Le Capital-Investissement a bien performé en 2021 (Experts)

M.Ett | Le 9/12/2021 à 16:55
Le capital-investissement connait une belle année, s’accordent à dire les experts contactés par LeBoursier. Les investissements réalisés à fin octobre sont supérieurs aux prévisions initiales. Par ailleurs, les désinvestissements ont été un peu décalés, Tarik Haddi, Président de l’AMIC.

L’écosystème du capital-investissement, qui a bien résisté face à la crise du Covid-19 en 2020, a bien performé en 2021. C’est ce qui ressort des constats soulevés par des experts contactés par LeBoursier.

Tarik Haddi, Président de l’Association Marocaine des Investisseurs en Capital (AMIC), commente l’évolution de cette industrie en 2021 : « Le capital investissement évolue très favorablement. Nous ne disposons pas encore des réalisations cumulées tout au long de cette  année, mais selon nos estimations, les levées de fonds des sociétés de gestion pourraient dépasser les 5 milliards de dirhams sur 2021 et 2022 ».

Le Président de l’AMIC préfère avancer les prévisions sur 2 ans puisque certaines opérations prévues fin 2021 pourraient être décalées pour début 2022.

Les chiffres disponibles pour le moment démontrent la bonne évolution de l’écosystème en cette année. « 25 investissements ont été réalisés à fin octobre 2021 selon les chiffres qui nous ont été communiqués, alors que nous en avions prévu 17 pour 2021 ».

« Concernant les sorties (désinvestissements, ndlr) certaines ont été décalées en attendant un meilleur contexte. Selon les chiffres qui nous ont été communiqués, 4 désinvestissements ont été recensés à fin octobre 21 ».

« Par conséquent, le contexte créé par la pandémie a impacté plutôt favorablement les levées de fonds des sociétés de gestion et les investissements des Fonds et négativement les désinvestissements des Fonds », conclut le Président de l’AMIC.

La demande est fortement présente chez les entrepreneurs

Sur le même registre, le directeur d’un fonds d’investissement de la place trouve que « l’écosystème continue son évolution positive. La pandémie du Covid a en effet permis de mettre en lumière l’importance de ce de ce type de financement. De plus, cette industrie devrait être boostée davantage avec le fonds Mohammed VI qui est en train d’être levé. Cela va favoriser le lancement plusieurs investissements sectoriels. C’est pour dire qu’aujourd’hui, il y a un grand intérêt pour ce domaine ».

A rappeler que le Fonds Mohammed VI pour l’investissement a pour but de contribuer au financement des grands projets d'investissement aux niveaux national et territorial dans le cadre de partenariats avec le secteur privé. 45 milliards du Fonds Mohammed VI seront investis à travers les acteurs du capital investissement, principalement les Organismes de placement collectif en capital (OPCC).

La demande s’est renforcée avec la crise. « On observe qu’il y a une forte volonté de se développer et de grandir chez les entrepreneurs. Il y a aussi plusieurs entreprises qui souhaitent de plus en plus aller en Afrique et qui voudraient être accompagnés dans ce processus. Beaucoup de marchés ont été fragmentés aussi, la pandémie a démontré l’importance de les consolider », nous indique notre interlocuteur.

En ce qui concerne les secteurs investis, « il y a un focus sur la santé, l’industrie et l’éducation », souligne-t-il.

A noter que les principaux secteurs visés dans les 5 prochaines années sont les Nouvelles technologies, Services, Santé, Agro-alimentaire, Énergie, Distribution, Éducation et Transport et logistique, d’après le Président de l’AMIC.

Jointe par LeBoursier, Meriem Zairi, directrice générale du fonds Seaf Morocco Growth fund (SMGF), trouve qu’il y a eu « une accélération des investissements en cette année ».

« On a assisté à de belles opérations cette année. Le pipeline continue de grossir. L’écosystème est sur la bonne tendance. Nous sommes en effet en train de consolider ce qui a été déjà entamé. Notre avis est positif par rapport à l’évolution observée en 2021 », commente-t-elle.

A noter que l’AMIC publiera, comme à l'accoutumée, l’étude annuelle du capital investissement en mars 2022.

lire aussi
  • | Le 7/2/2023 à 16:02

    Taux directeur : la transmission de la hausse au marché se fera plus rapidement qu’à l’accoutumée

    La clé du succès de cette politique est une transmission rapide de la hausse aux taux débiteurs. Etant donné l’ampleur de la hausse du taux directeur, cette transmission sera plus rapide qu’à l’accoutumée, assure une source bancaire. Ce que l’on sait sur l’efficacité de la hausse du taux directeur pour lutter contre l’inflation
  • | Le 6/2/2023 à 15:46

    Marché actions : les recommandations d’AGR pour des placements à moyen terme en 2023

    Dans un contexte de hausse des taux au Maroc, le marché actions est devenu moins attractif qu’auparavant. Les niveaux de valorisation historiques sont en baisse en raison de la hausse des exigences de rentabilité des investisseurs. AGR nous livre ses conseils sur la manière d’aborder le marché cette année pour des placements à moyen terme.
  • | Le 2/2/2023 à 17:07

    IPO : de hauts cadres relatent leur expérience face aux défis de la communication

    Dans le cadre d’une conférence sur la réputation financière, organisée par l’agence Bonzaï, plusieurs cadres de sociétés cotées ont fait part des challenges qu’ils ont dû relever dans leur communication. Le PDG de Cosmos Electro, Fahd Bennani, revient notamment sur l'IPO avortée de l'entreprise, à la suite d'un litige juridique concernant l'un de ses points de vente.
  • | Le 1/2/2023 à 14:01

    Pourquoi les crédits de trésorerie ont-ils connu une forte hausse en 2022 ?

    En 2022, l’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a augmenté de 16% à 262 MMDH. Une hausse notable et multifactorielle, selon une source du secteur bancaire.
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.