χ

Istiqlal : Nizar Baraka semble renforcé par son bras de fer avec Ould Rachid, compromis en vue

Le courant de l’homme fort du sud a essuyé un nouveau revers, judiciaire cette fois-ci, après l’échec de la tentative de putsch contre le bureau de l’organisation des jeunes filles istiqlaliennes. Une nouvelle bataille perdue qui l’a persuadé, selon nos sources, de revenir aux négociations pour trouver un compromis avec l’actuel SG Nizar Baraka.

Nizar Baraka

Istiqlal : Nizar Baraka semble renforcé par son bras de fer avec Ould Rachid, compromis en vue

Le 30 juin 2022 à 20h03

Modifié 1 juillet 2022 à 7h33

Le courant de l’homme fort du sud a essuyé un nouveau revers, judiciaire cette fois-ci, après l’échec de la tentative de putsch contre le bureau de l’organisation des jeunes filles istiqlaliennes. Une nouvelle bataille perdue qui l’a persuadé, selon nos sources, de revenir aux négociations pour trouver un compromis avec l’actuel SG Nizar Baraka.

Le week-end dernier s’est jouée une nouvelle bataille dans la guerre qui oppose depuis plusieurs semaines le clan Hamdi Ould Rachid à Nizar Baraka et ses soutiens. Après avoir tenté de faire un forcing lors de la fameuse retraite du comité exécutif fin mai à Harhoura en changeant les statuts du parti pour réduire le nombre de ses représentants dans le Conseil National et changer la structure du parlement du parti, ainsi que sa tentative de faire tomber le président du groupe parlementaire Nouredine Modiane, Ould Rachid s’est lancé la semaine dernière dans une nouvelle stratégie : s’attaquer aux organisations parallèles du parti.

Première cible : « Fatayat Al Inbi3ate », organisation des jeunes filles istiqlaliennes, rattachée à la jeunesse du parti. Il voulait en changer le bureau et mettre à sa place une équipe qui lui est acquise, surtout après le soutien affiché de la présidente de cette organisation à Nizar Baraka dans sa lutte contre le clan Ould Rachid.

Cette bataille ne s’est pas jouée dans les arcanes du parti, mais a été déplacée cette fois-ci dans les tribunaux.

« Le clan Ould Rachid a essayé de faire un forcing en convoquant un congrès extraordinaire de cette organisation pour changer son bureau. Mais ce dernier a porté plainte et la justice a rendu son verdict samedi dernier décrétant qu’aucun congrès ne peut être organisé. Le clan Ould Rachid a fait appel, et a poussé le tribunal de Rabat à se réunir d’urgence le lendemain. La décision est tombée à 23h, avec une notification officielle de l’interdiction de la tenue du congrès », nous apprend un membre du comité exécutif de l’Istiqlal.

Une sortie de crise dans une semaine selon des sources du parti

« C’est une guéguerre parallèle que Ould Rachid et son mouvement ont lancée pour tester la capacité de Nizar Baraka et de ses soutiens. Je pense qu’après toutes les tentatives ratées de prendre le parti en otage, Ould Rachid est aujourd’hui convaincu que la seule solution qu’il lui reste, c’est le compromis. Des réunions se tiennent actuellement entre les deux courants pour essayer de trouver une issue à cette guerre. Nizar Baraka, même s’il est capable de tenir des bras de fer, ne veut pas que le parti implose. Et pousse aussi vers cette piste de réconciliation sans vouloir humilier qui que ce soit. Des nouvelles seront annoncées le week-end prochain, avec un atterrissage en douceur de cette crise », nous confie notre source du comité exécutif du parti de la balance.

Un influent député du parti, et un des grands soutiens de Nizar Baraka, ne dit pas autre chose : « C’est un nouveau revers pour le courant Ould Rachid. Ce n’est pas la première fois qu’il perd une bataille. Il voulait virer les inspecteurs du parti, mais s’est heurté à la résistance du secrétaire général. Il a voulu changer le président du groupe parlementaire, la majorité des députés ne l’ont pas suivi. Il a voulu changer les règles du jeu au sein des institutions du parti, mais la majorité s’y est opposée… Tout le monde est contre lui, en tout cas la majorité des Istiqlaliens. Le courant Ould Rachid se sent aujourd’hui isolé », commente notre source parlementaire.

Un rapport de forces en faveur de Baraka?

Mais comment expliquer cette perte d’influence du puissant maire de Laâyoune et ses soutiens ? Pour le député istiqlalien, les choses sont simples :

« Je pense que Ould Rachid et ses soutiens n’ont pas compris le changement qui a eu lieu entre 2017 et le scrutin de 2021. En 2017, le parti avait 42 députés, et Ould Rachid avait réussi à rassembler les gens pour destituer Hamid Chabat et faire élire Nizar Baraka. Mais le rapport de force a changé depuis. L’Istiqlal a désormais 81 députés, et la puissance de Ould Rachid s’est diluée dans cette masse. Le parti participe au gouvernement et son secrétaire général fait presque l’unanimité actuellement et personne ne veut que l’expérience du parti au sein du gouvernement actuel se solde par un échec », explique notre député.

Et d’ajouter que « Ould Rachid est une personne intelligente. Il est parti très loin dans sa guerre contre Nizar Baraka, mais c’est un homme qui sait revenir… Après ces revers qu’il a essuyés, je pense qu’il a compris que l’Istiqlal de 2017 n’est plus le même. Et il essaiera de répondre aux appels de Nizar Baraka qui a toujours voulu trouver un compromis et éviter l’éclatement du parti ».

Selon nos sources, Nizar Baraka est en train de gagner la guerre, mais sans vouloir faire trop de dégâts ou de victimes.

« Avec ce qui s’est passé ces dernières semaines et le forcing que voulait imposer Ould Rachid au parti, Nizar Baraka sort renforcé. Il sera élu secrétaire général pour un deuxième mandat haut la main à l’occasion du prochain congrès et va même pouvoir constituer un comité exécutif composé d’une majorité de ses soutiens. L’ère où Ould Rachid tenait l’appareil est révolue… », soulignent nos sources au sein du parti de Ssi Allal.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Salafin: Résultats annuels 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.