χ

A la CGEM, Nadia Fettah répond aux interpellations des patrons

La réunion du Conseil national de l'entreprise, organisée par la CGEM ce jeudi 16 décembre, a connu une invitée de marque. La ministre de l'Économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, était accompagnée de plusieurs haut responsables du ministère. L'objectif visé était de débattre sans langue de bois, avec les représentants du secteur privé, de problématiques spécifiques.

A la CGEM, Nadia Fettah répond aux interpellations des patrons

Le 18 décembre 2021 à 10h52

Modifié 18 décembre 2021 à 10h52

La réunion du Conseil national de l'entreprise, organisée par la CGEM ce jeudi 16 décembre, a connu une invitée de marque. La ministre de l'Économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, était accompagnée de plusieurs haut responsables du ministère. L'objectif visé était de débattre sans langue de bois, avec les représentants du secteur privé, de problématiques spécifiques.

Le président de la CGEM, Chakib Alj, a saisi l'occasion pour donner un aperçu global, avant que les différents membres du Conseil national de l'entreprise (CNE) n'interviennent sur des sujets précis. "Le premier sujet que j’évoquerai est naturellement celui de la loi de Finances 2022 qui a été récemment votée et qui, comme chaque année, apporte son lot de satisfactions et de déceptions pour les chefs d’entreprises. Toutefois, nous avons apprécié l’écoute et les signaux positifs envoyés par le gouvernement au secteur privé."

"Nous appelons à une plus grande transparence de la commande publique et à ce qu’elle soit plus accessible aux startups et TPME, à travers par exemple des appels d’offres publics moins discriminants", poursuit-il.

Chakib Alj a rappelé que le secteur privé était "dans l’attente de plus de visibilité sur les besoins de ces chantiers, pour que les secteurs concernés - comme la santé, l’industrie pharmaceutique, ou encore les assurances - puissent s’y préparer au mieux. Nous sollicitons également vos éclairages sur le modèle de financement de cette généralisation". Il a également évoqué la problématique des délais de paiement, qui ont connu une dégradation notoire accentuée par la crise du Covid-19.

Il n'y a pas eu de grandes révélations ou d'annonces majeures lors de cette rencontre. Mais la ministre de l'Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, a tenu un discours rassurant et structuré. Ainsi, elle a déclaré sans ambiguïté que les canaux d'échange avec les opérateurs privés resteraient ouverts.

>> Le retour du Comité de Veille économique

A ce titre, la ministre a proposé de relancer le Comité de Veille Economique (CVE), mis en place pour gérer la crise de la pandémie Covid. "Nous discuterons des modalités de sa reprise dès janvier prochain, peut-être avec une réunion trimestrielle. En tout cas, un rendez-vous fixe avec un ordre du jour précis", propose Nadia Fettah.

>> Le Fonds Mohammed VI pour l'investissement

La ministre a apporté des éclairages sur plusieurs thématiques. Ainsi sur le Fonds Mohammed VI pour l'investissement, pilier de la relance du pays. Elle explique qu'il s'agit d'un "momentum important pour couvrir l'ensemble de la chaine de valeur".

"Nous savons que les entreprises ont toutes besoin de fonds propres, mais à des maturités, tailles, et horizons-temps différents. Donc le Fonds devra travailler avec l'ensemble des parties prenantes, parce qu'il n'y aura pas un seul mécanisme qui convient à la fois à tous les secteurs", poursuit-elle.

"Dans la mise en œuvre, nous allons être à l'écoute de l'ensemble des secteurs qui  ont besoin d'être accompagné, mais surtout créer l'effet de levier et d'entraînement attendu. Il faut que ce soit l'amorçage d'une dynamique d'investissement privé ou public-privé".

>> Intelaka sera perfectionné

L'entrepreneuriat a été évoqué. À ce sujet, la ministre affirme que les objectifs du programme Intelaka seront atteints d'ici fin 2022. "C'est une solution qui peut être perfectible. Je peux vous dire que nous avons eu une réunion avec le secteur bancaire et d'autres parties prenantes afin d'apporter quelques changements pour élargir et être au plus près des besoins, avant d'imaginer d'autres solutions."

>> Améliorer les remboursements inter-entreprises

"Je fais une requête aux entreprises pour une amélioration des délais de paiements inter-entreprises", réclame la ministre. "Il y a un effort de liquidité qui a été fait sur le volet monétaire, je lance donc un appel aux entreprises pour que cet effort soit soutenu dans le monde des entreprises", poursuit-elle.

Dans le même registre, il a été rappelé qu'un important travail avait été réalisé sur les délais de paiements inter-entreprises. Tous les textes réglementaires sont prêts, mais ils n'ont pas encore été programmés en conseil de gouvernement.

>> Réforme du secteur public : des introductions en bourse attendues en 2022

Le secteur public compte 300 établissements directs et  une centaine de participations indirectes. La ministre promet des détails sur les opérations prévues dans quelques semaines. "Certains EEP seront transformés, d'autres seront fusionnés, ça ouvrira des chantiers importants en termes de partenariats public-privé, en termes de mise sur le marché boursier de certaines entreprises", avance-t-elle.

>> Recherche et développement

Le crédit d'impôt R&D était une demande de la CGEM lors du PLF 2022, qu'elle n'a pas obtenue. Il a fait l'objet d'importants débats. "Nous n'avons pas privilégié le crédit d'impôt, mais plutôt des subventions directes", explique la ministre. Et de poursuivre, "il y a deux parties prenantes qui doivent se mettre autour de la table avec les entreprises, c'est d'un côté le ministère de l'Industrie et du commerce pour étudier les pistes pour relier cette recherche au monde de l'entreprise. De l'autre côté, le ministre de l'Enseignement supérieur qui voudrait trouver aussi un fil conducteur entre l'ensemble des intervenants du monde de la recherche".

>> Énergies renouvelables

"Il y a beaucoup de choses qui se préparent pour l'ouverture du secteur", annonce la ministre. Une incitation à l'investissement dans ce secteur stratégique pour le Maroc. Sur le volet du financement, elle explique que dans le cadre du Fonds Mohammed VI pour l'investissement, il y a une mobilisation pour lever des financement verts. "Notre pays est très bien placé parce qu'il offre des opportunités, on va s'atteler à drainer ces financements vers notre économie", avance la ministre. Par ailleurs, Nadia Fettah Alaoui indique que des solutions sont proposées par Tamwilcom (ex-CCG) pour les investissements dans l'efficacité énergétique. 200 MDH ont déjà été mobilisés dans ce cadre.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS : Tableau des Comptes 2020 et Rapport des Commissaires Aux Comptes

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.