χ

Siemens Gamesa ferme son usine tangéroise de pales d'éolienne

La fermeture de l'unité de Tanger fait partie d'une série de mesures décidées dans le cadre du programme Mistral visant à accélérer le redressement de l'entreprise. 500 emplois sont concernés par cette décision. L'entreprise annonce maintenir son siège régional à Casablanca.

Siemens Gamesa ferme son usine tangéroise de pales d'éolienne

Le 15 septembre 2022 à 15h03

Modifié 15 septembre 2022 à 18h12

La fermeture de l'unité de Tanger fait partie d'une série de mesures décidées dans le cadre du programme Mistral visant à accélérer le redressement de l'entreprise. 500 emplois sont concernés par cette décision. L'entreprise annonce maintenir son siège régional à Casablanca.

  • La fermeture est le résultat d'un manque de commandes pour le type de pale produit dans l'usine.
  • 500 emplois sont concernés par l'arrêt de l'usine tangéroise.
  • Siemens Gamesa maintiendra ses activités dans son siège régional de Casablanca et sur d'autres sites au Maroc. 

L’annonce devait être faite aux équipes locales ce jeudi 15 septembre, apprend Médias24 de sources sûres. Cette fermeture intervient dans le cadre du programme Mistral lancé par Siemens Gamesa, après avoir rencontré des difficultés financières, pour redresser l’activité du groupe. C’est ce que confirme un communiqué diffusé par l’entreprise en fin de journée (fac-similé ci-dessous).

La fermeture aura lieu probablement début 2023, le temps de conduire les discussions avec le personnel et les autorités locales, selon une source sûre. En attendant, l’usine est ouverte et le personnel en place.

“La surcapacité et l’absence de la demande pour les pales onshore de Tanger sont à l’origine de la décision ; la fabrication d’autres types de pales sur le site a été étudiée, mais n’était pas viable”, précise le communiqué.

L’usine tangéroise de Siemens Gamesa, officiellement inaugurée en octobre 2017, avait été mise en place pour la fabrication de pales d’éolienne de 63 mètres de long, selon une technologie de pointe développée par Siemens, “l’Integral blade”. La production visait à équiper les turbines SWT-DD-130 (jusqu’à 4.2 MW de puissance nominale) et était destinée à l’exportation vers l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, ainsi qu’à des projets locaux.

500 emplois concernés par la fermeture

Situé dans la zone franche Tanger Automotive City et s’étendant sur 37.500 m2, le projet portait sur un investissement de 1,1 MMDH et la création de 600 emplois directs. L’usine de Tanger était la seule implantation de l’industriel sur le continent africain. Il dispose par ailleurs d’autres unités industrielles en Europe (Allemagne, Espagne…) et en Asie (Chine, Inde…).

“La fermeture est le résultat d’un manque de commandes pour le type de pale produit dans l’usine. Le marché s’orientant à l’avenir vers des turbines plus grandes et plus efficaces, l’usine de Tanger n’est pas considérée comme compétitive pour ces modèles”, précise Siemens Gamesa.

Jusqu’à 500 emplois dans l’usine seront touchés par la fermeture. “Siemens Gamesa soutiendra les employés tout au long du processus de séparation, en travaillant à la conclusion d’une convention collective conformément aux règles et réglementations locales, en explorant des possibilités de relocalisation interne et en aidant les employés à trouver des emplois à l’extérieur”, est-il précisé.

L’entreprise dit avoir “exploré les possibilités de fabriquer d’autres modèles de pales dans l’usine, mais elles ne se sont pas avérées viables compte tenu de la trop faible demande sur le marché global”. La même source précise que “Siemens Gamesa maintiendra ses activités dans son siège régional de Casablanca et sur d’autres sites au Maroc, où elle continuera à servir les importants marchés marocains et africains”.

Un marché fortement concurrentiel

“L’industrie mondiale de l’énergie éolienne subit une pression financière importante, souffrant d’une concurrence intense, de pressions sur les prix et d’une augmentation exponentielle des coûts des matières premières et de la logistique”, détaille l’industriel dans son communiqué.

“Dans ce contexte, Siemens Gamesa a annoncé aujourd’hui sa décision de fermer son usine de pales onshore à Tanger, dans le cadre du programme stratégique Mistral de l’entreprise, conçu pour rationaliser et simplifier l’organisation, tout en améliorant son efficacité et son efficience. Cette fermeture fait suite aux mesures d’ajustement que la société a prises ces dernières années au Danemark, en Inde, en Espagne et aux États-Unis, et elle reflète des consolidations similaires de l’empreinte industrielle prises dans toute l’industrie”, poursuit-il.

Dans une déclaration diffusée à la presse, Lars Bondo Krogsgaard, PDG de Siemens Gamesa Onshore a confié : “C’est une décision très difficile à prendre, car nous comprenons parfaitement l’impact sur nos travailleurs et la communauté. Malheureusement, dans les conditions actuelles du marché, nous n’avons pas d’autre choix que de prendre des mesures aussi dures pour améliorer notre compétitivité et redonner à l’entreprise une assise plus stable. Et cela signifie qu’il faut s’assurer que notre empreinte industrielle reflète la réalité d’un marché dans lequel nous prenons des volumes plus faibles. Nous ferons de notre mieux pendant le processus de séparation pour soutenir nos collègues pendant cette transition et minimiser son impact sur eux.”

Najlae Yazghi, directeur général de Siemens Gamesa Maroc, a déclaré pour sa part : “Nous continuerons à livrer nos projets et à honorer nos obligations, en restant profondément engagés envers la société et toutes nos parties prenantes marocaines, pour soutenir les objectifs ambitieux du gouvernement en matière d’énergie renouvelable, qui sont exemplaires pour toute la région Moyen-Orient et Afrique.”

Des difficultés financières, un plan de relance

Les difficultés financières que traverse l’entreprise germano-espagnole, opérant dans la fabrication de pales et nacelles d’éolienne, ont poussé la multinationale à prendre des mesures pour redresser la barre. La publication des résultats financiers du troisième trimestre, fin août 2022, a été l’occasion pour le top management d’annoncer le programme Mistral visant la restructuration de l’entreprise.

Ce programme sera déployé en trois phases, couvrant des horizons de court à long terme, de 2022 à 2025 et au-delà. Les objectifs immédiats sont d’atteindre la maturité du produit dans la plateforme onshore Siemens Gamesa 5.X associée à une assurance des coûts. À moyen terme, l’équipe atteindra une structure allégée sur tous les marchés cibles, tout en améliorant la compétitivité et la rentabilité, et en augmentant le chiffre d’affaires. D’ici 2025, Siemens Gamesa vise à rationaliser sa stratégie de plateforme et à mettre en place un modèle d’exploitation évolutif et inter-applications pour l’offshore, l’onshore et le service, combiné à une chaîne d’approvisionnement hautement standardisée et robuste face aux perturbations du marché.

“Le moment est venu de prendre des mesures décisives et de façonner durablement notre avenir. Dans le cadre de notre nouveau modèle opérationnel, nous serons en mesure de soutenir nos clients plus rapidement et avec une plus grande expertise”, a déclaré Jochen Eickholt, PDG de Siemens Gamesa. “En mettant en place des processus plus simples, nous donnerons à nos employés, équipes et organisations les moyens de prendre leurs responsabilités et de permettre des cycles d’apprentissage plus rapides.”

“La nouvelle configuration va accélérer le redressement de notre entreprise”, a souligné Eickholt.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aradei Capital : Communication Financière du 4ème Trimestre

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.