CHU de Tanger : une structure de référence qui se fait attendre

Lancé en 2015 par le Roi Mohammed VI, le Centre hospitalier universitaire de Tanger est toujours en phase de finalisation. La mise en place des équipements, les tests et la formation du personnel se poursuivent.

CHU de Tanger : une structure de référence qui se fait attendre

Le 29 septembre 2021 à 20h27

Modifié 30 septembre 2021 à 8h31

Lancé en 2015 par le Roi Mohammed VI, le Centre hospitalier universitaire de Tanger est toujours en phase de finalisation. La mise en place des équipements, les tests et la formation du personnel se poursuivent.

Porté par le ministère de la Santé, le CHU de Tanger est en phase avancée d’équipement et de finalisation, assure une source bien informée.

Aucune date n'a été, pour l'heure, communiquée quant à l'ouverture de cette structure qui devrait renforcer l’offre de soins, au niveau de la région et en faire un pôle médical d’excellence.

D'après notre source, il s’agit d’une structure complexe qui exige de nombreux tests au quotidien. Ainsi, plusieurs équipements sont soumis à des certifications afin d'assurer la protection des patients et du personnel.

Par ailleurs, des formations sont dispensées au personnel, en matière d’utilisation des systèmes d’information de cet hôpital à vocation digitale.

Interrogations et attentes

Comme tout projet d’envergure, le CHU a été confronté à plusieurs contraintes, dont la crise sanitaire liée à la Covid qui a impacté l’importation d'équipements. Malgré les retards de livraison, l’installation affiche actuellement des niveaux très avancés, rassure notre interlocuteur. Ce dernier note toutefois un déficit en matière de ressources humaines, notamment en personnel infirmier, malgré les nombreux appels à candidatures lancés.

Lassés des annonces de report d’ouverture du CHU de Tanger, médecins résidents et internes de la région expriment leur inquiétude quant au retard accusé.

Ils déplorent les conditions "difficiles" de formation et le manque d'équipements dans les centres de santé, dans lesquels ils sont actuellement contraints de poursuivre leur formation, en attendant l'ouverture du nouveau CHU. En octobre 2020, celui-ci avait pourtant tenu son premier conseil d'administration.

Le centre, dont les travaux ont été lancés en 2015 par le Roi Mohammed VI, a nécessité un investissement de près de 2,33 milliards de DH. Il devrait offrir une capacité dépassant 771 lits.

Il abrite un plateau technique de dernière génération, 23 salles opératoires dont une hybride, un service des grands brûlés, un laboratoire de biologie médicale, un service de médecine nucléaire, une unité de greffe de la moelle, un centre de procréation médicalement assistée, une hélistation, un bloc opératoire dédié aux urgences, un centre de simulation et une pharmacie informatisée.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Le département d'État US présente les atouts et lacunes du Maroc en termes d'investissements étrangers

Le département d’État américain a publié le mercredi 17 juillet son rapport annuel sur le climat d’investissement dans le monde, dans lequel il met en exergue les atouts et les ambitions du Maroc en tant que pays qui “encourage et facilite activement” les investissements étrangers et tend à s’imposer comme “hub régional d’affaires” et “porte d’entrée” vers le continent africain.

Sociétés régionales multiservices : voici comment seront gérés les biens et les dettes de l'ONEE

D’ici août 2025, toutes les régions du Royaume seront dotées d'une Société régionale multiservices qui va gérer à l'échelle régionale le service de distribution de l’eau potable, de l’électricité et de l’assainissement liquide. Les 12 SRM hériteront ainsi des biens mobiliers et immobiliers de l’Office national de l’électricité et de l’eau, mais aussi de ses dettes de financement qui seront gérées par une société de développement des services publics de distribution, nouvellement créée.

Communication financière

Nema Capital : Rapport annuel de l’exercice clos au 31 décembre 2023 de «Apexia Social Infrastructures SPI»

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.