Hausse des taux des crédits à la consommation, voici quelques explications

M.Ett | Le 9/6/2022 à 17:41
Les taux des crédits à la consommation connaissent une hausse par rapport à l’année 2021. Voici les explications de cette tendance, livrées par deux experts de la place, joints par LeBoursier.

La question de la hausse récente des taux des crédits à la consommation a été soulevée lors des sessions plénières, consacrées aux questions orales, tenues lundi 6 juin.

Face à cette question, Nadia Fettah, ministre de l’Economie et des finances, a tenu a souligné que les taux ont connu une légère baisse depuis 2019. « Le taux d’intérêt appliqué aux crédits à la consommation a connu généralement une baisse au cours des dernières années, en passant de 6,72% au troisième trimestre de l’année 2019 à 6,50% au premier trimestre 2022 ».

A noter que, d’après la dernière publication des statistiques monétaires de Bank Al Maghrib, le crédit à la consommation évolue légèrement de +0,3% à 56,3 milliards de dirhams. Sur une année glissante, il progresse de 2,3%.

La ministre a tenu à rappeler les efforts déployés par la Banque centrale afin d’accompagner les besoins de financement de l’économie, notamment à travers la baisse du taux directeur. « Bank Al-Maghrib intervient largement pour injecter la liquidité nécessaire sur le marché pour assurer un financement adéquat à des taux d’intérêt appropriés pour toutes les parties prenantes. Le principal taux d’intérêt de Bank Al-Maghrib a été révisé à la baisse à deux reprises en réponse aux besoins de financement de l’économie nationale résultant de la pandémie « Covid 19″. Il a été réduit de 25 et 50 points de base en mars et juin 2020, respectivement, pour atteindre 1,5% actuellement ».

« Afin de protéger le consommateur, notamment dans ses relations avec les établissements de crédit, une révision complète du système juridique lié à la protection des consommateurs a été faite, aboutissant à la promulgation de la loi n° 08-31 de 2011 déterminant les mesures de protection du consommateur », a-t-elle ajoutée.

Quelle est l’explication de la hausse observée des taux des crédits à la consommation ? Un économiste de la place, joint par LeBoursier, explique : «

« Les taux des crédits de consommation sont restés un peu stables, d’après les dernières statistiques de Bank Al-Maghrib, en comparaison avec l’année 2021. Mais ils restent les taux les plus élevés de toutes les catégories de crédit. Cela s’explique par le fait qu’ils ne sont pas octroyés sur la base de garanties ou d’hypothèque. Ils sont octroyés sur la base des conditions salariale des demandeurs des crédits ».

« De plus, les taux des crédits à la consommation n’ont relativement pas baissé de la même manière que les autres catégories de crédits après la baisse du taux directeur. Cela est lié au fait que la conjoncture est difficile, causant ainsi une hausse du chômage et une aggravation des difficultés financières des entreprises. Ces éléments ne jouent pas en faveur de cette catégorie de crédit. C’est pour dire que les conditions d’octroi des crédits à la consommation ont évolué négativement. Ainsi, la prime de risque reste quand même importante ».

Notre interlocuteur pense que les taux devraient poursuivre leur hausse légèrement cette année. Pour lui, « les actions de la banque centrale ne sont pas là pour encourager les crédits à la consommation. Ils sont là surtout pour accompagner le système productif en soutenant les financements des entreprises, notamment les financements de trésorerie, des équipements et des d’investissement. Les crédits à la consommation restent un segment qui et relativement risqué vu qu’il n’est pas adossé à un objet économique ».

« Les taux augmentent suite aux anticipations d’une éventuelle hausse du taux débiteur »

Un banquier de la place estime qu’en dehors de la conjoncture économique qui demeure difficile, il y a un autre élément qui favorise la hausse des taux.

« Les taux des crédits à la consommation avaient reculé suite à la baisse du taux directeur en 2021, mais ils sont en train de reprendre en cette période. La hausse actuelle est liée, en partie, aux anticipations du marché d’une éventuelle hausse du taux directeur par la Banque centrale », explique-t-il.

« Leur évolution future dépendra donc de l’évolution du taux directeur », pense-t-il.

lire aussi
  • | Le 29/6/2022 à 17:03

    IPO : ce qu’il faut savoir sur Disty Technologies, nouvel arrivant en Bourse

    Le prix de l’action a été fixé à 284 dirhams et la première cotation s’effectuera le 20 juillet. La société est une PME et sera la première à intégrer le marché alternatif. En 2021, elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH. Son IPO lui permettra d’étoffer son portefeuille produit, de recruter et d'envisager une croissance externe. Un premier dividende sera versé au mois de septembre suite à l’opération. La valorisation a induit un rendement de 5,3% sur les deux prochaines années.
  • | Le 29/6/2022 à 15:46

    Assurance Takaful : l’activité a démarré, son développement sera progressif

    L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale a fait le point sur le démarrage de l’assurance Takaful et sur le potentiel du marché, lors d’une master class organisée ce mercredi 29 juin.
  • | Le 28/6/2022 à 16:32

    Finance participative : Al Maghribia Takaful dévoile ses produits et ses ambitions

    La filiale participative de La Marocaine Vie démarre son activité au Maroc. Elle a décliné ses produits et exprimé ses ambitions lors d’une conférence de presse ce mardi 28 juin. Détails.
  • | Le 28/6/2022 à 10:07

    Disty Technologies : l’AMMC vise le prospectus d’introduction en bourse de la société

    Cette société de distribution et vente de produits et solutions informatiques souhaite s’introduire en bourse. L’AMMC vise le prospectus relatif à l’IPO et dévoile les conditions de l’opération.
  • | Le 27/6/2022 à 16:28

    BCP : les Marocains du monde devraient booster les crédits immobiliers cette année

    Le groupe table sur un retour exceptionnel des Marocains du Monde après deux ans d’absence, et note d'ores et déjà une amélioration des transferts d’épargne en vue d’investissements. Une amélioration des crédits immobiliers est attendue d’ici la fin de la saison. Ces transferts et acquisitions se font néanmoins dans un cadre réglementaire qui devient de plus en plus tendu, avec l’Europe notamment.
  • | Le 26/6/2022 à 7:53

    LafargeHolcim Maroc : une nouvelle usine moderne, dans un contexte compliqué

    La nouvelle usine Agadir-Souss est fortement équipée en technologie. Elle permettra une amélioration des contrôles et des coûts de production à terme. Le taux d’activité sur la partie clinker est de 60% et l’exportation a déjà commencé. Mais le contexte global est assez morose.