La campagne agricole affectée par la hausse des prix des engrais azotés

Pour remédier à l’augmentation constante, ces derniers mois, des prix des engrais azotés, les agriculteurs utilisent les engrais blends, au risque de subir des pertes en termes de calibrage et de tonnage.

La campagne agricole affectée par la hausse des prix des engrais azotés

Le 2 juin 2022 à 11h09

Modifié 2 juin 2022 à 13h05

Pour remédier à l’augmentation constante, ces derniers mois, des prix des engrais azotés, les agriculteurs utilisent les engrais blends, au risque de subir des pertes en termes de calibrage et de tonnage.

"Les prix internationaux de référence des engrais ont augmenté ces derniers mois, atteignant des niveaux record. Les hausses les plus notables concernent les engrais azotés", constate l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Les engrais azotés sont essentiels à la production d’oléagineux et de blé tendre. Ils sont fabriqués à partir de gaz naturel. Une ressource stratégique qui pèse plus de la moitié du coût de production des engrais azotés.

Or, la guerre en Ukraine a eu un effet négatif sur le prix et la disponibilité de ces intrants agricoles, principalement l’ammonitrate et l’urée, dont les tarifs ont quasiment triplé. Les fabricants d’engrais azotés ont diminué leurs productions en réaction à l’envolée des prix du gaz naturel.

Une hausse de plus de 300% au Maroc 

Les agriculteurs marocains n’ont pas été épargnés par cette augmentation significative. "Les prix des engrais azotés ont également triplé au Maroc", affirme Ilyas Lakhdar, ingénieur agricole. "Par exemple, un quintal d’ammonitrate coûtait entre 350 et 370 DH. En février dernier, il a atteint les 1.500 DH. Il y a une semaine, son prix a quelque peu baissé pour s’établir à 1.100 DH. Mais encore faut-il le trouver !"

Echaudés par cette situation, des agriculteurs ont décidé de s’en passer. "Les engrais blends (NPK) se sont substitués aux engrais azotés", observe Ilyas Lakhdar.

Les engrais blends (NPK) apportent également les besoins nutritifs nécessaires à la croissance des plantes. Leurs prix n’ont pas connu une progression importante en raison de leur faible teneur en unités d’azote (15), en comparaison aux engrais azotés (33).

Mais cette alternative, qui permet d’atténuer a minima le manque d’azote dans les cultures, présente des inconvénients, notamment lors du tallage des céréales, un phénomène naturel qui permet d’obtenir plusieurs tiges à partir d’une seule. C’est la quatrième étape après les semis, la germination et la levée. Plus il y aura de talles, plus il y aura d’épis et de grains de blé.

"En utilisant les engrais azotés dans les cultures céréalières, une graine peut donner quatre ou cinq épis. En l’absence de ces intrants, le tallage n’est pas favorisé et la graine ne donne qu’un seul ou deux épis, même si les engrais blends sont épandus", explique notre interlocuteur. "Le calibrage des fruits est également impacté et leur taille a diminué", poursuit-il.

Quid de la prochaine campagne agricole ? 

La Banque mondiale prévoit que les prix des engrais azotés demeurent élevés pendant une longue période. "Cette hausse risque de provoquer d’importantes baisses de rendements et d’amplifier la diminution de la production alimentaire et de sa qualité", complète la FAO.

Actuellement, la baisse des rendements est quelque peu atténuée par l’utilisation des engrais blends. L’indisponibilité des engrais azotés est quasiment passée au second plan à cause de la sécheresse qui sévit dans le pays. "L’efficacité des engrais azotés épandus à la surface du sol dépend de la pluie après leur apport", décrypte Ilyas Lakhdar.

"Cependant, si les conditions climatiques sont favorables lors de la prochaine campagne agricole, avec une bonne pluviométrie, l’absence d’engrais azotés à des prix abordables sera plus regrettable encore", conclut-il.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Salafin : RÉSULTATS ANNUELS 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.