Variant indien du coronavirus: ce que l’on sait sur le « variant double mutant »

De premiers résultats d'études scientifiques montrent que les vaccins Covishield et Covaxin protègent contre le variant indien, déclaré plus contagieux par l'OMS mais pas plus inquiétant que les autres variants.

Variant indien du coronavirus: ce que l’on sait sur le « variant double mutant »

Le 3 mai 2021 à 16h51

Modifié 4 mai 2021 à 10h23

De premiers résultats d'études scientifiques montrent que les vaccins Covishield et Covaxin protègent contre le variant indien, déclaré plus contagieux par l'OMS mais pas plus inquiétant que les autres variants.

“Il est clair que les vaccins Covaxin et Covishield ainsi que l’immunité naturelle créée par une précédente infection protègent contre le B.1.617 [variant indien]”, indique Dr Rakesh Mishra, directeur du Center for cellular and molecular biology en Inde, en partageant une prépublication sur la protection de Covaxin ainsi que les résultats préliminaires et encourageants relatifs à la protection de Covishield.

Pour Pr Ahmed Rhassane El Adib, ces premiers résultats représentent une “bonne nouvelle”, qui vient rassurer les plus inquiets quant à l’apparition du variant indien, également appelé “double mutant”, dans une vingtaine de pays, dont le Maroc qui compte officiellement deux cas confirmés.

Le variant indien, de son vrai nom B.1.617, suscite non seulement des inquiétudes mais aussi des interrogations. Est-il responsable de la situation épidémiologique en Inde? S’agit-il d’un variant plus dangereux que le britannique, le brésilien et le sud-africain ? Peut-il être neutralisé par les vaccins ?

Variant indien: plus contagieux mais pas plus inquiétant

La situation épidémiologique dans laquelle l’Inde a été plongée est certes sans précédent et dramatique, mais son lien avec le variant indien n’a pas encore été scientifiquement établi, comme le confirme Dr Tayeb Hamdi.

Selon lui, il y a “au moins deux raisons évidentes” pour expliquer la flambée de l’épidémie en Inde. La première est l’apparition du variant indien et la seconde est “les grands rassemblements politiques, religieux et socioculturels” qui ont eu lieu dans le pays ces dernières semaines, « sans respect des mesures barrières individuelles et collectives ».

Les chercheurs s’attèlent à la tâche, notamment pour déterminer les caractéristiques scientifiques de ce “double mutant”, apparu en octobre 2020 en Inde mais qui n’a été signalé que récemment.

Pour l’instant, l’OMS n’a pas intégré le variant indien dans la catégorie des variants préoccupants qui comprend le variant britannique, brésilien et sud-africain. Il est, à ce jour, considéré comme “variant d’intérêt”, même si l’OMS indique que le variant “B.1617 a un taux de croissance plus élevé que les autres variants en circulation en Inde”. Autrement dit, « le double mutant » a « une plus grande contagiosité ».

Selon l’ONU, “un variant est considéré comme inquiétant s’il est plus contagieux, provoque un plus grand nombre de cas graves de Covid-19, parvient à contourner les défenses du système immunitaire ou réduit l’efficacité des traitements développés jusqu’à présent. (…) C’est la raison pour laquelle des recherches supplémentaires, notamment sur la contagiosité, la sévérité et le risque d’une réinfection du variant indien sont nécessaires pour comprendre le rôle qu’il joue dans la crise sanitaire en Inde”.

C’est justement ce qui a été fait par des chercheurs du CCMB, en Inde, qui ont observé la protection contre le variant double mutant à la fois chez les personnes déjà infectées et chez celles vaccinées par Covishield, le vaccin développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford et fabriqué par le Serum Institute of India. Il s’agit d’un des vaccins approuvés en Inde, mais aussi au Maroc.

« Des résultats préliminaires mais encourageants »

Le biologiste et directeur du CCMB, Dr Mishra, a publié le 22 avril dernier un aperçu des premiers résultats “utilisant un test de neutralisation in vitro”, qui montrent qu’une infection antérieure et la vaccination par Covishield “offrent une protection contre le variant B.1617”.

Pour Dr Mishra, “l’étude, bien que préliminaire, montre que la vaccination avec Covishield offre une protection contre le variant à double mutant. Les gens devraient donc aller de l’avant et se faire vacciner rapidement”, rapporte le journal indien “The Hindu”.

Le 28 avril, Dr Mishra a renforcé sa conclusion en publiant celle d’autres chercheurs indiens. Celle-ci affirme que le vaccin Covaxin, inventé et développé par la société Bharat Biotech, permet également d’acquérir l’immunité contre le variant indien.

Lire aussi:

Officiel: Deux cas du variant indien du coronavirus détectés à Casablanca

Variant indien: la vaccination mondiale risque de ralentir (Dr. Tayeb Hamdi)

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultats de l’offre publique d’achat obligatoire portant sur les actions de la Société Maghrébine de Monétique (S2M) à l’initiative de Medtech et Millennium Ventures

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Saâd Dine El Otmani, invité de la 3e session du cycle politique spécial élections 2021 de l’APD