’ogre portugais en quart de finale, où elle croisera la France, tenante du titre et qui dispute sa quatrième demi-finale depuis le sacre de 1998, confortant ainsi sa place de grande nation du football de sélection.

Les Bleus seront toutefois confrontés à des Marocains qui auront le couteau entre les dents, mais aussi à l’extraordinaire élan populaire qui portera le Maroc dans un stade d’Al Bayt presque entièrement acquis à sa cause. Le brouhaha annoncé est le reflet de l’espoir suscité. Selon différentes sources, environ 40.000 supporters marocains sont attendus.

Le Maroc porté par un grand souffle arabe et africain

Des milliers de fans de l’équipe nationale sont attendus dans l’écrin qatari. Entre la diaspora maghrébine, les supporters déjà sur place et les Marocains qui les ont rejoints via les vols spéciaux affrétés par la Royal Air Maroc (RAM), la marée Rouge sera au rendez-vous. Les Bleus savent à quoi s’attendre. 

"Il y aura un climat hostile", commente Hugo Lloris, capitaine et gardien de l’équipe de France en conférence de presse d’avant-match. "Il faudra être prêt à élever notre niveau et à nous surpasser", a-t-il déclaré, avant d’assurer que ses coéquipiers sont animés par la volonté de marquer l’histoire en remportant un second titre mondial consécutif. 

Les hommes de Walid Regragui seront quant à eux portés par un grand souffle arabe et africain, dont il est le premier représentant en demi-finales d’un Mondial. "On veut mettre l’Afrique sur le toit du monde", a annoncé le sélectionneur en conférence de presse d’avant-match. "Peut-être qu’on est fou, mais c’est bien d’être fou, non ?"

Un brin de folie est en effet nécessaire dans cette quête qui l’est tout autant, porteuse d’une ambition démesurée mais à la hauteur des capacités des Lions de l’Atlas, en dépit d’un passif entre les deux équipes en faveur des Français.   

Première confrontation en Coupe du monde 

Arbitrée par le Mexicain César Ramos, qui avait dirigé la victoire du Maroc contre la Belgique (2-0), la rencontre de ce soir sera la première confrontation entre les deux équipes en Coupe du monde. Sur les cinq oppositions entre le Maroc et la France, lors de la période allant de 1988 à 2007, trois ont eu lieu sur la période 1998-2000, parmi lesquelles deux lors du tournoi Hassan II à Casablanca. 

Le 29 mai 1998 au stade Mohammed V à Casablanca, le Maroc avait battu la France aux tirs au but (6-5), après un match nul animé (2-2) où les Bassir, Naybet et Hadji avaient contrarié la bande à Zidane qui allait être auréolée d’un titre de champion du monde quelques semaines plus tard. 

Le 6 juin 2000, toujours dans la capitale économique, Thierry Henry and co avaient pris leur revanche, en étrillant le Maroc (5-1), à l’aube de leur victoire à l’Euro 2000. La dernière confrontation entre les deux équipes s’est tenue le 16 novembre 2007. Le Maroc du défunt Henry Michel avait accroché les Bleus au stade de France (2-2). Ce soir, l’occasion sera belle pour prendre l’avantage dans les confrontations directes. 

El Yamiq et Dari probablement associés

Le mérite considérable de l’équipe nationale n’est pas seulement de défendre comme un seul homme, mais aussi d’être arrivée là où personne ne l’attendait. Et cela même après avoir entamé la compétition dans 'le groupe de la mort', et perdu en route l’un de ses meilleurs défenseurs, Nayef Aguerd, alors que Romain Saïss a fait montre de bravoure en jouant les 90 dernières minutes sur une jambe.  

Touché à la cuisse face à l’Espagne en huitième de finale, l’ancien du FUS sera probablement forfait et laissera encore une fois sa place à Jawad El Yamiq. Le défenseur central du Real Valladolid a épaté en quart de finale face aux Portugais par son autorité, sa science du placement et son jeu aérien. Il pourrait être associé à Achraf Dari.

L’association de l’ancien défenseur du Wydad de Casablanca, poussé sur le banc à Brest, avec Jawad El Yamiq a été travaillée à l’entraînement. Sans être transcendant, Dari a été l’auteur d’une rentrée encourageante face au Portugal, même si ses fautes de concentration et ses tacles à retardement auraient pu coûter très cher à ses coéquipiers.

Côté français, le défenseur Dayot Upamecano et le milieu Adrien Rabiot sont malades. Une décision devait être prise ce matin par le staff tricolore au sujet de leur titularisation. Ces joueurs ont manqué les deux dernières séances d’entraînement collectif.

Attaque de feu contre défense de glace 

La fraîcheur physique sera également un facteur déterminant, sachant qu’en termes de temps de jeu moyen, les Marocains ont été plus sollicités (402’) que leurs adversaires du soir (351’).

Pour Didier Deschamps, le Maroc "est une très bonne équipe qui a une structure défensive très difficile à mettre en échec. En plus, ils ont des éléments offensifs de grande qualité. Ils n’auraient pas pu atteindre ce stade de la compétition sans être bons dans les deux surfaces de réparation", a souligné, en substance, le coach de l’équipe de France. 

Fissurer la muraille marocaine qui n’a concédé qu’un but en cinq matchs - un improbable c.s.c de Nayef Aguerd - ne sera pas une mince affaire. Les Bleus ont identifié les pertes de balles marocaines en phase de transition offensive comme le principal point faible des Lions de l’Atlas. 

L’équipe nationale devra quant à elle s’appuyer sur ses forces, et cette manière de défendre comme un seul homme, pour ne pas trop souffrir face à Mbappé, avec un milieu de terrain qui aide en permanence Achraf Hakimi. Mais aussi exploiter les failles d’un côté gauche français attaquable.

Le temps des retrouvailles 

A l’instar d’Achraf Hakimi et de Kylian Mbappé au PSG, de nombreux internationaux marocains et français se sont côtoyés en club, où des relations amicales ont été nouées. Nayef Aguerd avait prédit ces retrouvailles quelques semaines plus tôt, quand il lançait à son coéquipier à West Ham, Alphonse Areola, gardien de l’équipe de France : "On passe les groupes et on vous retrouve en demie ou en finale."

L’ancien Rennais retrouvera aussi son ex-coéquipier, Eduardo Camavinga (2020). Le latéral Noussair Mazraoui rencontrera dans le camp d’en face ses partenaires Kingsley Coman, Dayot Upamecano et Benjamin Pavard ; ce dernier a également côtoyé Soufiane Boufal au Losc Lille (2015-2016).

Le jeune ailier Ez Abde est un proche de Ousmane Dembélé, dont la femme est d’origine marocaine. Les deux hommes avaient sympathisé l’an dernier avant que le Marocain ne soit prêté à Osasuna cette saison. Yassine Bounou a côtoyé Antoine Griezmann à l’Atlético Madrid (2014-2016), avant de devenir un ami de Jules Koundé à Séville, où ce dernier avait l’habitude de défendre sur Youssef En-Nesyri aux entraînements. 

Azzedine Ounahi et Youssouf Fofana se sont croisés au Racing Club de Strasbourg. Enfin, Olivier Giroud se souvient certainement du pied gauche de Hakim Ziyech du temps où ils partageaient le même vestiaire à Chelsea. Une décennie plus tôt, l’attaquant français avait en outre joué quelques semaines avec le sélectionneur national Walid Regragui. Ils ont porté les mêmes couleurs, celles de Grenoble.

Mais ce soir, les amitiés seront mises de côté pour laisser place à une bataille intense et acharnée. Car en s’offrant la première demi-finale de son histoire, l’équipe nationale a essaimé les raisons de croire à une finale mythique de Coupe du monde, où l’attendraient les Argentins de Lionel Messi. 

Voici les compositions d'équipes :

Maroc (5-4-1 / 3-4-3) :

Yassine Bounou, Achraf Hakimi, Nayef Aguerd, Jawad El Yamiq, Romain Saïss, Noussair Mazraoui, Sofyan Amrabat, Azzedine Ounahi, Soufiane Boufal, Hakim Ziyech et Youssef En-Neysiri ;

France (4-4-2 / 4-3-3) : 

Hugo Lloris, Jules Koundé, Ibrahima Konaté, Rafael Varane, Théo Hernandez, Aurélien Tchouaméni, Youssouf Fofana, Antoine Griezmann, Kylian Mbappé, Ousmane Dembélé, Olivier Giroud ;

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Upline Capital Management: FCP “CIMR MONETAIRE PLUS” Rapport du commissaire aux comptes exercice du 1er Janvier 2023 au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.