HPS : les leviers de croissance du groupe déclinés par Brahim Berrada

| Le 28/9/2022 à 15:46
Le directeur général de HPS revient sur les bonnes performances du groupe qui a affiché une hausse de 83% de ses bénéfices au S1-2022. Il évoque également la croissance dynamique du secteur, qui bénéficiera au groupe dans les années à venir, ainsi que les trois principaux leviers de développement.

HPS a affiché des indicateurs en nette amélioration au premier semestre 2022. Les revenus du groupe ont progressé de 22,6% à 481 MDH, notamment sous l’effet de la bonne évolution des activités de Paiement. Parallèlement, les bénéfices se sont envolés de 83% à 67,7 MDH.

Interrogé sur les performances de la société et les perspectives de 2022-2023, son directeur général, Brahim Berrada, a exposé les raisons des bons résultats obtenus durant la première moitié de l’année, en particulier la forte progression de la profitabilité.

Celle-ci est engendrée par deux principaux facteurs. "Structurellement, plus HPS va croître, plus les coûts sont mutualisés et les marges augmentent. Plus nous serons capables de gérer des clients importants, plus bénéfique ce sera", explique le directeur général du groupe.

A noter qu’à fin juin 2022, la marge nette a fortement augmenté par rapport à la même période en 2021, passant de 9,4% à 14,1%. Il pointe également l’effet bénéfique des taux de change et de l’appréciation du dollar sur la période. "Cette année, nous avons également bénéficié d’un effet positif du fait de la hausse du dollar. 85% de notre facturation se fait en devises dollars ou euros, et 70% de nos coûts sont en dirhams, donc les effets sur les taux de change ont un impact direct sur notre résultat", souligne-t-il.

Brahim Berrada en a également profité pour nous décrire les principaux leviers de croissance du groupe, sa stratégie d’expansion et les évolutions attendues sur le secteur du paiement dématérialisé.

Trois principaux axes de développement

La croissance de HPS s’est construite et continuera de se bâtir sur trois axes majeurs de développement. L’un des principaux piliers concerne son expansion géographique. Le groupe est déjà présent dans plus de 90 pays, et compte accélérer ses efforts tant sur ses marchés historiques que dans les zones où il cherche à conquérir des clients.

"Aujourd’hui, la stratégie est guidée par plusieurs grands axes. Le premier axe consiste à poursuivre notre développement géographique. Nous avons aujourd’hui une forte présence en Afrique francophone et au Moyen-Orient et, sur ces zones, nous sommes dans une stratégie de consolidation de nos parts de marché et d’accompagnement de nos clients. Dans les autres régions, nous faisons un travail important en termes de développement et continuons à renforcer notre présence directe sur certains marchés pour préparer les relais de croissance future pour le groupe, à l’instar de ce qui a été fait à Dubaï, en France, en Afrique du Sud ou encore à Singapour", décrit Brahim Berrada.

L’autre axe de développement du groupe a trait à la diversification. Cela a déjà été mené depuis quelque temps avec la reprise de l’activité Switching au Maroc. Plus récemment, le groupe a lancé l’activité Processing qui compte dans son activité de paiement. Cette activité diffère de la licence dans le sens où le groupe installe la solution sur ses propres data centers ou sur le cloud et en donne l’accès à ses clients.

"Concernant le Processing, notre stratégie immédiate est de rester concentrés sur les régions historiques de HPS que sont l’Afrique et le Moyen-Orient, où nous avons une forte présence, avant d’adresser de nouveaux marchés de manière industrielle, à l’instar de ce que nous avons fait dans le passé avec l’activité Licence", explique le dirigeant.

Le dernier levier de croissance du groupe est lié à la croissance externe. Ainsi, l’an dernier, HPS a fait l’acquisition de deux entités nommées IPRC et ICPS, pour compléter ses activités et accélérer la progression de ses revenus.

Brahim Berrada nous décrit les contours de ce volet stratégique. "Nous avons inscrit une démarche plus structurée de M&A dans notre stratégie de développement. Nous avons l’objectif de générer 10% à 15% de croissance additionnelle par an grâce à la croissance externe. Nous avons plusieurs cibles envisagées. Elles peuvent avoir des fonctions de consolidation, c’est-à-dire qu’elles sont déjà dans notre métier et nous permettent d’accroître nos parts de marché et nos revenus. Nous pouvons également avoir des cibles technologiques où l’objectif est l’accélération de la R & D de façon spécifique, et enfin les cibles qui peuvent nous ouvrir des marchés sur lesquels nous ne sommes pas présents."

Le dirigeant nous confie d’ailleurs que les acquisitions effectuées l’an dernier comptent désormais pour environ 10% des revenus et du résultat net affiché.

Cet accompagnement de croissance devrait être d’autant plus dynamique que le secteur des paiements non cash connaît une forte progression à travers le monde. Le rythme de croissance évolue et s’accélérera dans le temps.

Un marché global dynamique qui affichera un TCAM de 19% sur la période 2021-2025

HPS bénéficie également d’un bon dynamisme industriel. Une tendance qui n’est pas près de s’interrompre. Ce dynamisme a d’ailleurs été catalysé par la pandémie. "Sur le marché du paiement, on est sur une tendance qui est très dynamique. La croissance annuelle moyenne des volumes en paiement non cash sur les cinq dernières années était de 13%. Ce qui est prévu pour la période 2021-2025 est plutôt de l’ordre de 19%. Donc l’activité s’accélère, avec certaines régions plus dynamiques que d’autres. Les technologies évoluent également, soutenant le dynamisme de l’industrie. Le Covid a entraîné une accélération de ces trends", indique le directeur général. 

Cette dynamique ne s’est d’ailleurs pas estompée. Le besoin ayant été catalysé par la crise sanitaire, les organisations et les institutions ont également besoin de se maintenir à jour.

"Avec la sortie du Covid, nous sentons un dynamisme du marché en termes d’appels d’offres. Il y a un fort dynamisme sur l’ensemble des régions, et nous pensons que la tendance observée durant le S1 se poursuivra durant le S2 cette année. Compte tenu de notre modèle d’affaires, le dynamisme enregistré cette année devrait avoir un impact sur 2023 en termes de croissance", avance Brahim Berrada.

Cela donne de belles perspectives de croissance au groupe. Mais d’un point de vue boursier, et ce depuis plusieurs années, HPS ne semble pas en tirer totalement profit.

Un potentiel largement disponible en bourse

Le potentiel de croissance existe, il se formalise concrètement ; mais depuis le début de l’année, le cours affiche un retrait de 4% à 6.500 dirhams à la mi-séance du 28 septembre.

Source : medias24.com

Comment expliquer le fait que le titre ne soit pas apprécié à son plein potentiel ? Nous avons souhaité recueillir le sentiment du directeur général à ce sujet.

"Nous revenons de loin. Si l’on regarde les niveaux de valorisation de HPS il y a dix ans, nous étions très loin alors que nous disposions probablement d’un potentiel de développement encore plus fort qu’aujourd’hui. Je pense que nous sommes désormais à des niveaux satisfaisants, même si une large partie du potentiel de développement n’est pas valorisée dans la valeur du titre. De nombreux analystes marocains et étrangers valorisent le titre à des niveaux plus élevés, et je préfère les laisser seuls juges à ce sujet", confie-t-il.

Plusieurs analystes de la place avaient déjà exprimé à Medias24/LeBoursier le fait que le titre était jugé trop cher par le marché. De plus, durant des années, les investisseurs locaux n’avaient pas cerné le potentiel et le marché de HPS.

D’après une note de CFG Bank diffusée le 26 septembre en réaction aux résultats semestriels, la société de recherche anticipe un cours cible de 8.752 dirhams, soit un upside de 34,6% par rapport au cours actuel. Etant donné le potentiel de croissance de la valeur, cela indique que le cours actuel représente un point d’entrée intéressant.

"Il est clair que nous ne sommes pas une valeur de rendement, mais de croissance. Nous le constatons auprès de nombre d’investisseurs étrangers que nous avons dans le tour de table d’ailleurs. Ils voient ce potentiel, et je suis persuadé qu’il sera valorisé au fur et à mesure. Nous disposons de marchés inexplorés en termes géographiques, de relais de croissance qui en sont encore à leurs débuts, je pense notamment au Processing. Il y a réellement un potentiel considérable", conclut le directeur général de HPS.

lire aussi
  • | Le 25/11/2022 à 15:07

    BKGR recommande de souscrire à l'IPO d'Akdital et valorise le titre à 340 dirhams

    Premier entrant en bourse sur le secteur de la santé, Akdital représente une opportunité de diversification du portefeuille des investisseurs. Son maillage territorial et la faible offre médicale à l'échelle nationale offrent un bon potentiel de croissance.
  • | Le 17/11/2022 à 16:58

    La prime de risque actions d'AGR progresse de 50 points de base à 8%

    En retenant la méthode de calcul de la prime de risque par sondage, la société de recherche note une hausse de la prime de risque actions de 50 points de base à 8% par rapport à l'édition du mois de mai 2022. Cette méthode vise à déterminer la rentabilité annuelle exigée par les investisseurs en bourse, et ce, sur un placement supérieur à 5 ans.
  • | Le 16/11/2022 à 16:08

    Taqa Morocco : BKGR recommande d’accumuler le titre dans les portefeuilles

    Cette année, la hausse des cours du charbon et les bonnes performances industrielles vont fortement faire progresser les revenus et la profitabilité. Le groupe, en cette période de crise, fait figure de refuge pour les investisseurs, avec une visibilité sur ses cash flows et un rendement attendu de 3,7% cette année, d’après les projections de la société de recherche BKGR.
  • | Le 14/11/2022 à 16:00

    LafargeHolcim Maroc : M.S.IN s’attend à un TCAM des bénéfices de 6,5% sur la période 2022-2026

    Le groupe devrait connaître une baisse de près de 19% de son résultat net cette année du fait de la baisse de la demande et de la hausse des intrants. Mais, dès l’année prochaine, le RNPG et le dividende devraient progresser. Les bénéfices devraient atteindre 2.101 MDH en 2026, après une croissance annuelle moyenne de 6,5%.
  • | Le 13/11/2022 à 16:10

    CIH Bank : les hausses de fonds propres devraient booster la dynamique de croissance

    La croissance était au rendez-vous au premier semestre 2022 pour CIH Bank, mais elle a ralenti par rapport aux années précédentes, notamment en termes de collecte. Les deux augmentations de capital devraient aider à renforcer les ratios de solvabilité et la dynamique de crédits. Le coût du risque devrait poursuivre sa baisse. Alpha Mena et BKGR recommandent d’accumuler le titre.
  • | Le 10/11/2022 à 16:36

    SNEP : amélioration des coûts de production, l’effet prix favorable sera bénéfique

    Pour BKGR, le groupe bénéficie d’une bonne dynamique des produits vinyliques et d’un effet prix avantageux cette année. Parallèlement, la hausse de ses capacités de production permet d’améliorer la structure des coûts. De bonnes perspectives se profilent à l'horizon 2024, avec une capacité attendue de 120 kt de PVC par an et 115 kt de soude. Les bénéfices devraient progresser de 18% cette année à 149 MDH.