χ

Tourisme : les mécanismes de déploiement des cinq mesures du plan d’urgence

Au surlendemain de l’annonce tant attendue du lancement d’un plan d’urgence destiné au secteur touristique, voici les détails relatifs à chacune des cinq mesures programmées.

Tourisme : les mécanismes de déploiement des cinq mesures du plan d’urgence

Le 20 janvier 2022 à 14h17

Modifié 20 janvier 2022 à 16h14

Au surlendemain de l’annonce tant attendue du lancement d’un plan d’urgence destiné au secteur touristique, voici les détails relatifs à chacune des cinq mesures programmées.

S’il faudra patienter quelques jours pour en savoir davantage sur l’utilisation précise des 2 milliards de dirhams du plan d’urgence destiné à venir en aide à un secteur complètement sinistré par la fermeture des frontières, les premières informations permettent de penser que la ministre du Tourisme veut aller vite.

Le versement de l’indemnité forfaitaire du 1er trimestre se fera avant mars

Le versement de l’indemnité forfaitaire mensuelle de 2.000 dirhams sera effectué durant le premier trimestre 2022, et concernera l’ensemble des employés du secteur du tourisme, y compris les transporteurs et les restaurants touristiques classés.

Ces branches sectorielles bénéficieront également du report des cotisations sociales dues à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), pendant une période de six mois.

Selon nos informations, le personnel des agences de voyages, lui, ne percevra que l’allocation de la CNSS, à l’exclusion des autres aides prévues par le plan d’urgence.

Un décret imminent pour reporter les charges dues à la CNSS pendant six mois

La mise en œuvre de ces deux mesures sera menée en collaboration avec la CNSS. Les bénéficiaires effectueront ainsi leurs déclarations sur une plateforme dédiée à cet effet par la caisse.

Aussi, pour l’entrée en vigueur de ces mesures, sont prévus un décret ainsi que l’amendement de la convention liant le gouvernement, la CNSS et la Confédération nationale du tourisme pour l’accompagnement du secteur du tourisme, face aux répercussions négatives de la pandémie de coronavirus.

Un moratoire d’une année au maximum pour reporter les échéances bancaires

Il sera procédé à l’établissement d’un moratoire relatif aux échéances bancaires sur une durée pouvant aller jusqu’à un an, pour les hôteliers et les transporteurs touristiques.

La mise en place de cette mesure se fera conjointement avec le ministère de l’Économie et des finances et les établissements de crédit.

Les intérêts intercalaires pourront être pris en charge par l’État jusqu’en mars 2022

Les intérêts intercalaires seront pris en charge par l’État pour une période équivalente aux mois d’interruption d’activité en 2021, ainsi qu’au premier trimestre 2022.

Il sera procédé au règlement des intérêts intercalaires à ces établissements de crédit, en fonction des listes et des montants justifiés et établis à cet effet.

L’État va régler la taxe professionnelle de 2020 et 2021 des hôteliers

L’État prendra en charge la taxe professionnelle due par les hôteliers en difficulté, au titre de l’année 2020 et 2021.

La mise en œuvre de cette mesure se fera en collaboration avec le ministère de l’Économie et des finances et les associations professionnelles concernées, en vue d’arrêter et de régler les montants pour chaque établissement hôtelier.

Un milliard de dirhams injecté dans la mise à niveau du parc hôtelier

Il sera procédé à l’octroi d’une subvention de l’État au secteur de l’hôtellerie, pour un montant global d’un milliard de dirhams.

L’objectif de cette aide est de soutenir l’effort d’investissement (entretien, rénovation, formation, mise aux normes…) des hôtels classés désireux de se préparer à un redémarrage de l’activité dès la réouverture des frontières. Cette subvention, qui permettra de dépasser le déséquilibre au niveau des bilans de ces établissements, constituera un outil d’amélioration de la qualité de service.

La SMIT sera chargée de gérer les dossiers de chaque hôtel

Elle sera accordée à travers la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT), à travers un cadre contractuel réalisé avec le ministère de tutelle et celui de l’Économie et des finances, qui devront définir les différentes modalités pratiques.

L’aide directe correspondra à un pourcentage du chiffre d’affaires de 2019, ou du chiffre d’affaires de 2020 pour les entreprises lancées la même année. Un versement de 50% sera effectué dès l’acceptation du dossier, et le reliquat après la réalisation du projet

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aluminium Du Maroc : Avis de réunion de l’Assemblée Générale Ordinaire Annuelle du 02 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.