χ

Groupe CineAtlas : 84 MDH pour booster la fréquentation des salles

Une semaine avant l’inauguration de son multiplex à El Jadida, l’actionnaire principal du groupe CineAtlas revient sur ses investissements à Tanger, à Casablanca et à la sortie de Rabat, qui viendront s’ajouter à celui du centre-ville de la capitale.

Groupe CineAtlas : 84 MDH pour booster la fréquentation des salles

Le 6 octobre 2022 à 9h53

Modifié 6 octobre 2022 à 17h01

Une semaine avant l’inauguration de son multiplex à El Jadida, l’actionnaire principal du groupe CineAtlas revient sur ses investissements à Tanger, à Casablanca et à la sortie de Rabat, qui viendront s’ajouter à celui du centre-ville de la capitale.

Après une carrière de distributeur en France avec sa société Chrysalis Films, Pierre-François Bernet s’est installé à Rabat en 2016, où il a repris le cinéma Colisée pour en faire un luxueux multiplex qui a très rapidement trouvé sa clientèle. Une fois ressuscité, cet endroit fermé depuis des décennies est devenu rentable, l'incitant à lancer de nouveaux chantiers de complexes dans d’autres villes du Maroc.

Une démarche qui mérite d’être soulignée quand on sait qu’en dehors du groupe Megarama, il est le seul à investir dans des multiplex, et que la plupart des anciennes salles ferment les unes après les autres.

Atlas Colisée, un projet de 15 MDH rapidement rentable

Avant de faire le point sur ses investissements actuels et à venir, Pierre-François Bernet s'est remémoré son premier projet à son arrivée au Maroc. Il a transformé l’ancien cinéma Colisée en un complexe de quatre salles premium afin de redonner envie aux spectateurs de venir voir des films sur un grand écran ultramoderne.

“Pour cela, le groupe CineAtlas a déboursé 11,4 MDH, sans compter la subvention du Centre cinématographique marocain (CCM) de 3,6 MDH pour la construction et la numérisation, soit environ 20% de l’enveloppe totale qui s’est élevée à 15 MDH”, explique Pierre-François Bernet. Il ajoute que son multiplex a rapidement été relativement rentable avant la crise, permettant de couvrir les frais fixes (loyer, salaires…).

Les conséquences de la crise sanitaire se poursuivront jusqu’à fin 2022

Pierre-François Bernet nous confie toutefois que le cinéma Atlas Colisée est en train de vivre la pire crise depuis sa réouverture le 5 juin 2021, en l'absence de blockbusters, en raison de l’arrêt des tournages durant la pandémie.

“La crise est tellement grave que le groupe CineWorld, deuxième réseau mondial de salles de cinéma qui générait 275 millions d’entrées et un chiffre d’affaires de 5 milliards de dollars, vient de se déclarer en faillite auprès des autorités américaines, qui lui ont accordé 785 millions de dollars d’aides pour sauvegarder son activité qui emploie des milliers de salariés”, nous apprend notre interlocuteur.

“La faillite de ce monstre que l’on pensait invincible s’explique par le fait qu’avant la pandémie, les studios sortaient trois à quatre blockbusters chaque mois, contre seulement un sur les dix dernières semaines. En effet, nous n’avons pas retrouvé le même rythme de sorties blockbusters. Il faudra attendre Black Adam (15 octobre), Black Panther (15 novembre) et Avatar 2 pour finir 2022 en fanfare, puis retrouver le même flux qu’avant la crise à partir du 1er semestre 2023”, explique Pierre-François Bernet, pour qui les blockbusters représentent 90% du marché marocain. Sans eux, le secteur est en mode survie, prévient-il.

10 MDH pour ressusciter la fréquentation à El Jadida 

Une crise qui ne l’a pas empêché de poursuivre le chantier de son multiplex de trois salles à El Jadida, lancé en 2019. Il devait aboutir en 2020, mais a été mis à l'arrêt durant quinze mois en raison de la pandémie.

Pierre-François Bernet n'a pas envisagé de se retirer. Il nous rappelle que “le cinéma a survécu à la Première Guerre mondiale, à la grippe espagnole, au krach de 1929, à la Deuxième Guerre mondiale, à la grippe de Hong Kong, à l’apparition de la télévision, du VHS, du DVD et enfin du streaming, sans compter que les deux années record de la fréquentation mondiale du cinéma ont été 2018 et 2019, y compris au Maroc”.

Concernant le choix d’El Jadida, l’investisseur indique qu’il n’existe aucune concurrence dans cette ville moyenne du Maroc, qui comptait auparavant trois salles fermées, et n’offre aujourd'hui aucun divertissement à la jeunesse désœuvrée, hormis des cafés et des projections à l’Institut français. Celles-ci seront d'ailleurs désormais délocalisées dans le multiplex, dont l’inauguration est prévue le vendredi 14 octobre.

Selon lui, CineAtlas El Jadida Corniche, situé au Sela Park, a nécessité une dizaine de millions de dirhams d’investissements, comprenant une aide du CCM de 3 millions de dirhams.

22 MDH d’investissements à Tanger

Pour ce qui est de ses autres projets, Pierre-François Bernet révèle avoir racheté l’ancien cinéma Mauritania au centre-ville de Tanger, qui proposait un mono-écran de 1.000 places pour le transformer en multiplex de cinq salles.

“C’est un bâtiment dont l’architecture est classée au patrimoine national ; nous sommes en train de le retaper à l’identique. Entre les frais d’acquisition et les travaux de consolidation effectués, qui ont largement dépassé le budget prévisionnel, nous sommes arrivés à près de 22 millions de dirhams d’investissements. Selon moi, toutes ces dépenses permettront d’allonger son espérance de vie d’au moins 300 ans à partir de son ouverture, normalement prévue au courant du premier trimestre 2023”, avance Pierre-François Bernet, qui a déjà déboursé, à crédit, près de 47 MDH pour ses trois projets de Rabat, El Jadida et Tanger.

Un multiplex à Anfa Place pour 20 MDH

Ne souhaitant pas s’arrêter en si bon chemin, l’investisseur annonce un autre projet de multiplex dans le nouveau quartier d’affaires Anfa, à Casablanca, à 200 mètres à vol d’oiseau de la tour CFC. Il coûtera 20 millions de dirhams, dont 5,7 MDH de subvention du CCM.

“Situé dans le mall aérien du promoteur Anfa Realties, ce multiplex de cinq salles en comportera une de type ultra-luxe, comme celles de Dubaï, avec des fauteuils qui s’allongent et un lounge privatif à l’accès privé, et quatre salles grand public avec des écrans géants de 17 mètres de base”, dévoile Pierre-François Bernet, qui préfère se limiter à des salles de 250 places qui offrent une expérience unique.

Prévue aussi à la fin du premier trimestre 2023, la date de son ouverture dépendra en réalité de la reprise du marché et des recettes du multiplex Atlas Colisée pour bénéficier de crédits bancaires.

Dans le pipe, un dernier projet de 17 MDH sur la corniche de Rabat

Son cinquième projet a trait à un multiplex de quatre salles, qui devrait coûter 16 à 17 millions de dirhams, à Harhoura, sur la route côtière de Rabat où est en train d’être construit le mall “Carrousel”.

Proche de la nouvelle école américaine, cette corniche très fréquentée nécessite, selon notre interlocuteur, un lieu de loisirs.

En attendant de déposer un dossier de demande de subvention au CCM, qui réunira une commission d’attribution au courant de l’année 2023, Pierre-François Bernet annonce que son ouverture est prévue pour 2024. Entre-temps, ses quatre multiplex, qui seront opérationnels en 2023, permettront de faire passer le nombre de spectateurs à 2 millions de personnes contre 1,8 lors du dernier recensement de 2019.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SMI:Indicateurs semestriels au 30 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.