Lundi d'angoisse sur les marchés craignant un plongeon de l'économie mondiale

| Le 9/3/2020 à 10:10

Marée de rouge sur les écrans boursiers du monde entier: les marchés dégringolaient ce lundi 9 mars, affolés par une chute historique du cours du pétrole et par la perspective d'une débâcle économique généralisée, liée à l'épidémie du nouveau coronavirus.

"L'épidémie a contaminé l'atmosphère des marchés. Avec les places européennes et américaines qui dégringolent et l'effondrement des cours du pétrole, l'épidémie est un catalyseur" des faiblesses et "contradictions" de l'économie mondiale, a commenté Shen Zhengyang, analyste du courtier Northeast Securities.

"Les risques de récession mondiale ont augmenté. (...) Un recul prolongé de la consommation, en plus de fermetures prolongées d'entreprises, attaquerait les bénéfices, conduirait à des suppressions d'emplois et pèserait sur le moral" des acteurs économiques, écrivent lundi les analystes de Moody's.

L'or noir a connu lundi sa pire chute depuis la première guerre du Golfe en 1991, s'effondrant de plus de 30% en Asie. En cause, la décision de l'Arabie saoudite d'adopter une politique de la terre brûlée en baissant drastiquement le prix de son or noir, après l'échec de négociations en fin de semaine dernière avec la Russie.

La violence du choc s'est propagée aux Bourses mondiales, déjà fortement secouées ces dernières semaines.

Les places européennes ont ouvert dans le rouge, de Paris à Londres en passant par Milan. Dans la capitale financière de l'Italie, placée en quarantaine désormais pour tenter d'enrayer la propagation galopante du nouveau coronavirus, l'indice vedette a flanché de plus de 8% peu après l'ouverture.

La Bourse de Tokyo a particulièrement accusé le coup, affolée par l'ascension du yen, très pénalisante pour les exportations. Le Nikkei a clôturé sur une chute de 5,07%, du jamais vu depuis début février 2018.

Les places chinoises ont aussi fini en baisse.

Ls Bourses du Golfe dévissaient logiquement, krach pétrolier oblige. Celle de Ryad perdait près de 8% à la mi-journée. Le titre de Saudi Aramco, géant pétrolier qui pompe plus de 9 millions de barils par jour, continuait à s'enfoncer: ces deux derniers jours, sa valorisation a fondu de 320 milliards de dollars.

Les marchés redoutent désormais une débâcle de l'économie réelle, alors que l'épidémie désorganise les chaînes de production sur toute la planète, cloue des avions au sol, provoque l'annulation de centaines de salons professionnels, plombe le secteur du tourisme...

Sans compter la crainte que les pertes essuyées en Bourse ne conduisent à un assèchement du financement de l'économie réelle, répétant le scénario de la crise financière de 2008.

L'impact du coronavirus sur la croissance de l'économie française sera "de plusieurs dixièmes de points de PIB" (produit intérieur brut), a ainsi averti lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

L'Allemagne, qui selon les économistes est l'un des pays les plus vulnérables, de par son économie très fortement exportatrice, vient d'annoncer quelques mesures de soutien, mais sans dévoiler le vigoureux plan de relance qu'espéraient les experts.

Quant au Japon, lui, file tout droit vers une récession, caractérisée par une contraction du PIB pendant au moins deux trimestres d'affilée. Ce serait une première depuis 2015.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 19/6/2024 à 16:42

    Trésor : les recettes fiscales progressent de 13,5% à fin mai

    Les recettes progressent plus vite que les dépenses à fin mai. Elles ont augmenté de 10%, tirées essentiellement par des recettes fiscales qui enregistrent une hausse de 13,5%, à plus de 123,6 MMDH contre 109 MMDH l'année dernière.
  • | Le 19/6/2024 à 15:43

    Managem : 450 MDH d’investissement pour se diversifier dans le gaz naturel

    Le groupe minier a mis un pied dans l’industrie gazière en faisant l’acquisition de la société Sound Energy Morocco East. Au total, Managem portera un investissement de 450 MDH et détiendra 55% de la concession d’exploitation de Tendrara. Le groupe annonce également ses ambitions panafricaines dans le secteur gazier.
  • | Le 13/6/2024 à 18:18

    Aradei Capital nous explique les dessous du rachat du capital d'Akdital Immo

    Actionnaire majoritaire à 51% d'Akdital Immo, Aradei Capital a annoncé racheter les 49% restants. Le management du groupe esquisse les contours de cette acquisition à venir.
  • | Le 13/6/2024 à 12:52

    Aïd al-Adha : Bank Al-Maghrib prend des mesures préventives pour assurer l’approvisionnement des GAB

    En prévision de la forte demande de monnaie durant Aïd al-Adha, qui coïncide cette année avec un week-end prolongé, Bank Al-Maghrib a annoncé, ce jeudi 13 juin, avoir mis en place des mesures préventives pour garantir l’approvisionnement des guichets automatiques bancaires (GAB) dans tout le Royaume.
  • | Le 13/6/2024 à 12:34

    Bank of Africa lance une émission d’obligations subordonnées d’un montant d’un milliard de dirhams

    L’objectif de cette opération est de se conformer aux exigences règlementaires et de financer le développement organique de la banque au Maroc et à l’international.
  • | Le 12/6/2024 à 10:02

    Aradei Capital va acquérir le reste du capital d’Akdital Immo pour 268 MDH

    Après sa prise de participation dans le capital d’Akdital Immo à hauteur de 51% en janvier 2022, Aradei Capital est en voie d’acquérir les participations des deux co-fondateurs, à savoir Akdital (31,85%) et BFO Foncière (17,15%).