χ

Carburants : tout sur les marges des pétroliers

Le Conseil de la concurrence dévoile les marges des pétroliers au Maroc. Les opérateurs répercutent directement les hausses des prix, temporisent sur les baisses. En période de chute des prix à l'international, ils optent pour une stratégie axée sur l'augmentation des marges, au lieu de l'amélioration des positions concurrentielles.

carburantPrix des carburants affichés dans des stations-services sur route d’El Jadida. Relevé du 15 juin 2022. Photo Médias24

Carburants : tout sur les marges des pétroliers

Le 27 septembre 2022 à 16h13

Modifié 27 septembre 2022 à 18h00

Le Conseil de la concurrence dévoile les marges des pétroliers au Maroc. Les opérateurs répercutent directement les hausses des prix, temporisent sur les baisses. En période de chute des prix à l'international, ils optent pour une stratégie axée sur l'augmentation des marges, au lieu de l'amélioration des positions concurrentielles.

  • Focus sur les profits des pétroliers.
  • Winxo le moins cher et le plus rentable, Afriquia celui qui investit le plus.
  • Une stratégie axée sur l'augmentation des marges en période de chute des prix à l'international.

Les pétroliers sont-ils trop gourmands ? En abordant les prix des carburants (gasoil et essence), le dernier avis du Conseil de la concurrence ne répond pas frontalement à la question. Mais offre des éléments d'analyse en passant à la loupe l'évolution des marges réalisées par les opérateurs ces dernières années.

Le premier constat couvre les années 2020 et 2021. Cette période a été marquée par une "forte hausse" des "marges brutes de distribution", dépassant en 2020 la barre de 1 DH/l chez l’ensemble des opérateurs.

On parle précisément de marges commerciales brutes avant impôt. Elles se calculent en faisant la différence entre le prix de vente HT et les frais relatifs à l’achat des produits raffinés, et sont augmentées ensuite des frais de stockage, des coûts de transport-distribution et de l’acheminement des carburants jusqu’à la station-service.

Augmenter les marges, pas les parts de marché

Dans le détail, ces marges ont dépassé les 1,25 DH/l chez les trois premiers opérateurs du marché (Afriquia SMDC, TotalEnergies Marketing Maroc et Vivo Energy Maroc) et ont même atteint 1,40 DH/l chez Vivo Energy Maroc, soit environ 15% du prix de vente d’un (1) litre de gasoil contre seulement une moyenne de 9% pour la période 2018-2021, affirme le régulateur.

Ce "niveau élevé" tranche avec la chute des cours du pétrole brut et des cotations des produits raffinés à l’international observée sur la même période. Conclusion du régulateur : les opérateurs "auraient opté pour une augmentation de leurs marges" au lieu de profiter de cette conjoncture pour gagner des parts de marché par le jeu de la libre concurrence.

Un constat au conditionnel, mais corroboré par le niveau de corrélation entre les variations des cours internationaux et les prix de vente à la pompe. En effet,  les cotations à l’international ont baissé de 1,73 DH/l alors que les prix de vente sur le marché national n’ont chuté que de 1,18 DH/l, soit un écart de 0,55 DH/l.

Sur l’année 2022, les marges se sont "fortement réduites" pour le gasoil (entre 0,15 et 0,42 DH/l et ont été même "négatives" durant le mois de mars. Ces marges négatives communiquées par les opérateurs "ne sont qu’apparentes", soupèse le Conseil, "puisqu’elles ne tiennent pas compte de l’effet des stocks et des dates de réception effectives du gasoil importé et par conséquent, elles seraient en principe positives".

La tendance baissière concerne aussi l'essence, les marges ayant évolué de 1,10 DH/l en janvier à environ 0,20 DH/l en avril 2022.

Marges nettes : Wixo le plus rentable, Afriquia le moins ?

Quid des marges nettes ? C'est cet indicateur qui reflète le bénéfice dégagé sur chaque litre de carburant. Il est calculé après soustraction de toutes les charges (ex. : frais d'exploitation, impôts, etc.). Le rapport révèle une fourchette oscillant entre un minimum de 0,07 DH/l et un maximum de 0,68 DH/l durant la période 2018-2021

Par opérateur, le Conseil constate "l’existence d’écarts significatifs" à ce niveau. Winxo est la société "la plus rentable", enregistrant les meilleures marges nettes, soit 0,37 DH/l et 0,68 DH/l, talonnée par TotalEnergies Marketing Maroc avec une marge nette entre 0,20 DH/l à 0,45 DH/l. À l’inverse, Afriquia SMDC est la société dégageant les marges nettes les plus faibles des sept opérateurs, fluctuant entre un minimum de 0,07 DH/l en 2021 et un maximum de 0,16 DH/l en 2019.

Comment expliquer cet écart ? Pour le Conseil, c'est la "conséquence de la baisse significative des résultats nets par rapport aux volumes écoulés". Elle s’explique "par les différences relevées dans la rubrique des investissements engagés par les opérateurs, notamment dans le développement des capacités de stockage et du réseau de distribution en 2020".

En 2020, le leader Afriquia SMDC a réalisé un montant d’investissement de l’ordre de 266 MDH, dont 151 MDH dans le développement des infrastructures de stockage et 115 MDH dans le réseau de stations-service. Pour sa part, Winxo n’a mobilisé que près de 134 MDH (69 MDH dans le stockage et 65 MDH dans la distribution), soit presque la moitié du montant d’Afriquia SMDC.

En rapportant les résultats nets aux capitaux investis, Vivo Energy et TotalEnergies ressortent comme les plus rentables financièrement.

Des marges nettes “négatives” en 2022... en apparence

Sur les quatre premiers mois de 2022, les marges nettes se sont fortement réduites pour le gasoil et ont même été "négatives" durant le mois de mars, selon les données communiquée par des opérateurs. En réalité, ces marges présentées comme "négatives" ne le sont qu'en apparence, puisqu’elles ne tiennent pas compte de l’effet des stocks et des dates de réception effectives du gasoil importé. Par conséquent, elles seraient en principe positives, souligne le Conseil.

Dans le détail, les marges moyennes sur le gasoil ont fluctué entre un minimum de 0,15 DH/l chez l'un des opérateurs et un maximum de 0,42 DH/l chez un autre opérateur  sur les quatre premiers mois de l’année 2022. L'identité des opérateurs a été anonymisée pour les quatre premiers mois de l'année de 2022, vu que leurs résultats ne seront connus qu'à la fin de cette année.

En ce qui concerne l’essence, les résultats de l’analyse font état d’une diminution continue de la marge de l’ensemble des opérateurs (à l'exception d'un seul opérateur), qui s’est accentuée en avril pour atteindre le plus bas niveau sur les quatre premiers mois de 2022. À titre d’exemple, les marges de deux opérateurs sont passées de près de 1,10 DH/l en janvier à environ 0,20 DH/l en avril 2022.

Le prix d'achat, plus grosse composante du prix de vente

Une partie importante de l'avis s'intéresse aux composantes des prix de vente des deux produits à la pompe, c’est-à-dire ceux payés par le consommateur final.

Les prix du gasoil et de l'essence comprennent, en plus des coûts d’achat des produits raffinés importés et des taxes prélevées par l'Etat, les marges des sociétés de distribution et celles dégagées par les propriétaires des stations-service.

L'étude révèle que les marges des sociétés de distribution représentent la composante la plus faible, en comparaison aux autres postes de charges, dans la composition du prix de vente à la pompe (9% entre 2018 et 2021, et 2% en 2022).

"Le coût d’achat constitue la plus grosse composante du prix de vente du gasoil (avec une contribution à hauteur de 51% entre 2018-2021 en moyenne). Il devient plus prépondérant lorsque les cours sur le marché international augmentent, comme c’est le cas actuellement où le poids des produits raffinés importés constitue environ 65% du prix de vente à la pompe en 2022", précise le Conseil.

Prix à la pompe :  qui facture le plus cher ? 

La comparaison entre les prix de vente à la pompe appliqués par les opérateurs montre que ceux-ci sont quasi similaires à quelques centimes près de différence (10 centimes maximum d’écart). Le régulateur relève une "quasi ressemblance" des composantes de leurs coûts.

Sur les périodes observées et indépendamment du produit (gasoil et essence), les sociétés Winxo et Ola Energy disposent du prix de vente le moins cher du marché, avec un écart qui atteint 27 centimes par rapport à l'opérateur qui facture le plus cher (l'identité n'a pas été révélée). Ce dernier pratiquerait "les prix de vente les plus élevés du marché en raison de la politique commerciale adoptée, consistant à faire jouer plutôt la notoriété de la marque que l’élément prix", souligne le Conseil.

La société ZIZ se démarque par son coût d’achat (sur la période 2018-2021) le plus élevé, surtout pour le gasoil, avec un écart de 23 centimes d’écart par rapport à Vivo Energy Maroc qui dispose du coût d’achat le plus bas.

Cours du pétrole : les pétroliers répercutent immédiatement les hausses, prennent leur temps pour les baisses

En général, les prix de vente des sociétés de distribution sont fixés par les opérateurs une fois tous les quinze jours, rappelle le Conseil. Toutefois, pendant certaines périodes, les opérateurs ont appliqué deux ou plusieurs changements de prix de vente à la hausse par quinzaine. Tel a été le cas durant les mois de mars, d'avril et de juillet 2022.

Le décalage constaté entre les variations des cotations Platts des produits raffinés et les prix de vente sur le marché national peut s'expliquer par le fait que les opérateurs répercutent immédiatement les hausses des cotations. Cela dit, en cas de baisse, ils cherchent d’abord à écouler le stock des produits achetés auparavant à un prix plus élevé, et sont même tentés de consolider leurs marges, voire de les augmenter.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS: indicateurs d'activité du 3ème trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.