χ

Mondial 2022. Contre la Croatie, le Maroc en quête d’exploit

Contrairement à 2018, l’équipe nationale ne sera pas favorite pour son premier match de Coupe du monde. Elle affronte la Croatie ce mercredi 23 novembre, au stade Al Bayt à Al-Khor à Doha. Elle a néanmoins pas mal d'atouts.

Mondial 2022. Contre la Croatie, le Maroc en quête d’exploit

Le 23 novembre 2022 à 10h00

Modifié 23 novembre 2022 à 14h16

Contrairement à 2018, l’équipe nationale ne sera pas favorite pour son premier match de Coupe du monde. Elle affronte la Croatie ce mercredi 23 novembre, au stade Al Bayt à Al-Khor à Doha. Elle a néanmoins pas mal d'atouts.

Au bord de la crise il y a quelques mois, le Maroc se présente au Qatar avec l’espoir de se hisser en huitièmes de finale du Mondial 2022. Premier rendez-vous de cette épopée que l’on espère au long court, les vice-champions du monde croates, ce mercredi 23 novembre, à partir de 11h sur Arryadia TNT.

Sous 28 degrés et un taux d’humidité de 50%, le Maroc lancera donc sa compétition au stade Al Bayt, où les supporters marocains sont attendus en nombre. Ce match sera le premier d’un groupe F, où il est plus facile d’y entrer que d’en sortir. Le Onze de départ, aligné en 4-3-3, est le suivant :

- Y. Bounou dans les buts, protégé par un quatuor défensif composé de Achraf Hakimi, Romain Saïss, Nayef Aguerd et Noussair Mazraoui ;

- Au milieu, Soufiane Amrabet aura la charge d’assurer l’équilibre du bloc équipe. Plus haut, A. Ounahi et S. Amallah devront alimenter le trio d’attaquant Ziyech-En-Neysiri-Boufal.

Ambiance autour du stade Al Bayt au Qatar avant le match Maroc-Croatie

Un rapport de forces qui doit convoquer l’humilité 

A l’image du Canada, l’équipe nationale a la chance d’être épargnée par la lumière qui nimbe la Belgique et la Croatie, comme l’a rappelé Walid Regragui en conférence d’avant-match. "Les Croates sont les favoris dans ce match, ils ont joué la dernière finale et alignent un Ballon d’Or en la personne de Luka Modric."

Le sélectionneur national semble conscient que ses joueurs ont l’opportunité d’avancer cachés dans un groupe où il faudra espérer que les autres soient tout de même dans un mauvais jour au moment de les rencontrer.

Le rapport de force théorique doit également rappeler le sélectionneur à son humilité plutôt qu’à son envie de bien jouer, comme l’a montré l’Arabie saoudite en venant à bout des Argentins. "Il faudra être cohérent dans le jeu, avec ou sans le ballon. Le milieu de terrain sera important", précise le sélectionneur national.

Pour le moment, comme si l’adversité qui les attend les avait soudainement rapprochés, les Marocains ne semblent pas trop mis sous pression à l’heure d’affronter la Croatie. Mais derrière cette apparente décontraction, le Maroc a aussi des soucis.

Ambiance dans la Fan Zone inwi au Complexe Mohammed V avant le match Maroc-Croatie

Un milieu de terrain sans expérience

D’abord, les états de formes disparates symbolisent une équation que le match de préparation contre la Géorgie (3-0) n’a certainement pas suffi à résoudre. Ensuite, on ne sait pas grand-chose d’une équipe outillée avec un milieu de terrain sans expérience de ces altitudes.

D’autant que l’absence de repère collectif par rapport à la nouvelle stratégie mise en place par Walid Regragui interroge. En estimer les conséquences est un exercice délicat. Il n’est toutefois pas nécessaire de trancher entre ceux qui jugent que le Maroc sera mieux dirigé par Walid Regragui que par Vahid Halilhodzic.

D’ordinaire, l’homme qui qualifie une nation à une Coupe du monde est celui qui la guide dans la grande aventure. Mais le technicien bosnien est un cas à part. A cause des relations conflictuelles qu’il entretenait avec certains joueurs, il a été laissé au bord de la route vers le Mondial 2022 par la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Nommé le 31 août, le nouveau sélectionneur national a été choisi pour aplanir les différends, illuminer l’automne de l’équipe nationale et tirer les Lions de l’Atlas vers l’esthétisme, la fluidité et un jeu traversé par d’autres principes.

Le sélectionneur national doit maintenant convaincre son groupe que c’est parfaitement possible et que le pouvoir d’adaptation est inépuisable. "Je crois en notre préparation, en notre collectif. On ne sera pas facile à jouer à coup sûr", a-t-il affirmé lors de sa conférence de presse d’avant match.

Néanmoins, il serait plus judicieux pour Walid Regragui et ses hommes de se retrancher derrière des certitudes plus étriquées, mais qui s’accordent avec les exigences d’une Coupe du monde où, jusqu’à présent, il est plus facile de gagner sans posséder le ballon.

Ambiance autour du stade Al Bayt au Qatar avant le match Maroc-Croatie

Battre la Croatie pour être plus ambitieux

L’histoire de Walid Regragui montre que le pragmatisme lui sied à merveille. L’ancien entraîneur du Fus de Rabat a fait preuve d’une certaine flexibilité en matière de tactique et de philosophie tout au long de sa carrière d’entraîneur. Par moment, il accordait plus d’importance aux résultats qu’aux performances et ne s’en cachait guère.

L’équipe nationale ne compte certes qu’une poignée d’ex-mondialistes. Mais elle a pris tellement d’orages sur la tête ces derniers mois qu’un résultat positif face à la Croatie pourrait faire grandir ses ambitions. Pour une nation qui dispute sa 6e Coupe du monde, le curseur de la réussite doit tout de même être rehaussé. Avant, ne pas se qualifier au Mondial était un échec. Désormais, ne pas se qualifier en 8e sera considéré comme tel. Mais comme on dit, un match après l’autre. Place à la Croatie.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SONASID: Communiqué post AGO du 21 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.