Assurance Takaful : l’activité a démarré, son développement sera progressif

| Le 29/6/2022 à 15:46
L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale a fait le point sur le démarrage de l’assurance Takaful et sur le potentiel du marché, lors d’une master class organisée ce mercredi 29 juin.

Le marché de la finance participative est animé depuis quelques semaines grâce au lancement officiel de l’assurance Takaful ; un modèle d’assurance basé sur les principes d’assistance mutuelle et de contribution à base d’engagement de donation.

Comme souligné par l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), ce mercredi 29 juin lors d’une master class sur l’assurance Takaful, l’opérationnalisation de ce modèle d’assurance participative permettra de compléter l’écosystème de la finance participative et de répondre aux besoins d’un segment de la population concernant la couverture assurantielle. Elle contribuera également à la promotion des produits des banques participatives, via l’assurance Takaful décès/invalidité pour la finance participative, et via l’assurance multirisque bâtiment pour la finance participative.

Cette opérationnalisation participera aussi au développement du secteur financier et ce, suite à l’inclusion financière d’une catégorie importante de citoyens qui, auparavant, se montrait réticente vis-à-vis des services proposés par ce secteur, pour des raisons religieuses, et par le biais des placements financiers des contributions des participants au titre des contrats d’assurance Takaful.

Depuis l’entrée en vigueur du cadre régissant l’assurance Takaful, l’ACAPS a octroyé à six banques participatives les agréments pour présenter les produits d’assurance Takaful. Il s’agit des produits d’entreprises ayant obtenu, début 2022, les agréments de l’ACAPS pour pratiquer les opérations d’assurance Takaful.

Les opérations d’assurances Takaful objet de ces agréments sont les suivantes : Vie et décès ; Investissement Takaful ; opérations d’assurances contre les risques d’accidents corporels ; opérations d’assurances contre l’incendie et éléments naturels ; opérations d’assurances contre le bris de glace ; opérations d’assurances contre les dégâts des eaux.

Quelques opérateurs ont déjà lancé la commercialisation de leurs produits, notamment Al Maghribia Takaful, Takafulia Assurance et Wafa Takaful.

Maintenant que l’assurance Takaful est lancée, la question est de savoir comment devrait évoluer le marché ? Et quel est le potentiel qu’il recèle ?

Le marché devrait se développer tout doucement

Le marché devrait se développer progressivement. Les opérateurs se focaliseront au début sur la couverture des risques des personnes ayant déjà fait appel au financement participatif, d’après Aissam El Achiki, chef de service veille et normalisation, direction de la régulation et de la normalisation des assurances à l’ACAPS, intervenant lors de cette master class.

« La circulaire spécifique Takaful prévoit l’ensemble des produits qui seront disponibles au niveau des assurances conventionnelles. On est en phase de démarrage. On essaie de combler le besoin actuel et de couvrir au préalable les personnes qui sont sous risque, notamment celles qui ont opté pour un financement participatif », a-t-il indiqué.

Par la suite, ces opérateurs devraient proposer de nouveaux produits. « Rien n’empêche les entreprises de la place d’entreprendre des initiatives pour proposer d’autres produits qui seraient adaptés à la population cible. Les assureurs et les intermédiaires d’assurance doivent faire un effort dans ce sens. Ils doivent également faire un effort pour faire comprendre à l’ensemble des participants les spécificités et particularités de ce système, afin qu’ils puissent distinguer les deux systèmes (assurance Takaful et assurance conventionnelle, ndlr) », ajoute-t-il.

« L’avancement et le développement de cet écosystème se fera doucement avec le temps. Son développement va se faire en fonction de la demande du marché. Il faut donc surveiller la demande et la tranche de population qui souhaite être assurée ou avoir des crédits participatifs. Les chiffres de développement de la banque participative peuvent déjà donner une idée par rapport à l’évolution de la demande au niveau de cet écosystème », estime Siham Ramli, directrice de la communication et des relations internationales à l’ACAPS.

Le développement du marché de l’assurance Takaful suivra donc celui de la banque participative.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.