χ

À Marrakech, Radeema appelle à une mobilisation générale pour éviter les coupures d’eau

La Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Marrakech dévoile son plan d'action pour rationaliser l'usage de l'eau à Marrakech. Cela comprend plusieurs mesures permettant de réduire la pression sur les ressources hydriques afin d'éviter le scénario extrême des coupures d'eau nocturnes. Mais ces dernières ne sont pas exclues si la situation hydrique continue de se dégrader.

À Marrakech, Radeema appelle à une mobilisation générale pour éviter les coupures d’eau

Le 22 juin 2022 à 18h43

Modifié 23 juin 2022 à 17h31

La Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Marrakech dévoile son plan d'action pour rationaliser l'usage de l'eau à Marrakech. Cela comprend plusieurs mesures permettant de réduire la pression sur les ressources hydriques afin d'éviter le scénario extrême des coupures d'eau nocturnes. Mais ces dernières ne sont pas exclues si la situation hydrique continue de se dégrader.

Les coupures d’eau à Marrakech ne sont pas formellement exclues; tout dépendra des futures situations hydriques.

La Radeema a présenté ce mercredi 22 juin, lors d’une conférence de presse conjointe avec l’Agence du bassin hydraulique du Tensift (ABHT) et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), son plan d’action pour la lutte contre la sécheresse et le déficit hydrique à Marrakech.

Cette communication qui se veut rassurante avec un ensemble de mesures, semble néanmoins préparer les esprits à un durcissement des restrictions mises en place fin janvier 2022; plusieurs scénarios sont sur la table dont le plus extrême est le déclenchement des coupures d’eau nocturnes si la situation l’exige.

Ces mesures entrent dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêté gubernatorial du 26 janvier 2022, dont l’objectif est de rationaliser la consommation d’eau.

Jointe par nos soins, Nadia El Hilali, directrice générale de la Radeema, nous explique que « pour gérer au mieux la situation de stress hydrique que vit notre pays, la régie met en œuvre un certain nombre d’actions visant la rationalisation de la distribution de l’eau potable afin d’assurer sa distribution en continue, au profit de nos clients ».

« Le comité de vigilance présidé par Monsieur le Wali de la région de Marrakech-Safi se réunit à fréquence régulière pour suivre l’évolution de la situation hydrique, ainsi que l’état d’avancement des actions découlant de l’arrêté gubernatorial n° 238 du 26 janvier 2022, en vue de décider des mesures nécessaires », a-t-elle ajouté, notant que « l’ensemble de celles-ci permet d’assurer la sécurité d’alimentation de Marrakech en eau potable et d’éviter les plans de coupure« .

Les barrages desservant Marrakech remplis à 17% à peine

En effet, l’eau se fait de plus en plus rare dans la région de Marrakech-Safi, en particulier dans la ville ocre. Marrakech est alimentée à partir du sud de la ville, et majoritairement via les eaux superficielles issues du barrage Hassan 1er. Une alimentation de secours est également opérationnelle à partir de Lalla Takerkoust et Yacoub El Mansour. La situation de ces barrages affiche un remplissage d’à peine 17%. 

Selon la Radeema, le bilan des besoins/ressources à long terme fait ressortir l’insuffisance des ressources mobilisées depuis le Sud à partir de 2030.

En tenant compte de l’évaporation des besoins moyens en tête de réseau et sans recourir aux ressources souterraines, le niveau des ressources assurera une autonomie couvrant le mois de septembre 2022, précise la régie. Toutefois, avec le transfert de 650l/s depuis le Nord (barrage Massira d’une capacité de 2657 millions de m3), l’autonomie couvrira novembre 2022. Ce transfert Nord-Sud est l’une des mesures adoptées par la régie pour sécuriser l’approvisionnement en eau potable à Marrakech.

Des coupures d’eau ne sont pas exclues

L’ensemble des mesures adoptées par la Radeema lui permettront, à terme, de gagner un total de 4,3 Mm3. La plus importante consiste en la rationalisation de la distribution de l’eau potable. Le plan d’action de la régie s’articule autour de trois axes :

  • réduire les pertes sur le réseau eau potable ;
  • freiner les volumes injectés au niveau du réseau de distribution ;
  • optimiser la consommation des clients.

Pour ce faire, la Radeema procèdera à la régulation/modulation de pression au niveau du réseau de distribution d’eau potable, au cours d’une plage horaire, tout en assurant l’alimentation en eau des clients sensibles (hôpitaux, centres de santé, cliniques, prisons, administrations…) et en gardant l’alimentation du jour sans modification.

Cette modulation s’opère selon l’évolution de la situation hydrique et selon les consignes du comité de vigilance. Depuis février, la pression du réseau a été réduite pendant la nuit.

Si la situation hydrique l’impose, d’autres mesures peuvent être déployées allant jusqu’à activer des plans de coupure, comme sur d’autres villes, avec pour finalité l’alimentation en alternance en eau potable des quartiers périphériques et à vocation domestique, tout en assurant l’alimentation des clients sensibles.

Détection des fuites et mise à niveau du réseau

La régie compte aussi renforcer les campagnes de recherche et de détection des fuites, avec comme objectif un balayage de 2.800 km du réseau d’eau à fin juillet 2022 (qui correspondent à la totalité du réseau de distribution).

La mise à niveau du réseau est une autre action entamée pour faire face à la rareté de l’eau dans la ville ocre. Il s’agit concrètement de la réalisation de l’infrastructure nécessaire pour connecter le réseau d’eau potable de Marrakech avec l’adduction du Nord de l’ONEE à partir du barrage Massira. Cette mise à niveau comprendra la réalisation d’un ouvrage de stockage et de conduites d’interconnexion entre l’alimentation du Nord et le réseau existant. Elle permettra ainsi de mobiliser jusqu’à 1.050l/s à partir de l’adduction du Nord, soit 33% des besoins.

La régie effectuera par ailleurs des travaux de transfert Nord-Sud depuis le réservoir d’eau potable Ram Ram au réservoir Sidi Moussa, afin de mobiliser jusqu’à 2 m3/s d’eau potable pour la ville de Marrakech, soit 66% des besoins. Ce projet nécessite un investissement de 290 millions de DH.

Les eaux usées épurées pour arroser les golfs et les espaces verts

La Radeema va également :

  • Mobiliser les eaux usées épurées (EUE) pour l’arrosage des golfs et des espaces verts. A ce jour, 87 km de conduites sont déjà opérationnels, et 19 conventions pour l’usage des EUE dans 21 golfs signées. Pour ce qui est des espaces verts, 26 espaces sont concernés, soit une superficie de 228 ha.
  • Créer une borne d’appoint à la Step pour un coût de 600.000 DH afin de réutiliser les EUE dans le secteur industriel, par les prestataires d’hydrocurage, de nettoiement et de BTP, mais aussi pour l’arrosage des espaces verts.
  • Contribuer activement à la mise en œuvre du plan d’action de l’efficacité hydrique dicté par arrêté gubernatorial.

Des actions de sensibilisation à l’économie d’eau

Pour accompagner ce plan d’action « Sécheresse », la Radeema s’est engagée dans un plan de communication et de sensibilisation, en intégrant les parties prenantes. Elle organise ainsi :

  • des ateliers de sensibilisation au profit des associations de Marrakech ;
  • des journées portes ouvertes dédiées aux thématiques du stress hydrique, en partenariat avec les opérateurs du secteur (ABHT, ONEE et ministère de l’Environnement) ;
  • des visites des projets phares liée à la sécurisation de l’alimentation et à l’utilisation des eaux non conventionnelles ;
  • des rencontres périodiques avec les parties prenantes ;
  • des reportages et interviews avec les chaînes télévisées ;
  • une campagne médias sur la thématique « Radeema se mobilise contre le stress hydrique » ;
  • des messages de mobilisation pour l’économie de l’eau édités sur les factures clients, SMS…

Par ailleurs, un plan de communication plus large, avec la contribution des parties prenantes concernées, est en cours de déploiement pour accompagner la mise en œuvre de l’arrêté gubernatorial. Ce plan a pour objectif une sensibilisation collective à la rationalisation de l’utilisation des ressources hydriques, visant l’instauration d’une nouvelle culture durable protectrice des ressources par le changement du comportement de consommation de l’eau.

Notons que la Radeema assure la desserte en eau potable des communes suivantes, avec un taux d’intégration variable détaillé comme suit :

  • les communes urbaines Mechouar-Kasbah et Marrakech sont desservies totalement en eau potable par la Radeema ;
  • l’alimentation en eau potable de la commune Tassultante est assurée totalement par la Radeema, à l’exception de quelques douars dont la distribution est assurée par des associations ;
  • l’alimentation en eau potable de la commune Ouahat Sidi Brahim est assurée totalement par le réseau de la Radeema ;
  • pour la commune Al Ouidane, Radeema assure la distribution en eau potable de quelques douars.

Mesures prises par l’ABHT

D’autres mesures sont par ailleurs prises par l’ABHT, nous fait savoir son directeur, contacté par Médias24. Selon notre interlocuteur, l’agence gère sept grands barrages, dont les taux de remplissage se présentent comme suit :

  • Lalla Takerkoust (Al Haouz) : 27% ;
  • Yacoub Al Mansour (Al Haouz) : 45% ;
  • Abou El Abbas Essebti (Chichaoua) : 68,7% ;
  • My Abderrahmane (Essaouira) : 63% ;
  • Sidi M’hamed Ben Slimane El Jazouli (Essaouira) : 52% ;
  • Sidi Driss (El Kelâa des Sraghna) : 85% ;
  • My Hassan Ier (Azilal) : 14%.

« Les barrages qui assurent l’approvisionnement en eau potable de Marrakech sont Lalla Takerkoust, Yacoub Al Mansour, Sidi Driss et My Hassan Ier », ajoute notre source, notant que « nous avons un réseau de mesure en amont des barrages afin de mesurer les apports en eau ».

Le directeur général de l’ABHT indique que « des mesures spéciales ont été prises pour la gestion de la période d’été » et faire face à la rareté de l’eau.

« Pour gérer l’offre, nous menons actuellement six forages à Marrakech, en plus de l’utilisation des eaux du barrage My Youssef pour l’eau potable, alors qu’il est normalement dédié à l’irrigation. Nous respectons également les mesures de l’arrêté gubernatorial du 26 janvier qui réglemente l’utilisation de l’eau, et nous menons des actions de communication et de sensibilisation autour de l’économie de l’eau. Enfin, nous réalisons des audits de consommation au niveau des 100 établissements les plus consommateurs d’eau de la ville », conclut-il.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

HPS: Indicateurs Financiers

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.