χ
Dossier Cet article est issu du dossier «Evénements Nador/Melilia» Voir tout le sommaire

Avant l’assaut de Melilia, la bataille du mont Gourougou

RÉCIT. L’assaut de Melilia n’est qu’un épisode, le point culminant des tensions entre migrants et forces de l’ordre. De violents affrontements ont eu lieu la veille au mont Gourougou. Récit des faits à partir de l’enquête judiciaire.

Avant l’assaut de Melilia, la bataille du mont Gourougou

Le 5 juillet 2022 à 19h18

Modifié 6 juillet 2022 à 18h52

RÉCIT. L’assaut de Melilia n’est qu’un épisode, le point culminant des tensions entre migrants et forces de l’ordre. De violents affrontements ont eu lieu la veille au mont Gourougou. Récit des faits à partir de l’enquête judiciaire.

Une opération de ratissage qui tourne à la prise d’otages. Ce volet sera examiné lors des deux procès des 64 migrants poursuivis devant les juridictions de Nador.

Les faits concernent des incidents survenus la veille de l’assaut mortel sur le passage Barrio Chino (passage Beni Ensar et Melilia). Il est question d’agressions ciblées et organisées contre les forces de l’ordre. Lieu : la forêt Aznouden, où les autorités ont tenté – vainement – de déloger près d’un millier de migrants regroupés dans un camp au mont Gourougou. Cet endroit avait été dressé et dirigé par un certain Abou Chiba, membre recherché d’un réseau international d’immigration clandestine.

Les affrontements ont fait plusieurs blessés, notamment chez les forces de l’ordre. Au moins dix d’entre eux ont porté plainte, dont deux disent avoir été enlevés et séquestrés par les assaillants. Ce grief figure parmi les charges retenues contre les accusés devant la Chambre criminelle, où le procès s’ouvrira le 13 juillet. C’est dans le cadre de ce dossier que seront entendus les fonctionnaires parties civiles. En attendant, Médias24 a consulté leurs dépositions lors de l’enquête préliminaire.

LIRE AUSSI : Événements de Nador : ce que dit l’enquête judiciaire (1)

Ils sont policiers, gendarmes, soldats ou agents d’autorité… Le 23 juin, ils étaient plus d’une centaine à investir Aznouden, zone forestière située dans la commune d’Ihdadden (province de Nador). Ce « ratissage de grande envergure » devait désamorcer l’assaut des migrants prévu le lendemain sur la frontière. Car les autorités en avaient eu vent.

L’opération démarre au matin. Les forces de sécurité entament le troisième kilomètre à l’intérieur de la forêt quand, peu après 10 heures, elles sont surprises par des attaques d’individus masqués. D’origine soudanaise ou tchadienne, ils sont entre 700 et 1.000, selon les différents témoignages ; tous munis d’armes blanches, de bâtons ou de pierres.

Les différents récits décrivent une « violente résistance », notamment par « des jets de pierres », les assaillant profitant de leur supériorité numérique et de leur position en hauteur pour acculer les groupes d’intervention au retrait. Ils réussissent même à isoler quelques fonctionnaires, qu’ils conduisent au sommet de la montagne où ils sont pris en « otages ».

« Sonné par les jets de pierres, je me suis retrouvé, aux côtés d’un membre des Forces armées royales, encerclé par un nombre important de migrants. Ils nous ont roués de coups, dépossédés de notre matériel de service et conduits loin du lieu de l’intervention, où nous avons été détenus une demi-heure durant », témoigne A. K., policier.

« Sur place, j’ai subi toutes sortes de torture. Un des assaillants a même suggéré que l’on me liquide. On nous a finalement libérés, tout en m’imposant un itinéraire différent de celui pris par le membre des FAR », ajoute le plaignant.

Les otages ont été libérés à la suite de « longues négociations » entre migrants et forces de l’ordre, souligne l’enquête. Les premiers ont exigé des médicaments ainsi que le départ des autorités. En contrepartie, ils ont promis de libérer les éléments détenus et de restituer le matériel subtilisé aux fonctionnaires, dont une arme anti-émeute (un lance-grenade au gaz lacrymogène).

À SUIVRE

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

AFRIC INDUSTRIES : Résultats Semestriels 2021 

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.