Centrale Danone évalue l'impact du boycott et confirme ses orientations stratégiques

| Le 17/12/2018 à 14:47

A l’occasion de la fusion-absorption de sa filiale Fromagerie des Doukkala, Centrale Danone dit poursuivre la mise en œuvre de ses principales orientations stratégiques, bien que la campagne de boycott ait imposé l’urgence de répondre aux revendications des consommateurs. Le mouvement a lourdement pesé sur la société qui s’attend à des résultats en forte baisse en 2018.

La note d'information de l'opération de fusion-absorption de Fromagerie des Doukkala par Centrale Danone vient d’être visée par l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), vendredi 14 décembre.

Rappelons qu’il ne s’agit pas d’une extension du périmètre du groupe étant donné que Centrale Danone détient la totalité des actions représentant l’intégralité du capital de la société absorbée.

L’opération vise à créer une synergie entre les structures et les moyens humains, matériels et financiers, surtout après le mouvement de boycott qui a lourdement pesé sur les comptes du groupe. La fusion viendra ainsi réduire le coût de fonctionnement et de gestion des sociétés et permettra une utilisation plus rationnelle des moyens, selon le top management.

Centrale Danone poursuivra l'implémentation de sa stratégie malgré le boycott

D’après la note d’information du groupe publiée à cette occasion, la fusion s’inscrit dans le cadre d’une stratégie dont les grandes orientations s’articulent autour des principaux axes suivants :

  > L’intégration de l’amont productif et de l’aval industriel pour un développement accéléré du secteur laitier au Maroc, notamment à travers la mise en place de projets de partenariats durables et pérennes avec les éleveurs ; 

  > L’engagement de mettre sur le marché des produits accessibles et de qualité pour les consommateurs marocains ;

  > Le développement de la consommation des produits laitiers frais au Maroc par la mise en œuvre d’une politique qualité ambitieuse s’appuyant sur une stratégie marketing et commerciale efficace ; 

  > L’optimisation des coûts de production et de distribution à travers un vaste programme de productivité et d’efficacité opérationnelle ;

  > Le développement de l’activité à l’export vers l’Afrique subsaharienne ;

  > Le développement des aliments pour nourrissons et enfants en bas âge. 

Sur le même registre, les ambitions de Centrale Danone consistent, entre autres, à accompagner 10.000 petits éleveurs à horizon 2020 à travers un encadrement technique et humain assuré par des experts du secteur, et ce dans le cadre du projet «Hlib Bladi».

Pour le projet «Felah Bladi» qui concerne 20.000 exploitants dans la région de Doukkala, la productivité laitière devrait progresser de 70% dans la région, la marge des éleveurs devrait être multipliée par deux, outre la formation de 4.000 femmes et la création de 800 emplois sur la période 2018-2025.

«Bien que la campagne de boycott ait imposé l’urgence de répondre positivement aux revendications des consommateurs marocains et de les réconcilier avec ses produits, Centrale Danone poursuit l’implémentation de ces grandes orientations», dénote le management.

>> Lire également: Centrale Danone, un boycott qui couronne une série de déboires

>> Lire également: Boycott. Les ventes de Centrale Danone en baisse de 40% en trois mois

Une baisse importante des agrégats financiers est attendue

A fin 2018, le chiffre d’affaires de Centrale Danone devrait s’établir à 4,7 MMDH contre 6,5 MMDH un an auparavant, soit une chute de 27,7%.

Le résultat d’exploitation devrait baisser de 96,4% pour se situer à 11,5 MDH.

Le résultat net devrait, quant à lui, s’établir à près de -500 MDH contre +115 MDH à fin 2017.

Source: Centrale Danone, Note d'information

«Ces évolutions sont la conséquence de la campagne de boycott menée depuis fin avril 2018 à l’encontre de la société et qui aura des répercussions significatives sur ses résultats en fin d’année», commente le management.

lire aussi
  • | Le 6/12/2022 à 15:00

    Bourse. La prise de contrôle de Crédit du Maroc par Holmarcom finalisée?

    Sur le marché de blocs, l'équivalent de 3,8 MMDH ont été échangés sur la valeur Crédit du Maroc, soit un total de près de 7 millions d'actions au cours de 545,2 dirhams l'unité. Parallèlement, les campagnes de publicité du groupe avec l'ancien logo de Crédit du Maroc ont été stoppées, et les logos des agences ont été masqués.
  • Mediterrania Capital Partners
    | Le 2/12/2022 à 11:28

    En un an, le fonds Mediterrania Capital Partners a réalisé six cessions d’entreprises

    Le groupe Mediterrania Capital Partners revient sur les dernières cessions de son portefeuille, dont la dernière en date avec Akdital suite à son introduction en bourse. Le fonds d’investissement effectuera une sortie partielle de capital à cette occasion.
  • | Le 1/12/2022 à 10:01

    L’encours du crédit bancaire progresse de 64,6 MMDH sur un an

    En octobre, les crédits bancaires progressent de 6,7% sur 12 mois glissants. Sur la même période, les impayés augmentent de 4,9% ou 4,2 MMDH. L’encours des crédits ralentit cependant par rapport à septembre, particulièrement pour les sociétés financières.
  • | Le 1/12/2022 à 9:25

    Le cash en circulation progresse de 23,2 MMDH à fin octobre

    En octobre, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 1,6 MMDH par rapport à septembre. Les dépôts bancaires reculent de 4,3% sur 12 mois glissants et se fixent à 1.084 MMDH.
  • | Le 30/11/2022 à 16:36

    Addoha : hausse de 4,2% du chiffre d'affaires à fin septembre

    Les préventes progressent de 2% à 6.961 unités, grâce à une bonne progression en Afrique de l'Ouest qui vient compenser la baisse sur le marché national. La filiale Douja Promotion Côte d’Ivoire a réalisé une première opération de dette privée de 200 MDH sur le marché financier à Abidjan.
  • | Le 30/11/2022 à 13:48

    HPS : chiffre d’affaires en hausse de 27% à fin septembre

    Le groupe a capitalisé sur la progression de l’activité de paiement, poussée par les revenus SaaS et les revenus d’Upselling. L’endettement baisse de 14% à 155 MDH par rapport à fin 2021.