χ

“La réforme du CCM et la nomination de son DG aboutiront fin 2022” (Mehdi Bensaid)

En octobre 2021, le ministre de la Communication a lancé l'élaboration d'un projet de loi en vue de réformer le Centre cinématographique marocain. Selon Mehdi Bensaid, son adoption, qui permettra de simplifier les procédures administratives et de rendre indépendante la cinémathèque, sera suivie de la nomination d’un nouveau directeur général.

“La réforme du CCM et la nomination de son DG aboutiront fin 2022” (Mehdi Bensaid)

Le 14 septembre 2022 à 9h52

Modifié 14 septembre 2022 à 18h12

En octobre 2021, le ministre de la Communication a lancé l'élaboration d'un projet de loi en vue de réformer le Centre cinématographique marocain. Selon Mehdi Bensaid, son adoption, qui permettra de simplifier les procédures administratives et de rendre indépendante la cinémathèque, sera suivie de la nomination d’un nouveau directeur général.

  • L'élaboration du projet de loi portant réforme du CCM est bien avancée.
  • Le CCM doit devenir une “machine rapide, moins administrative et plus à l’écoute”.
  • La cinémathèque sortira du giron du CCM.

Depuis près d’une année, le Centre cinématographique marocain (CCM) fonctionne sans directeur général en attendant la nomination d’un nouveau dirigeant. Pour le ministre de tutelle, cette vacance se prolongera jusqu’à l’adoption finale d’une réforme législative du CCM, qui lui permettra d’aborder l’avenir avec une nouvelle vision plus proche des attentes des professionnels.

“Une réforme demandée par les professionnels”

Confiant, Mehdi Bensaïd nous a appris que la rédaction du projet de loi porteur d’une nouvelle vision, initiée après sa nomination, était désormais bien avancée.

Sur les raisons de cette réforme, le ministre a indiqué vouloir répondre à une demande pressante et unanime des professionnels (producteurs et réalisateurs) pour faire du CCM une “machine rapide, moins administrative et plus à l’écoute », à même de promouvoir l’industrie du cinéma.

L’objectif affiché est de mieux accompagner la profession sur le plan administratif, afin d’attirer davantage d’investisseurs dans le secteur cinématographique, notamment d’importantes productions étrangères créatrices d’emplois et de richesse économique.

La tenue prochaine du Festival national du film de Tanger sera d’ailleurs, selon lui, l’occasion de se réunir avec les professionnels pour recueillir leurs recommandations concernant ce projet de loi, auquel il ne manque que l’apport de la profession.

“Mettre fin aux lourdeurs administratives pour les tournages nationaux et étrangers”

“À mon arrivée, j’ai constaté plusieurs problématiques liées à des lourdeurs bureaucratiques, comme de la paperasse administrative décourageante qui était réclamée aux boîtes de production… Il convient de citer certains cas aberrants où on leur demandait deux autorisations pour pouvoir tourner un film ou une série, produits par la SNRT ou 2M. Une de la part du CCM et la deuxième de la SNRT au motif que ce sont toutes les deux des entités d’Etat, alors que cette double validation n’a pas lieu d’être”, décrit le ministre.

Hormis l’allègement des démarches administratives et des documents à produire pour les tournages, la réforme devra prendre en considération les remarques de la SNRT et de 2M qui sont des acteurs essentiels de la production nationale, mais également celles des productions étrangères afin de mieux répondre à leurs besoins.

Pour faire évoluer le CCM, il faudra aussi mettre un terme à certaines aberrations techniques comme l’obligation actuelle pour une production internationale de déposer le scénario de leur long-métrage ou série uniquement en langue arabe, alors que l’équipe tourne en anglais ou en français.

Le CCM ne sera plus l’autorité de tutelle de la cinémathèque

Le deuxième grand axe de la réforme passe, selon lui, par la future indépendance juridique de la cinémathèque, qui sortira définitivement du giron du Centre cinématographique marocain.

“Sous la tutelle du ministère, à l’instar du CCM, la mémoire visuelle du Royaume aura son propre budget et sa liberté d’action. Elle pourra ainsi se développer au Maroc et jouer un rôle sur notre continent en établissant des partenariats avec des pays qui pourraient avoir besoin de notre expérience et de notre technologie d’archivage”, résume Bensaid en évoquant la nécessaire séparation de deux entités aux activités totalement différentes (archivage et production).

“Le futur DG du CCM sera nommé avant la fin de l’année en cours”

Quant au délai nécessaire pour rendre opérationnel le projet de loi, le ministre s’est contenté d’indiquer qu’il devrait être déposé, courant 2022, pour validation au sein du Secrétariat général du gouvernement avant de passer en Conseil de gouvernement, puis d’entamer le parcours final d’adoption parlementaire.

“Dès que le projet de loi sera déposé, nous pourrons dépouiller les dossiers de candidature pour le poste de directeur général du CCM”, conclut Bensaïd en tablant sur une nomination après octobre 2022.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SONASID : FORTE CROISSANCE DU CHIFFRE D'AFFAIRES À FIN SEPTEMBRE 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Réunion de la commission en charge de la réforme des retraites