χ

Mondial 2022. Autopsie des forces et faiblesses de la Croatie

Point fort d’une équipe pragmatique, le milieu de terrain croate pilote un jeu très orienté vers les ailes, mais quelquefois dépassé sur les phases de transitions offensives rapides.

Cré[email protected]

Mondial 2022. Autopsie des forces et faiblesses de la Croatie

Le 21 novembre 2022 à 18h01

Modifié 21 novembre 2022 à 18h01

Point fort d’une équipe pragmatique, le milieu de terrain croate pilote un jeu très orienté vers les ailes, mais quelquefois dépassé sur les phases de transitions offensives rapides.

En match d’ouverture du groupe F de la Coupe du monde 2022, l’équipe nationale affronte au stade Al Bayt, les vice-champions du monde croates, ce mercredi 23 novembre à 11 h. Une entrée en lice autrement plus ardue que celle du mondial 2018 face à l’Iran.

Certes, depuis la Coupe du monde en Russie, la Croatie a perdu des joueurs de classe internationale, comme Rakitic et Mandzukic, partis à la retraite, et s’est fait sortir en 8e de finale de l’Euro 2020 par l’Espagne. Mais l’équipe au damier a retrouvé un second souffle en décrochant sa qualification en demi-finales de Ligue des nations A, aux dépens des champions du monde français.

Cette réussite doit beaucoup au trio du milieu de terrain, où Mateo Kovacic a pris le relais de d’Ivan Rakitic et où Modric règne toujours, surtout en position haute. Le triangle inversé de l’entrejeu est complété par la qualité de passe et l’activité défensive de Marcelo Brozovic, nécessaire à l’équilibre de l’équipe.

Autopsie d’un adversaire qui multiplie les sources de danger, mais fébrile lorsqu’il s’agit de défendre aux abords de sa surface de réparation et sur des attaques rapides.

Marcelo Brozovic garant défensif de l’équipe 

En poste depuis octobre 2018, le sélectionneur Zlatko Dalic n’a pourtant pas donné une véritable identité de jeu à son équipe. Pour preuve, en Ligue des nations, la Croatie a marqué trois de ses huit buts sur corners, deux à l’extérieur de sa surface de réparation, deux sur attaque rapide et un seul sur attaque placée.

Ainsi, sous le mandat de Dalic, la Croatie, essentiellement déployée offensivement en 4-3-3, possède le ballon un peu plus de la moitié du temps et ne choisit pas systématiquement de repartir au sol. Elle opte parfois pour un jeu très direct, quitte à sauter son milieu de terrain, tout en étant latérale dans son animation offensive et performante sur les phases arrêtées.

Mais une constante se dégage : le rôle central du trio au milieu de terrain composé de Brozovic, Modric et Kovacic. Marcelo Brozovic est le milieu le plus reculé. Titulaire inamovible, sa présence en pointe basse permet en phase de possession au duo Kovacic-Modric d’évoluer plus haut et à l’équipe de mieux prévenir les contres adverses.

En phase défensive, le positionnement de Brozovic permet à Modric et Kovacic de s’impliquer davantage dans le pressing. Ils sortent à tour de rôle à la hauteur de l’attaquant, pendant que les joueurs de couloir gèrent la largeur, quitte à redescendre très bas.

Sur les phases de repli, le fait que Brozovic se situe en milieu plus reculé favorise et couvre les jaillissements de Modric. Le joueur de l’Inter est d’ailleurs celui qui a réalisé le plus d’interceptions par match en Ligue des nations (5), juste derrière ses défenseurs centraux.

Modric et Kovacic en métronome 

L’apport de la paire Modric-Kovacic est également déterminant. Sa capacité à renverser le jeu, à l’image du but contre l’Arabie saoudite, conditionne la réussite des décalages croates et des dédoublements entre le latéral et l’ailier. Passeur décisif pour Kramaric dans ce match, Modric est le deuxième de son équipe au nombre de passes longues données (7/match).

L. Modric oriente le jeu vers A. Kramaric, libre sur l'aile gauche

Cette réalisation tardive (83’) du futur adversaire de l’équipe nationale reflète un choix marqué pour les actions sur les ailes. En Ligue des nations, la Croatie était l’une des équipes qui centrait le plus (14) et avec réussite (39%). La majorité de ces centres provient de l’aile gauche, souvent occupée par Ivan Perisic (6,4 centres/match).

La nature soliste de ses ailiers, que ce soit Rebic ou Perisic, joueurs percutants et dribbleurs mais moins habiles dans les échanges, justifie ce choix. Si le Maroc choisit de gérer la largeur à seulement trois milieux de terrain, il finira pas faciliter la tâche aux Croates et à faire pleuvoir les centres dans la surface.

Dans la fabrication moins directe des actions, le duo Modric-Kovacic n’est pas moins influent. Ils décident du rythme et décrochent tour à tour, surtout si la ligne arrière peine à faire progresser le ballon. Même si idéalement, le ‘Blues’ de Chelsea et le Madrilène sont plus utiles dans les 30 derniers mètres adverses.

Plus cette paire sera trouvée en position haute, plus le danger sera grand pour le Maroc. Une fois installés dans le camp adverse, Modic comme Kovacic cherchent donc des décalages sur les ailes, mais aussi des positions de tir depuis l'extérieur de la surface de réparation (8 à eux deux en Ligue des nations).

Fébrile sur attaques rapides

La troisième meilleure défense de Ligue des nations a encaissé la moitié des six derniers buts sur des tirs à partir de l’extérieur de la surface de réparation. C’est la principale lacune défensive de la Croatie.

Le danois C. Eriksen a le temps de contrôler le ballon, de se retourner et de tirer sans être gêné

Alors qu’ils figurent parmi les meilleurs défenseurs du moment, Josko Gvardiol et Caleta Car ont pour point commun d’avoir des difficultés à gérer la profondeur dans leur dos, mais aussi et surtout leur incapacité à monter rapidement sur le porteur du ballon, à l’entrée de la surface. Sans oublier une relance approximative sous pression.

En outre, Brozovic a parfois du mal à gérer les déplacements sur toute la largeur, quand ses coéquipiers du milieu de terrain sont éliminés sur des transitions offensives rapides. La lourde défaite croate face à l’Autriche en est le parfait exemple.

Ce revers (3-0) a également mis en évidence les conditions dans lesquelles la Croatie est la plus susceptible de perdre. Le 3 juin dernier, l’Autriche avait en effet bien préparé son plan de jeu, en décidant de se délester du ballon (62%) au profit de son adversaire.

Ce qui n'a pas empêché les hommes de Ralf Rangnick de transpercer les lignes défensives croates à plusieurs reprises (8 tirs cadrés à 3). A défaut d'être territoriale, la domination des Autrichiens s’est signalée sur le danger des occasions créées (xG 1,45).

D’ailleurs lorsque la Croatie est poussée par son adversaire à avoir le contrôle du ballon, Modric and Co concèdent plus d'occasions par match que leur adversaire. Le xG de la Croatie est également inférieur à celui de l’opposant (Autriche, Arabie saoudite) dans cette configuration.

Livakovic fébrile sur les tirs à l’entrée de la surface de réparation 

L’autre élément important en vue de la rencontre de ce mercredi, c’est le peu d’intensité mis dans les challenges généralement par la Croatie, notamment en termes de duels, tacles et interceptions par possession adverse (4,6). Le Maroc a tout intérêt à se montrer plus actif dans ce domaine pour annihiler le pouvoir de nuisance adverse.

Pour récapituler, le meilleur moyen de battre la Croatie sera de leur céder la possession du ballon et d’opter pour des transitions rapides, notamment sur les ailes. Cette option est motivée par l’incapacité de la sentinelle, Brozovic, à couvrir seule toute la largeur du terrain.

Une défaillance qui offrira également aux attaquants et milieux de terrain marocains l’espace nécessaire pour tenter leur chance hors de la surface de réparation. Deux réalisations sur les six encaissées par la Croatie en Ligue des nations l’ont été sur des séquences de jeu similaires. Surtout que le gardien croate a montré des faiblesses dans l'exercice.

Dominik Livakovic est le portier qui a disputé le plus de matchs sous les ordres de Dalic, devançant en la matière Ivo Grbic et Ivica Ivusic. Le dernier rempart du Dinamo Zagreb est régulier dans les buts mais fébrile sur les tirs à l’entrée de la surface de réparation, surtout à ras de terre, en particulier sur son côté droit.

----

Afin d’analyser les performances des équipes et des joueurs, Médias24 se base sur une série d’indicateurs technico-tactique dont voici le glossaire :

- Expected Assists (xA) : la somme des valeurs xA de toutes les passes décisives. xA désigne la valeur d’une passe potentiellement convertible en buts. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de passes décisives ;

- Expected Goals (xG) : la somme des valeurs xG de tous les tirs. xG permet de mesurer la probabilité qu’une occasion se transforme en but. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de tirs ;

- Expected Conceded Goals (xCG) : la somme des valeurs xCG de tous les tirs subis par une équipe. xCG désigne la probabilité qu’une équipe encaisse un but ;

- Intensité du pressing (PPDA) : une donnée qui permet de quantifier l'intensité du pressing dans les deux tiers du terrain adverse ;

- Intensité des défis : nombre d'actions défensives (duels défensifs, duels de balles perdues, interceptions, tacles) par minute de possession de balle adverse ;

- Passes décisives : nombre total de passes amenant un but ;

- Secondes passes décisives : nombre total des avant-dernières passes précédent un but ;

- Passes clés : nombre total de dernières passes qui précèdent un tir d'un coéquipier ;

- Rythme du match : nombre de passes de l'équipe par minute de possession ;

- Passes vers le dernier tiers réussies : nombre total de passes réussies de l'extérieur du dernier tiers vers le dernier tiers ;

- Passes vers la surface de réparation réussies :  nombre total de passes réussies de l'extérieur de la surface de réparation adverse vers la surface de réparation adverse ;

- Attaques avec tirs : nombre d'attaques conclut par un tir ;

- Distance moyenne des tirs : distance moyenne de tous les tirs de l'équipe en direction du but adverse ;

- Ligne de formation moyenne : position moyenne des joueurs sur les actions de l'équipe avec le ballon ;

- Dégagements : nombre total de dégagements défensifs ;

- Corner avec tirs : nombre total de corners ayant abouti à un tir en l’espace de 14 secondes ;

- Contre-attaques avec tirs : nombre total de contre-attaques terminées sur un tir ;

- Coups francs avec tirs : nombre total de coups francs ayant donné lieu à un tir de l'équipe qui a joué le coup franc dans les 14 secondes ;

- Duels : nombre total de duels offensifs, défensifs et aériens ;

- Pertes de balles (Haut) : nombre total de pertes de possession dans le dernier tiers adverse ;

- Pertes de balles (Bas) : nombre total de pertes de possession dans le premier tiers du terrain de l’équipe en possession du ballon ;

- Pertes de balles (Moyen) :  nombre total de pertes de possession au niveau du rond central ;

- Pertes (Propre moitié) : nombre total de pertes de possession dans la propre moitié du terrain ;

- Entrées dans la surface de réparation : nombre total d'entrées dans la surface de réparation par une passe, un centre ou un dribble ;

- Attaques placées avec tirs : nombre total d'attaques placées où la possession a fini par un tir ;

- Possessions atteignant la surface adverse : nombre total de possessions ayant fini par une action réussie dans la surface de réparation adverse ;

- Possessions atteignant la moitié de terrain de l'adversaire : nombre total de possessions ayant fini avec une action réussie dans la moitié de terrain de l'adversaire ;

- Passes progressives réussies : nombre total de passes réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Courses progressives réussies : nombre total de courses réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Récupérations hautes : nombre total de récupérations dans le dernier tiers adverse ;

- Récupérations basses : nombre total de récupérations dans sa propre moitié de terrain ;

- Récupérations moyennes : nombre total de récupérations de possession au niveau du rond central ;

- Coups de pied arrêtés avec tirs : nombre total d'attaques lancées sur des coups de pied arrêtés qui se finissent par un tir ;

- Tirs bloqués : nombre total de tirs bloqués par l'adversaire ;

- Tirs depuis la surface de réparation : nombre total de tirs effectués depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse ;

- Tirs cadrés depuis la surface de réparation : nombre total de tirs cadrés depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse ;

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : MISE À JOUR DU DOSSIER D’INFORMATION RELATIF AU PROGRAMME D’ÉMISSION DE BONS DE SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT (BSF)

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.