Rencontre Tebboune-Blinken : verbatim et analyse d’un monologue peu diplomatique

Lors de sa visite-éclair du 30 mars, le secrétaire d’Etat américain a été reçu par le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, qui l’a gratifié d’une lecture géopolitique truffée d’accusations et de raccourcis avec l’Histoire. L’occasion de publier l’intégralité de son monologue et l’analyse d’un ancien haut diplomate.

Rencontre Tebboune-Blinken : verbatim et analyse d’un monologue peu diplomatique

Le 4 avril 2022 à 18h06

Modifié le 4 avril 2022 à 23h01

Lors de sa visite-éclair du 30 mars, le secrétaire d’Etat américain a été reçu par le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, qui l’a gratifié d’une lecture géopolitique truffée d’accusations et de raccourcis avec l’Histoire. L’occasion de publier l’intégralité de son monologue et l’analyse d’un ancien haut diplomate.

Si la première prise de contact entre le président Abdelmadjid Tebboune et le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a bien fait l’objet d’un communiqué de presse de la part du State Département, un enregistrement vocal de cette rencontre a fuité.

Avant de faire analyser le discours du président algérien par Ahmed Faouzi, ancien ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, Médias24 publie le décryptage intégral de cet enregistrement vocal.

Un discours à charge peu amène pour le Maroc

Président Tebboune : "Bienvenue, j'espère que ce voyage permettra de nous rapprocher plus que nous ne le sommes déjà.

Les rencontres algéro-américaines qui ont toujours eu une certaine intensité ou un certain poids ont, en effet, toujours été bonnes et compréhensives parce qu'il y a tellement de similitudes, d'énormes similitudes entre elles comme par exemple la date de notre lutte de libération.

Ainsi le jour de l'indépendance de nos nations est séparé de quelques heures. Pour vous, c'est le 4 juillet, alors que pour nous c'est le 5 juillet.

La démocratie américaine ne peut pas être contestée, car votre peuple s’est construit sur la démocratie.

En effet, nous essayons de construire notre propre démocratie, avec nos propres valeurs et notre propre histoire qui se rejoignent. La démocratie est le fait que les institutions soient vraiment représentatives d'un peuple."

"L’Algérie soutient le rôle d’arbitre mondial des Etats-Unis"

"Ainsi en matière d'arbitrage des États-Unis, dans tous les différents conflits internationaux, nous sommes avec eux.

Nous sommes peut-être des rêveurs, mais nous rêvons d'un monde plus équilibré où les libertés seraient mieux défendues.

Nous faisons de notre mieux avec nos moyens et dans notre environnement.

Parfois nous sommes compris, parfois nous ne le sommes pas."

"L’Algérie est entouré de pays qui ne lui veulent pas tous du bien"

"C'est notre environnement, où nous sommes entourés de pays qui ne nous ressemblent pas beaucoup, à l'exception de la Tunisie avec qui nous avons des relations très étroites et des similitudes dans de nombreux domaines.

Sinon, toutes nos frontières sont en flammes : Libye déstabilisée ; après il y a bien sûr tout le Sahel comme le Tchad, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et même la Mauritanie qui n'est pas si forte.

A côté, le Royaume du Maroc, avec qui nos relations ont toujours connu des hauts et des bas depuis notre indépendance.

Ce n'est pas récent, et ce n'est pas dû à la question du Sahara occidental."

"Aucun Algérien n’oubliera la guerre des sables"

"Mais plutôt à deux mentalités, deux façons de voir les choses.

De notre côté, nous respectons toutes les personnes, et leurs frontières tant qu'elles peuvent s'étendre légalement.

Vous savez que personne n'a oublié, et qu’aucun Algérien n'oubliera jamais que le Maroc nous a attaqués en 1963.

A cette époque, nous n'avions même pas d'armée régulière, et ils nous ont attaqué avec des forces spéciales, des hélicoptères et des avions.

Nous avons eu 850 victimes car ils voulaient prendre une partie de notre territoire."

"Avant le conflit du Sahara, le Maroc voulait accaparer la Mauritanie"

"Plus tard, ils ont refusé de reconnaître l'indépendance de la Mauritanie alors que, depuis 1960, elle était membre des Nations unies et avait ses propres ambassadeurs, etc. Mais le Maroc avait toujours des revendications territoriales sur toute la Mauritanie.

Il fallut attendre jusqu'à 1972 pour que le Roi du Maroc accepte de serrer la main du président mauritanien et de le reconnaître  soit 12 ans après son indépendance.

D’ailleurs pendant ces douze années, le gouvernement marocain a gardé ⅘²un ministre des territoires mauritaniens et après quoi, il y a eu la fameuse histoire du Sahara occidental."

"Le Maroc a toujours voulu déstabiliser l’Algérie"

"Ce qu'ils ont dit est complètement en contradiction avec ce qu'ils ont signé. De notre côté, notre erreur vient peut-être de notre cohérence dans la gestion de cette question, même avant 1975.

Mais avec les tensions qui existent entre nous, nous ne sommes pas ce qu'ils disent car nous n'avons définitivement aucune intention au Sahara occidental.

C'est leur problème. Ils ont toujours voulu déstabiliser l'Algérie. Il y a d'autres problèmes et je n'en connais pas la raison, même si nous avons toujours protégé le Maroc. Nous n'avons jamais fait attention à nos relations, mais il est anormal que cinquante ans après l'indépendance, les frontières soient restées fermées pendant quarante ans."

"Nous n’avons aucun différend avec le Maroc"

"La question du Sahara a commencé en 1975. Notre ministre des Affaires étrangères dispose de nombreux documents signés par le Roi Hassan II, que son âme repose en paix, qui insistait sur l'autodétermination du Sahara occidental.

Notre position est envers le Sahara occidental, pas envers le Maroc, et tout le monde sait que cela a toujours été notre approche comme envers le Timor oriental. Par exemple, nous avons fini par convaincre nos amis indonésiens avec qui nous avons une relation forte qu'ils devaient se libérer du Timor oriental et leur accorder l'indépendance. Nous sommes restés très proches malgré cela, et avec la même situation pour les îles Comores."

"L’Algérie a détruit l’apartheid qui existait en Afrique du Sud"

"Tous les efforts diplomatiques algériens ont été faits pour détruire l'apartheid. Ainsi, nous avons également profité de notre présidence de l'Assemblée générale de l'ONU pour exclure l'Afrique du Sud de toutes les organisations internationales.

Lorsque Nelson Mandela a été libéré de prison et que l'apartheid est tombé, l'Algérie a créé une alliance solide entre Pretoria et Alger. Ce n'est donc pas nouveau pour nous.

Il ne s'agit pas seulement du Sahara occidental - cela a toujours été notre approche de position."

"L’Algérie n’a aucun problème avec Israël"

"Ainsi, nous avons toujours traité de la même manière les questions du Sahara occidental et palestinienne. Concernant la question palestinienne, la position algérienne reste inchangée.

Une décision a été prise à la Ligue arabe de faire la paix avec Israël, et qu'Israël reconnaisse l'État de Palestine, et c'est ce que nous suivons en ce moment.

C'est donc la paix entre tous les territoires, mais nous n'avons rien contre eux, le seul problème que nous avons avec Israël concerne la Palestine et absolument rien d'autre."

"Les élections en Libye passeront par l’Algérie"

"Voici quelques points sur la Libye. Nous sommes contre la présence de tous les mercenaires, quels qu'ils soient.

Nous ne les acceptons nulle part près de nos frontières. Nous avons tout fait pour que nos frères et sœurs libyens aient la possibilité de s'exprimer, et cela fait deux ans que nous nous battons pour ces élections en Libye, car nous sommes arrivés à la conclusion que ceux qui ont été élus ne représentent personne.

Chaque fois qu'il y a une élection, ils ne représentent qu'eux-mêmes. Alors on le fait encore et encore et encore jusqu'au dernier cercle entre Dabaiba et celui qui a été nommé par la soi-disant Assemblée nationale, et ça va continuer. Cela va continuer parce qu'aucun d'entre eux n'est représentant.

Le pire, c'est qu'il y a en Libye des forces qui se lancent dans des guerres par procuration, et face à des adversaires aussi puissants, ce n'est pas aux Libyens de les expulser.

Lorsque j'ai rencontré la Libye à Berlin, nous avons convenu que tous les pays impliqués dans l'affaire libyenne devaient s'entendre pour ne jamais laisser ni armes ni mercenaires à l'intérieur du pays.

Nous devrions les désarmer. Deux mois plus tard, il y avait 3.000 tonnes d'armes, ce qui veut dire que la solution est ailleurs. À mon avis, cela ne peut passer que par l'ONU.

On a la présence de Wagner, la présence des Syriens qui sont nos frères et sœurs, des Turcs, des Soudanais, des mobilisés du Tchad, et il y a trois ou quatre pays qui entrent en guerre en Libye, une guerre qui n'est pas avec les Libyens et qui n'a rien à voir avec eux.

C'est pourquoi nous avons dit que si la Libye veut se reconstruire démocratiquement, nous avons besoin d'élections à partir de zéro. Nous pouvons les aider à l'organiser.

Ce que je dis est tout à fait faisable, nous n'avons besoin que de volonté politique pour le faire. Nous nous retrouverons avec une assemblée élue, et ensuite tout le monde pourra aider à reconstruire la Libye avec une assemblée, le gouvernement et le président.

Ceux qui ont des agendas cachés pour remplacer l'ancien président décédé sont ceux qui voudraient résoudre le problème par le haut en désignant un président. Élire un président pour qu'il puisse faire ce qu'il veut et aller vers ceci ou cela. Ce n'est pas la démocratie. Voilà pour le problème libyen."

"L’effervescence tchadienne fragilise le Nigéria, le Burkina Faso et le Mali"

"Concernant le problème tchadien, le Tchad est utilisé depuis trois décennies et ce n'est pas récent. Ils ont été utilisés par les Libyens. Aujourd'hui, ils ont créé des forces capables de combattre et capables de déstabiliser, ce qui rend le Nigeria très fragile, et encore plus fragile le Burkina Faso et le Mali.

Monsieur le secrétaire, je voudrais vous parler à cœur ouvert. Je n'ai jamais pu comprendre comment nous en sommes arrivés à cette situation. Tout cela s'est ajouté à la chute de la Libye et au flux d'armes vers le Sahel."

"Le conflit malien nous touche directement"

"Tout le monde a pu voir ce qui s'est passé. Personne ne l'a arrêté jusqu'à ce qu'il y ait Barkhane pour empêcher que Bamako ne soit prise par des terroristes. Je peux parler du problème malien car c'est le problème qui nous est le plus proche, proche même depuis notre indépendance en 1962.

Nous n'avons jamais cessé d'intercéder et d'intervenir entre les tribus maliennes qui sont nos frontaliers. Il y a beaucoup de Maliens d'origine algérienne, et il y a beaucoup d'Algériens d'origine malienne, ce qui fait que nous intervenons à chaque fois pour calmer les querelles tribales, de Modibo Keita jusqu'à aujourd'hui.

Malheureusement, il y a eu beaucoup d'ingérences qui ne nous ont pas permis d'agir puisque vous êtes arrivés aux accords d'Alger qui ont réglé les problèmes contradictoires entre le nord du Mali et le sud du Mali.

Il y a eu des interférences et nous n'avons pas pu l'appliquer, et il n'a pas encore été appliqué, et ils font tout pour que cela ne soit jamais appliqué. Ils modifient les données. Tous les signataires sont venus à Alger jusqu'à présent, et ils sont en contact avec Alger. Ils tiennent à la mise en œuvre de cet accord qui n'est pas l'avis de l'actuel premier ministre malien, nommé par le peuple, qui ne le reconnaît pas."

"La présence militaire française au Sahel a favorisé le terrorisme"

"Avec nos amis français, il y a eu des malentendus et nous n'avons jamais voulu intervenir.

Il y a une entraide dans le domaine de la sécurité, et nous avons toujours dit que la force vise à établir la paix et non à rechercher la paix - une fois la paix revenue, il faut la renforcer par la force, mais en attendant, il faut regarder ailleurs.

Une présence militaire dans un Sahara aussi vaste et avec cette multiplicité de problèmes ethniques ne peut être utilisée que comme un appel d’air au terrorisme sous une forme ou une autre.

Nous avons aussi subi, ils nous ont enlevé nos diplomates et en ont tué deux. On ne sait même pas où ils sont enterrés. C'est le prix que nous avons payé et que nous continuons à payer pour le Mali et pour l'unification du Mali, et il y a une certitude qui ne changera jamais pour nous. C'est l'unité territoriale du Mali, le peuple malien. Nous essaierons de nous assurer que nous reviendrons avec une meilleure compréhension de ce problème."

"Notre surarmement a une simple vocation défensive"

"Ce n'est pas un problème de puissances géopolitiques. Ce que nous voulons, c'est que nos frontières soient calmes et ce que nous dépensons actuellement pour protéger nos frontières, nous voudrions l'utiliser pour l'épanouissement de notre jeunesse et pour le développement de notre territoire.

Nous n'avons pas besoin d'autant d'armes mais cela est destiné à nous défendre. Nous avons une théorie militaire défensive. Nous n'avons jamais eu de théorie d'attaque ou d'aller ailleurs.

En plus de cela, nous devons faire face à nos problèmes domestiques. Pendant ma campagne présidentielle, j'ai été très clair. Il est rare qu'un candidat à l'élection énonce sa plate-forme, et je suis attaché à ce que j'ai écrit. Nous disons que les promesses ne sont valables que pour ceux qui y croient, je les ai écrites et nous les poursuivons."

"Mon élection a éliminé la corruption et le trucage des scrutins"

"C'est un pays très jeune où je travaille et continuerai jusqu'à la fin de mon mandat pour responsabiliser plus de jeunes et leur donner le pouvoir. J'ai éliminé tout ce qui déformait les élections à savoir l'argent, la tricherie ….

Les élections que nous avons eues, y compris les élections présidentielles, législatives et locales, nous avons gagné une chose. Pour la première fois, opposition ou non, personne n'a dit que l'élection était truquée.

C'est déjà un grand avantage pour un pays du tiers monde. On pourrait donc introduire beaucoup de jeunes dans l'assemblée locale pour qu'ils apprennent à légiférer et faire de la politique.

Nous le faisons et nous l'avons fait aussi pour les élections locales – nous avons encouragé beaucoup de jeunes à se présenter à la direction des collectivités locales et des assemblées de wilaya.

Nous avons mis en place l'observatoire de la société civile. On en parle depuis quatre décennies maintenant. C'est là et il a même été constitutionnalisé.

Nous sommes en pleins préparatifs du conseil national et du conseil supérieur des jeunes qui seront un parlement des jeunes pour débattre de ce qui les concerne. Sur le plan économique, nous luttons avec toute l'énergie nécessaire contre la corruption et tout ce qui salit notre pays et qui a détourné l'argent du pays, alors qu'il aurait pu aller vers le peuple et vers le développement de ce pays. On continue à se battre comme ça."

"Adoption imminente d’un code des investissements qui éloignera les mafias russes et italiennes"

"En termes d'investissement, nous nous préparons à avoir un code des investissements dans peut-être un mois, ou un mois et demi. J'ai donné des instructions pour que ce code soit valable dix ans.

Pendant dix ans, nous n'aurons pas le droit de toucher à une virgule, de libérer au maximum les investissements étrangers et même nationaux.

Mettre toutes les barrières nécessaires pour qu'on s'éloigne définitivement de tout ce qui a été fait par l'oligarchie qui est partie, qui s'est liée à la mafia russe, à la mafia italienne, et à toutes les mafias. Ils ont détourné tout l'argent du pays ; nous essayons de profiter aux jeunes."

"Un ministre de 26 ans qui va faire entrer l’Algérie dans l’ère des startups"

"La vision est que ce jeune pays doit être soutenu par des jeunes tant sur le plan politique qu'économique.

Nous privilégions les startups avec un très jeune ministre de 26 ans en charge des startups qui fait un excellent travail. On sent qu'il y a un mouvement de startups chez les jeunes et les plus jeunes.

Nous sommes là pour les petites et micro-entreprises où nous investissons plus que jamais. Nous sommes très crédibles car nous avons des ressources financières pour transférer des dons aux entreprises. Cela ne nous dérange pas du tout.

La gestion économique du pays que nous essayons de renforcer quotidiennement aujourd'hui en Afrique et dans tout le Maghreb."

"Sous peu, l’Algérie deviendra le grenier à céréales de tout le Maghreb"

"Nous sommes le seul pays dynamique dans la lutte contre la corruption, et nous prenons nos responsabilités dans chaque action politique. Nous sommes le seul pays qui va avoir un grand projet structurant pour le pays.

Le premier projet est agricole. Avec un pays aussi vaste, nous pouvons aider l'Afrique en termes de fourniture de céréales. Il est techniquement faisable d'atteindre une production de 30 millions de tonnes [300 millions de quintaux, NDLR].

Si l’Algérie a besoin de 9 millions de tonnes, elle pourra exporter 21 millions de tonnes vers le Maroc, la Tunisie et l'Égypte sans aucun problème.

En ce qui concerne les bovins, nous sommes confrontés à une carence en matière laitière. Nous importons du lait en poudre et nous le reproduisons ici mélangé à de l'eau."

"L’explosion des voies de transport aura un grand impact en Afrique"

"En matière de transport, nous sommes actuellement en train de mettre en place une flotte navale et aérienne. Jusqu'à présent, nous sommes parvenus à couvrir la moitié terrestre à laquelle nous ne pouvions pas accéder. Nous devons avoir accès partout maintenant.

En matière de transport ferroviaire, c'est une des bases de mes programmes d'avoir un port algérien pour acheminer les expéditions par chemin de fer vers le Mali et le Niger.

Nous y avons travaillé avec nos propres réseaux. Actuellement nous sommes à Béchar ayant une voie ferrée, et elle est située à 500 kilomètres d'Alger au sud-est. Et nous avons encore à chaque Adrar – environ 500 à 600 kilomètres d'Adrar. Nous irons directement au Mali depuis Bordj Bardji Mokhtar. La compagnie Mer Nijer reliera Béchar par train puis le Mali et le Niger par camions. C'est réussi, et l'Algérie aura un impact africain."

Anthony Blinken : "Monsieur le Président, merci pour cette conversation détaillée et intéressante.

Merci de partager ce merveilleux tour de la région, du monde et de notre relation mais, en tout cas, c'est merveilleux d'être de retour en Algérie après la dernière fois en 2016.

J'ai eu la chance de rencontrer mon ami le ministre pour renforcer les liens entre nos pays, en travaillant sur la sécurité et les opportunités économiques communes comme les investissements et les échanges bilatéraux.

Je crois qu'ils progresseront dans l'investissement grâce aux jeunes entrepreneurs qu'il faut former." (Fin de l’échange).

Voici maintenant l'analyse et le commentaire :

---oOo---

« Un président doit recevoir un homologue, et pas un visiteur de rang inférieur »

Appelé à commenter ce monologue de vingt-cinq minutes, l’ancien ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, Ahmed Faouzi, s’est dit fort étonné de cette rencontre très médiatisée d’un chef d’Etat avec un simple ministre, certes d'un pays très puissant.

"En effet, n’importe quel président d’un pays ne s’adresse pas aussi longtemps devant les caméras de la télévision publique à un ministre étranger, même si ce dernier est venu pour représenter la première puissance du monde. Cela ne se fait nulle part, car un ministre parle à un ministre, et un président à un homologue de son rang."

« L’absence de réunion entre les deux ministres est significative de profonds désaccords »

"De plus, quand un ministre visite un pays étranger, il y a toujours une conférence de presse avec son homologue, mais si celle-ci a bien eu lieu à l’ambassade américaine d’Alger, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, n’était pas présent."

"En effet, lors de la visite de Blinken qui a duré six heures, on l’a à peine vu avec son homologue, et il n’y a eu ni rencontre personnalisée ni communiqué de presse commun entre leurs deux départements", s’étonne Faouzi, pour qui cette absence serait révélatrice de profonds désaccords entre les deux parties.

« Des déclarations peu diplomatiques »

"Certaines de ses sorties n’étaient pas diplomatiques, comme quand il a avoué que la Tunisie était le seul pays proche de l’Algérie, tout comme le fait de qualifier le voisin mauritanien de maillon faible."

"Idem quand le président reconnaît lui-même que l’Algérie importe de la poudre de lait pour être mélangée à de l’eau afin de satisfaire les besoins d’une population de plus de 40 millions de citoyens. Cette déclaration est tout simplement une offense à l’intelligence du peuple algérien et ne devait pas être prononcée devant son interlocuteur. Elle est en fait l’aveu et la preuve de l’échec des gouvernements qui se sont succédé en Algérie, et qui n’ont pas pu répondre aux simples nécessités de leur peuple", a souligné Faouzi.

"Pour attirer des investissements, il lui a fallu peut-être montrer les succès et les performances de l’économie algérienne. Ce n’est pas en promettant que l’Algérie deviendra un jour le grenier à céréales de l’Afrique et nourrira les pays voisins comme l’Egypte et le Maroc, pays agricoles par excellence dont les produits sont sur tous les rayons des grandes surfaces européennes."

"En fait, le président algérien a montré les faiblesses de son pays, que ce soit sur le plan intérieur avec de graves problèmes agricoles, et les dangers extérieurs avec une Algérie entourée à ses frontières de pays en conflit." D'après l’ancien ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, un président d’un pays qui se présente comme puissance régionale n’était pas censé évoquer avec son invité, un ministre des Affaires étrangères, des problèmes d’approvisionnement de lait en poudre.

Ainsi, la courte réponse de remerciement du secrétaire d’Etat américain montre, selon Ahmed Faouzi, que Blinken n’était pas préparé à répondre au long monologue de Tebboune. Un monologue qui relève davantage de l'improvisation que d’une préparation d’éléments communiqués à l’avance à son invité.

Algérie, un président ne devait pas parler comme ça

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Defendis lance sa plateforme marocaine de cybersécurité