χ

E-commerce : le Maroc peut et doit mieux faire

Bien que le taux de pénétration d’internet au Maroc ait atteint 93% au troisième trimestre 2021, l’activité e-commerce doit se professionnaliser davantage, estiment deux experts consultés par Médias24.

E-commerce : le Maroc peut et doit mieux faire

Le 26 mai 2022 à 12h34

Modifié 26 mai 2022 à 15h04

Bien que le taux de pénétration d’internet au Maroc ait atteint 93% au troisième trimestre 2021, l’activité e-commerce doit se professionnaliser davantage, estiment deux experts consultés par Médias24.

L’avenir du e-commerce sur le continent africain n’est pas à démontrer, malgré les freins inhérents à son implantation, comme la connectivité ou les infrastructures. En plus de la première licorne africaine Jumia, le mastodonte Alibaba s’installe de plus en plus en Afrique.

Au Maroc comme partout ailleurs, l’activité du e-commerce est en croissance constante, selon le rapport du Centre monétaire interbancaire (CMI) sur l’activité monétaire du e-commerce. Qui plus est, le pays affiche l’un des taux de pénétration d’internet les plus élevés d’Afrique (93%) et possède une infrastructure routière correcte, notamment dans les grandes périphéries. Et pourtant : le secteur peine à décoller.

Un secteur qui avance pas à pas

La crise a rendu visible, comme jamais auparavant, l’atout du numérique pour le commerce électronique et a accéléré cette tendance. Tous les indicateurs sont au vert pour un modèle plein de promesses.

Malgré cela, le nombre de boutiques en ligne au Maroc est dérisoire : « Seulement 10.000 sites e-commerce alors que selon l’OMPIC (Office marocain de la propriété industrielle et commerciale, ndlr), le Maroc compte deux millions d’entreprises dont 61% opèrent dans le commerce. A titre de comparaison, le nombre de sites marchands en France est porté à plus de 270.000 », note Driss Alami, fondateur de Egio, une agence spécialisée dans le développement de sites marchands, dont la majorité du chiffre d’affaires est réalisée en offshore.

« Si vous envisagez de créer votre propre boutique en ligne, il n’y a pas meilleur moment que maintenant », recommande-t-il.

Néanmoins, si le commerce en ligne est une fenêtre vers de nouveaux marchés locaux et internationaux, il n’en demeure pas moins qu’avant de prendre la décision de se lancer sur ce canal, l’offre doit être structurée. « Les produits sont visibles 24h/24 7j/7, de surcroît aux quatre coins du monde ; c’est pourquoi la qualité de la boutique en ligne est exigée. Elle doit être au goût du jour si l’on souhaite viser le marché international », renchérit Youssef Boubia, fondateur de l’agence Numeric Way.

« La majorité des sites marchands marocains sont de petits commerçants dont le seul besoin est d’être présent sur le digital. Ils peuvent mieux faire car le potentiel est énorme. Le secteur en est encore à ses balbutiements et s’inscrit de plus en plus dans les habitudes des consommateurs marocains », poursuit-il.

Créer des sites e-commerce professionnels, un impératif

Dans la jungle des solutions en SAAS pour la création de sites e-commerce, la capacité de créer une boutique en ligne est accessible même aux personnes amatrices sur le plan technique.

Toutefois, pour en fonder une qui soit optimisée et performante, « il est fortement conseillé de faire appel à des professionnels et d’établir un cahier des charges détaillé qui comprenne toutes les fonctionnalités nécessaires. S’ajoute à cela un design élégant ponctué d’images de bonne qualité, des descriptifs produits clairs et des éléments de réassurances pour les clients afin d’optimiser l’efficacité de la boutique en ligne, comme la gestion des retours, la garantie produit, les moyens de livraison, etc. La plateforme doit inspirer confiance ; le consommateur accorde en effet une grande importance à la première impression qu’il a lorsqu’il atterrit sur un site e-commerce », souligne Youssef Boubia.

Concernant le coût réel de ces sites, il dépend des fonctionnalités souhaitées, relatives aux cinq piliers d’une boutique en ligne identifiés par Driss Alami.

– Le produit : ce volet comprend le travail sur les visuels, le copyrighting, le descriptif du produit et son prix, la personnalisation, la richesse du catalogue… Ce pilier met en exergue le marketing produit par la création de contenu, et bien évidemment les prix étudiés. « Les sites marchands les plus réussis au Maroc sont ceux qui proposent des produits dont le prix se situe autour de 300 dirhams. Il s’agit d’un constat terrain partant de notre expérience sur le marché marocain », souligne Driss Alami.

– Le store : il englobe la partie design, l’expérience utilisateur, la maintenance et surtout la technologie CMS, qu’elle soit hébergée ou SAAS comme Woocommerce, PrestaShop, Magento ou Shopify. « Quel que soit le choix technologique, ou l’approche design, il est important de porter une attention particulière à plusieurs éléments : fluidité du parcours client, accès au catalogue produits et au process de commandes, et fonctionnalités de fidélisation », relève notre interlocuteur.

– La logistique : il s’agit de répondre aux interrogations suivantes : « Sera-t-elle sous-traitée ou gérée en interne ? Y aura-t-il des options de livraison à l’international ? Combien de livreurs interviendront ? Quels seront les délais de livraison ? Avec quels frais ? S’agissant du stock, sera-t-il dans le magasin physique ou dédié au e-commerce ? ».

– Le paiement : cette rubrique permet de considérer les options de paiement : à la livraison ou en ligne ? Quels partenaires de paiement ? Etc.

– Le marketing digital : pour optimiser le flux des visiteurs, les convertir en acheteurs et valoriser la marque. Ce processus utilise plusieurs outils qui appuient la stratégie de marketing digital. Parmi eux, le référencement naturel, l’e-mailing ou la publicité sur les réseaux sociaux. « L’internaute doit sentir l’existence de la marque même derrière son écran », précise Driss Alami.

Selon les fonctionnalités souhaitées, Driss Alami distingue trois gammes de prix selon l’approche de réalisation : « En général, les petits e-commerçants porteurs de projet s’adressent à des plateformes SAAS nationales comme Storino ou Youcan, ou internationales comme Shopify ou Wix, qui mettent à leur disposition des outils DIY, moyennant un abonnement mensuel de 400 dirhams en moyenne et/ou des commissions sur les ventes. Quant aux sites TPE/PME, ils sont généralement accompagnés par de petites agences ou des freelances, dont l’offre de prix varie entre 15.000 et 30.000 dirhams. »

Egio se positionne sur des sujets e-commerces structurants de retailer ou marques dont les budgets projets démarrent à partir de 200.000 dirhams. « Notre métier consiste à développer des plateformes e-commerce sur-mesure alliant deux axes : le design de l’expérience utilisateur marque et ingénierie, en s’intégrant aux différents processus, et les solutions de la chaîne de valeur de l’entreprise comme la gestion des stocks, le CRM/ERP (gestion de la relation client/progiciel de gestion intégré, ndlr), la logistique et les transporteurs. Nous comptons dans nos références des sites proposant un catalogue de plus de 50.000 produits et un chiffre d’affaires e-commerce dépassant les 10 millions de dirhams par an », explique Driss Alami.

Les petits commerçants doivent marquer leur présence sur le digital

L’agence Numeric Way accompagne les entreprises de toutes tailles et les porteurs de projet individuels. L’entreprise compte dans son portefeuille de e-commerce une trentaine d’enseignes comme Kitea ou Bricodeco.

Toutefois, son fondateur, Youssef Boubia, met l’accent sur l’importance de la vente en ligne pour les petits commerçants. Il rappelle que Numeric Way a été créée en 2011 avec une TPE française qui, à l’époque, ne réalisait pas plus de cinq commandes par jour, avec un chiffre d’affaires journalier moyen de 500 euros. Aujourd’hui, « Un Amour de Tapis est devenue une marque leader en Europe, présente sur plus d’une vingtaine de places de marché, possédant un catalogue de plus de 70.000 produits et affichant un chiffre d’affaires journalier moyen de 20.000 euros », affirme Youssef Boubia. « L’éclosion réelle du e-commerce repose sur son appropriation par des TPE », conclut-il.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc: Avis de réunion à l’Assemblée Générale Ordinaire Annuelle du 31 mai 2022 et les états financiers au 31 décembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Présentation du rapport national sur la qualité des eaux de baignade et du sable