Voici l’impact de l’inflation sur le marché boursier marocain

M.Ett | Le 1/6/2022 à 17:29
L’inflation pourrait agir sur le potentiel des entreprises cotées, comme elle pourrait être une source génératrice d’un effet prix. Dans ce cas, les rendements de la place pourraient être maintenus à des niveaux élevés, d’après un directeur chez une société de recherche de la place. Analyse.

L’inflation poursuit son trend haussier au Maroc, comme un peu partout dans le monde. A fin avril 2022, elle a atteint 5,9% au Maroc contre 5,3% au mois de mars et 3,6% en février. Son évolution inquiète les marchés et favorise un climat d’incertitude.

Sur le marché des Bons du Trésor, l’impact de l’inflation se fait sentir, à tel point que l’on a constaté une baisse des souscriptions.

Quid de l’impact sur le marché boursier ?  

Joint par LeBoursier, un directeur chez une société de recherche de la place estime que «l’impact de l’inflation sur le marché est une question de perception, ça dépend de la manière dont on voit les choses ».

L’inflation pourrait impacter négativement les perspectives d’évolution des sociétés. « L’inflation agit sur le potentiel des entreprises cotées. Les investisseurs craignent que la hausse de l’inflation détériore le niveau des marges et donc le rendement des entreprises cotées, du coup ils préfèrent attendre pour voir si le marché taux ne va pas monter et peut-être même vendre et sortir du marché actions en préservant le cash. Mais il très difficile aujourd’hui de se prononcer sur ça et d’anticiper l’évolution du marché ».

A noter que le MASI a lâché 7,2% depuis le début de cette année jusqu’à la séance de mercredi 1er juin 2022. En cause : les incertitudes qui planent sur la sphère internationale et nationale suite notamment au déclenchement de la guerre en Ukraine et au risque inflationniste.

Evolution du MASI depuis début 2022

Source : medias24.com

Les opérateurs cotés ne connaitront pas le même impact. « Pour le moment, les entreprises cotées vont aux meilleurs des cas maintenir leurs marges ou légèrement les baisser. L’impact de l’inflation sur les opérateurs cotés ne devrait pas être le même, d’un opérateur à l’autre. Il y a des opérateurs qui pourraient résister, d’autres non. Mais globalement, les entrepreneurs devraient rester en quasi-stagnation, cela veut dire que le marché actions ne devrait pas être en ballottage défavorable pour les investisseurs », souligne-t-il.

L’inflation se situe à peu près à 6%. Le rendement moyen du marché actions marocain, basé sur les résultats 2021, est de 3,2% (d’après les dernières données hebdomadaires diffusées par CFG Bank).

Notre interlocuteur trouve qu’afin d’appréhender le placement en bourse, il faut le comparer avec le placement sur les taux. « Le marché actions est en baisse. En face, le marché des taux est toujours positif. Cette situation n’est pas en faveur du marché actions. Si le marché ne se reprend pas très rapidement, les investisseurs auront plus tendance à vouloir privilégier l’investissement sur les taux, ce qui pourrait accentuer les pertes du marché actions », explique-t-il.

L’inflation pourrait aussi être bénéfique pour les sociétés cotées. « L’inflation est aussi une source génératrice d’un effet prix. Elle permet aux entreprises d’avoir plus de revenus même si elles travaillent moins. On a vu qu’il y a un effet prix très dominant sur les résultats des sociétés cotées du premier trimestre 2022. Les chiffres d’affaires ont augmenté majoritairement d’une façon significative. En face, les volumes sont en stagnation ou en baisse ».

Cette tendance devrait se poursuivre. « Certes, les marges pourraient baisser, mais les prix vont augmenter. Cela devrait favoriser la croissance du chiffre d’affaires, de la rentabilité et du rendement des opérateurs. Du coup, les niveaux de rendement peuvent être maintenus à des niveaux élevés », conclut-il.

lire aussi
  • | Le 29/6/2022 à 17:03

    IPO : ce qu’il faut savoir sur Disty Technologies, nouvel arrivant en Bourse

    Le prix de l’action a été fixé à 284 dirhams et la première cotation s’effectuera le 20 juillet. La société est une PME et sera la première à intégrer le marché alternatif. En 2021, elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH. Son IPO lui permettra d’étoffer son portefeuille produit, de recruter et d'envisager une croissance externe. Un premier dividende sera versé au mois de septembre suite à l’opération. La valorisation a induit un rendement de 5,3% sur les deux prochaines années.
  • | Le 28/6/2022 à 15:28

    La croissance de la masse bénéficiaire de la cote devrait ralentir à +3,5% en 2022 (CFG Bank)

    Après un bond des bénéfices de la cote en 2021, le rythme de croisière devrait fortement ralentir cette année. Les secteurs de l’énergie, des cimentiers et de l’automobile devraient le plus participer à la baisse de la masse bénéficiaire.
  • | Le 27/6/2022 à 16:20

    Les banques reculent en bourse malgré la bonne évolution de leur activité au T1-2022

    La majorité des banques cotées à la bourse de Casablanca affiche une évolution baissière depuis le début de l’année. Un analyste nous explique que cette baisse n’est pas fondamentale vu que l’activité a bien évolué en début d’année. Des craintes commencent néanmoins à encercler le secteur.
  • | Le 21/6/2022 à 15:52

    Bourse : voici les secteurs cotés qui résistent bien face à la baisse du marché

    Six secteurs cotés résistent bien en bourse, affichant une évolution positive de leurs cours depuis le début de l’année 2022, au moment où le MASI poursuit sa dégringolade. Un analyste de la place apporte des explications.
  • | Le 20/6/2022 à 16:30

    Le marché boursier entre baisse et attentisme, le Conseil de BAM est épié

    La baisse de la Bourse de Casablanca s'est accélérée à la clôture de la séance du vendredi 17 juin, reflétant ainsi les craintes et l’attentisme des investisseurs quant à l’évolution du taux directeur, d’après les explications d’un membre du directoire d’une société de bourse de la place. Analyse.
  • | Le 19/6/2022 à 7:24

    BCP : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’’accumuler’ à ‘alléger’

    Le groupe a affiché un bon regain de ses bénéfices au premier trimestre 2021 grâce à une bonne tenue des marges et une baisse du coût du risque. Cette tendance devrait se conserver sur le reste de l’année. Le groupe évolue dans un contexte global compliqué, marqué par le ralentissement de la production de crédits et fait face à la difficulté de générer une croissance externe et organique rentable. Le taux de contentieux est supérieur à la moyenne du marché.