χ

Alice Albright (CEO) : « Depuis 2004, le MCC a déjà investi plus de 10 milliards de dirhams au Maroc »

Après la clôture du 11e sommet USA-Afrique, la présidente du Millenium Challenge Corporation est revenue pour Médias24 sur les raisons de la présence de cet organisme public américain à Marrakech et sur ses réalisations dans le Royaume, chiffrées à 1,1 milliard de dollars. Depuis sa création en 2004, plus de 9 milliards ont été investis dans 25 pays africains.

Alice Albright (CEO) : « Depuis 2004, le MCC a déjà investi plus de 10 milliards de dirhams au Maroc »

Le 26 juillet 2022 à 18h57

Modifié 26 juillet 2022 à 18h57

Après la clôture du 11e sommet USA-Afrique, la présidente du Millenium Challenge Corporation est revenue pour Médias24 sur les raisons de la présence de cet organisme public américain à Marrakech et sur ses réalisations dans le Royaume, chiffrées à 1,1 milliard de dollars. Depuis sa création en 2004, plus de 9 milliards ont été investis dans 25 pays africains.

Médias24 : Le 11e Sommet des affaires États-Unis-Afrique, qui a eu lieu à Marrakech, vient de s’achever. Quel est son apport des deux côtés de l’Atlantique ?

Alice Albright : Depuis plus de dix ans, le Sommet des affaires États-Unis-Afrique sert de canal aux dirigeants américains et africains pour discuter de partenariats public-privé (PPP) qui soient mutuellement bénéfiques pour faire progresser le commerce et l’investissement dans les deux sens.

Notre engagement, qui s’appuie sur un engagement à long terme envers l’Afrique, a pour vocation de contribuer à approfondir les partenariats existants entre les USA et ses partenaires africains.

Durant ce 11e sommet, les États-Unis sont déterminés à renforcer les liens avec leurs partenaires africains, avec la présence de nombreux hauts responsables gouvernementaux de dix départements et agences (Maison-Blanche, MCC, USTDA, USADF, Départements d’État, du Commerce et de l’Agriculture, USAID, USTR, DFC et EXIM) qui ont tous rejoint le Sommet de trois jours à Marrakech.

Deux années après le lancement de Prosper Africa, qui est une initiative phare du gouvernement américain axée sur l’augmentation du commerce et des investissements et la promotion du développement durable sur le continent africain, le gouvernement américain a déjà aidé à conclure 800 accords dans 45 pays africains, d’une valeur estimée à 50 milliards de dollars.

En réunissant les gouvernements et les investisseurs américains et africains, le Sommet des affaires États-Unis-Afrique, qui vient de s’achever, a offert un forum important qui a permis de forger de nouveaux partenariats et d’approfondir les partenariats existants afin de nous aider à faire avancer notre objectif commun de favoriser le commerce et les investissements bilatéraux entre nos nations.

– Comment le MCC peut-il renforcer les partenariats et les opportunités d’investissement entre les États-Unis et des pays africains comme le Maroc ?

Outil de développement extérieur du gouvernement américain par excellence, la mission du MCC est de réduire la pauvreté dans le monde grâce à une croissance économique durable et inclusive.

C’est pourquoi nous investissons dans les moteurs de la croissance économique, en associant de grands investissements d’infrastructure à des réformes politiques et institutionnelles essentielles et nécessaires pour obtenir des résultats concrets et durables qui puissent profiter à la vie des gens.

Nous nous engageons, par conséquent, à nous appuyer sur ce bilan et à continuer à rechercher des opportunités d’investissement pour étendre notre travail à travers le continent africain.

– Quels investissements le MCC a-t-il réalisés au Maroc et à travers le continent ?

Depuis sa création en 2004, le MCC a noué des partenariats à travers le continent africain, qui ont permis d’investir plus de 9 milliards de dollars dans 25 pays africains ; ce qui représente plus des deux tiers de notre portefeuille d’investissement mondial qui est d’environ 14 milliards de dollars.

Mais malgré notre important portefeuille d’investissement destiné au continent africain, nous savons que nous pouvons et devons faire plus. Ainsi, MCC gère actuellement plus de 2,75 milliards de dollars de projets à travers le continent, avec un encours de plus de 1,5 milliard de projets supplémentaires.

Nos investissements ont contribué à créer au 21e siècle des emplois pour les jeunes Africains, à fournir de l’eau potable et des installations sanitaires pour lutter contre les maladies, à rendre les transports plus efficaces avec la construction et la rénovation de routes, à améliorer les rendements agricoles en apportant l’irrigation aux agriculteurs et, enfin, à accroître l’accès à une électricité fiable aussi bien pour les ménages que pour les entreprises privées.

Au Maroc, le MCC a investi plus de 1,1 milliard de dollars en subventions pour renforcer les systèmes éducatifs et professionnels et construire les infrastructures nécessaires pour améliorer les opportunités d’éducation et d’emploi pour les jeunes, affirmer les droits fonciers de milliers de Marocains, y compris des femmes et des filles, et améliorer la vie de plus de 800.000 Marocains.

– Comment le pacte PPP ‘Morocco Employability and Land Compact’ d’un budget de 460 millions de dollars va-t-il contribuer à créer une croissance économique durable et inclusive ?

Sachant que les gouvernements ne peuvent résoudre seuls les problèmes de développement, bon nombre de défis difficiles qui nous attendent, comme la lutte contre les impacts sanitaires et économiques de la pandémie, la lutte contre les crises climatiques et la nécessité de promouvoir la sécurité alimentaire, nous obligent à collaborer main dans la main avec le secteur privé ; non seulement comme une source essentielle de capitaux indispensables, mais aussi et surtout pour leur expertise, leur innovation et leurs normes qui permettront de générer à terme une croissance économique durable et inclusive à travers le continent.

C’est la raison pour laquelle le MCC, à travers le ‘Morocco Employability and Land Compact’ qui dispose d’un budget d’un montant de 460 millions de dollars, a initié des partenariats public-privé réussis pour développer et gérer les parcs industriels de Had Soualem, Sahel Lakhyayta et Bouznika.

Ensemble, ces partenariats vont être capables de produire des zones industrielles de classe mondiale, sûres et innovantes qui puissent répondre aux besoins des entreprises qui cherchent à investir au Maroc, pour créer plus d’opportunités d’emploi pour le peuple marocain, et garantir des espaces de travail sûrs et propres où les employés puissent s’accomplir et prospérer.

A terme, nous pensons que cet investissement, qui mobilisera près de 500 millions de dollars d’investissements privés, va être en mesure de développer 136 hectares de terrains industriels pour permettre de créer plus de 27.000 emplois sur l’ensemble de ces sites industriels.

– Pourquoi les femmes et les jeunes doivent-ils jouer un rôle central dans la croissance économique ?

Tout simplement parce qu’il n’est pas possible de parvenir à une croissance durable et à une réduction de la pauvreté sans un développement inclusif, d’autant plus que dans les faits, les niveaux élevés d’exclusion ou d’inégalité contribuent le plus souvent à restreindre la croissance économique.

Investir dans les femmes n’est pas juste un impératif moral, c’est également l’un des meilleurs investissements à faire pour pouvoir stimuler la croissance économique, et donc réduire la pauvreté.

Ainsi, lorsque nous parvenons à débloquer des opportunités de croissance économique et d’autonomisation des femmes, nous élargissons aussi leur liberté de prendre leurs propres décisions économiques, y compris pour investir dans le bien-être de leurs familles et de leurs communautés.

Lorsque, par exemple, les droits fonciers des femmes sont protégés, du Maroc au Lesotho, elles sont plus susceptibles de réaliser des investissements qui améliorent la productivité de leurs terres, pour nourrir leurs familles et, in fine, stimuler la croissance économique de leurs collectivités.

Partant de ce constat, le MCC s’engage à intégrer systématiquement les composantes « inclusion et genre » dans ses programmes de subventions afin d’accroître la capacité des femmes et des groupes les plus marginalisés à pouvoir accéder, participer et à bénéficier de ses investissements.

– Quel rôle les réformes institutionnelles et politiques doivent-elles jouer pour garantir un plus grand impact aux investissements du MCC dans l’infrastructure ?

En y associant des investissements d’infrastructure à grande échelle, les réformes politiques et institutionnelles sont un élément essentiel du modèle MCC, qui a pour vocation de contribuer à améliorer l’environnement pour attirer le secteur privé et multiplier les investissements sectoriels.

En effet, en mettant en place un environnement favorable aux entreprises, le MCC veut contribuer à instaurer des changements systémiques qui dureront bien au-delà de nos cinq ans d’investissement.

En réalité, bon nombre des réformes politiques que nous soutenons dans les pays partenaires sont conçues pour renforcer la capacité institutionnelle de nos partenaires à gérer durablement les grandes infrastructures que nous avons construites, longtemps après la fin de ces programmes.

Par exemple, dans le cadre du projet foncier du pacte Maroc, le MCC et le gouvernement marocain se sont associés pour mettre en œuvre d’importantes réformes juridiques qui puissent garantir les droits des femmes à hériter des terres collectives dans les zones irriguées, et reconnaître aussi explicitement les droits des femmes à participer à la prise de décision et à partager le produit des terres collectives.

Au final, ces réformes ne font que contribuer à faire reconnaître le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes, qui est expressément établi et reconnu par la Constitution du Maroc.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SOTHEMA : Résultat Annuel 2021 et Avis de Convocation à l’AGO du 18 mai 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.