AGR anticipe une hausse du taux directeur au cours des deux prochains trimestres

Siège de Bank Al-Maghrib à Rabat.
| Le 23/6/2022 à 16:03
Pour la société de recherche Attijari Global Research, Bank Al-Maghrib fait face au dilemme entre stabilité des prix et relance économique. Dans ce contexte d’inflation persistante et de mollesse économique, au moins une hausse du taux directeur est anticipée d’ici la fin de l’année. 

Suite à la décision de Bank Al-Maghrib (BAM), mardi 21 juin, de maintenir le taux directeur inchangé à 1,5%, la société de recherche Attijari Global Research (AGR) a publié une note mercredi 22 juin.

Elle souligne que cette décision intervient dans un contexte inflationniste marqué par une inflation qui avoisine les 6% à fin mai 2022, soit un plus haut niveau observé depuis 1995. Néanmoins, BAM a choisi de conserver le taux inchangé pour continuer à soutenir l’économie. "Celle-ci est pénalisée par des facteurs à la fois endogènes et exogènes. D’une part, l’envolée des prix alimentaires et énergétiques alimentée par les tensions géopolitiques en Europe. D’autre part, la faible campagne agricole au Maroc après un record de plus de 100 MQx en 2021", relève AGR. Les perspectives de croissance ont été revues de 0,7% à 1% en 2022, suite à une campagne céréalière attendue à 32 MQx et non à 25 MQx.

Au Maroc, l’inflation constatée est une inflation de l’offre et non de la demande. Elle provient de l’envolée des prix par les importations, via les composantes alimentaires et logistiques. "Ces dernières représentent près des deux tiers du panier du ménage", souligne la société de recherche. Mais désormais, AGR note que la Banque centrale fait face à un dilemme entre deux de ses missions : celle de veiller à la stabilité des prix et d’assurer la relance économique post-crise.

Au moins une hausse du taux directeur attendue cette année

AGR ressort avec deux messages principaux. Dans un premier temps, "Bank Al-Maghrib semble considérer le choc inflationniste actuel comme étant ‘conjoncturel’. Si l’indice des prix à la consommation devrait culminer à 5,3% en 2022, les projections en 2023 plaident pour une normalisation autour des 2%", indique AGR.

Dans un second temps, la tendance de relèvement des taux se généralise de plus en plus. La société de recherche note que "même les pays à ancrage monétaire fixe par rapport à l’euro ont entamé un resserrement monétaire, et ce, en anticipation du relèvement des taux de la BCE".

Le cadre actuel étant marqué par le maintien de l’inflation et la faible croissance économique, la société de recherche juge difficilement tenable le maintien d’une politique accommodante dans le temps. "Au-delà des considérations sociales, la question de la rémunération de l’épargne nationale devrait revenir au-devant de la scène avec des taux réels négatifs à compter du T2-22", souligne-t-elle. La société de recherche annonce réviser son scénario initial de stabilité des taux en 2022. "En effet, nous anticipons au moins une hausse du TD (taux directeur, ndlr) de Bank Al-Maghrib au cours des deux prochains trimestres", explique-t-elle.

Une pression haussière sur les taux obligataires est observée

AGR note que le taux de refinancement du Trésor s’est alourdi au T2-2022. "À l’origine, le recours intensif du Trésor au marché intérieur, et ce, en l’absence d’une nouvelle sortie à l’international", précise la société de recherche. Elle relève aussi un rehaussement de l’exigence des investisseurs en cette période inflationniste. Une hausse de 4,2% des crédits bancaires au secteur non financier est attendue cette année.

Concernant les taux du marché secondaire, au 14 juin, ils affichent une progression par rapport à 2021 ; particulièrement concernant la maturité à deux et cinq ans, où les taux sont passés respectivement de 1,74% à 1,98% et de 2% à 2,28%. Seule la maturité 30 ans offrait un rendement supérieur en 2021 à 3,32% contre 3,26% au 14 juin 2022.

AGR note également que les conditions de financement des banques par BAM devraient rester favorables, et ce, malgré la hausse attendue du déficit de liquidité en 2023 au-delà des 90 MMDH, du fait de l’augmentation de la circulation fiduciaire. "Nous relevons une appréciation des réserves de change atteignant de nouveaux records en 2022 à 343 MMDH, et ce, en marge de la sortie à l’international du Trésor prévue par la LF-22", conclut la société de recherche.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 23/5/2024 à 14:57

    Bourse. En 2023, les étrangers et les MRE détiennent 168 MMDH d'encours

    En 2023, alors que le montant des investissements des étrangers en valeur a progressé de 8% par rapport à 2022, la part que les étrangers détenaient dans la cote a légèrement reculé du fait de la hausse de la capitalisation boursière globale. La grande majorité des investissements étrangers sont stratégiques. Les investissements étrangers sont représentés à quasi parts égales par le Moyen-Orient et l'Europe.
  • | Le 23/5/2024 à 9:16

    Managem : baisse de 13% du chiffre d’affaires à fin mars

    La baisse des revenus provient notamment de la suspension temporaire des opérations polymétalliques sur le site de Guemassa et de la baisse de la production de cobalt en provenance de la mine de Bou-Azzer dans le but de préserver les ressources. Cela a été partiellement compensé par la hausse des cours du cuivre et des métaux précieux.
  • | Le 22/5/2024 à 18:03

    Tiers de confiance. L'AMDIE va s'appuyer sur les experts-comptables pour débourser les primes à l'investissement

    Lors des 8e Assises de l'Ordre des experts-comptables tenues ce 22 mai, l'AMDIE a signé une convention avec l'OEC pour les désigner comme tiers de confiance dans les process de déboursement des primes à l'investissement. Explications de Ali Seddiki, directeur général de l'AMDIE.
  • | Le 22/5/2024 à 13:31

    Virement instantané : un volume de 15,2 MMDH d'opérations traitées à fin avril

    L'adoption du virement instantané s'accélère en 2024, près d'un an après son lancement le 1er juin 2023. Depuis sa mise en service jusqu'à fin avril 2024, plus de 10 millions d'opérations ont été effectuées pour un volume global de plus de 36 MMDH. Le nombre d'opérations traitées par jour en moyenne a progressé de 45% en 2024, à 45.000 par rapport à la moyenne en 2023.
  • | Le 22/5/2024 à 9:26

    BCP : hausse de 78% du RNPG au premier trimestre

    Le groupe affiche une amélioration de 25,5% de son PNB à fin mars 2024, poussé par les activités bancaires et le rebond des activités de marché. Le coût du risque progresse de 48% à 1,3 MMDH.
  • | Le 17/5/2024 à 15:08

    CFG Bank : indicateurs en forte hausse à fin mars, RNPG 2024 attendu en hausse de 40% à 50%

    Le groupe affiche une forte hausse de ses indicateurs à tous les niveaux à fin mars. Le PNB progresse de 44%. Le RBE progresse à un rythme plus soutenu, du fait d'une bonne maîtrise des charges qui croissent moins vite que le PNB. Le RNPG 2024 du groupe devrait progresser entre 40% et 50%.