Accident ONCF: plus de 1.600 poches de sang collectées en deux jours par le CRTS de Rabat

Suite à l'accident du train, survenu mardi 16 octobre à Bouknadel, plus de 1.600 personnes se sont rendues au Centre régional de transfusion sanguine de Rabat. A ce jour, les gens continuent à se mobiliser.

Accident ONCF: plus de 1.600 poches de sang collectées en deux jours par le CRTS de Rabat

Le 18 octobre 2018 à 13h31

Modifié 18 octobre 2018 à 13h31

Suite à l'accident du train, survenu mardi 16 octobre à Bouknadel, plus de 1.600 personnes se sont rendues au Centre régional de transfusion sanguine de Rabat. A ce jour, les gens continuent à se mobiliser.

Les appels au don de sang se sont multipliés mardi sur les réseaux sociaux, pour venir en aide aux blessés de l'accident de train entre Salé et Kénitra, qui a fait sept morts et plus de 120 blessés.

Les donneurs bénévoles se sont rendus, quelques heures après l'accident, au Centre régional de transfusion de Rabat.

Contactée par Médias24, Dr. Najia El Amraoui du CRTS nous confie que "le centre a reçu 675 donneurs mardi, jour de l'accident, soit 675 poches de sang collectées". En effet, un donneur peut remplir une poche de sang.

Mercredi, deuxième jour après l'incident, "le centre a reçu 937 donneurs, ce qui fait un total de 1.612 donneurs, et donc 1.612 poches de sang collectées en deux jours".

Aujourd'hui, jeudi 18 octobre, "les donneurs, en majorité des étudiants, continuent à arriver au CRTS de Rabat". 

Concernant l'opération de distribution de sang sur les différents hôpitaux de la région, mardi, Dr. El Amraoui nous explique qu'"un stock de sang a été envoyé à l'hôpital de Salé – le plus proche de Bouknadel, avant de recevoir les blessés". 

"Un deuxième stock a également été envoyé à l'hôpital Avicenne de Rabat". L'hôpital militaire dispose quant à lui de son propre stock de sang.

"Le don du sang doit se faire régulièrement"

Dr. El Amraoui indique par ailleurs que "le don de sang doit se faire de manière régulière, sur toute l'année" pour anticiper les besoins en cas d'incidents graves. "Un homme peut donner tous les deux mois, et une femme tous les trois mois"

"Une personne doit donner du sang au moins deux fois par an, afin d'augmenter le nombre de dons par rapport à la population". Selon l'OMS, pour les pays en développement, ce taux est de 1,2% de donneurs par rapport à la population générale. "Au Maroc, il est de 0,91% en 2018", souligne notre interlocutrice. 

Les malades dans les cliniques et les hôpitaux nécessitent des transfusions sanguines tous les jours. 

Des pénuries sont constatées chaque année à l'Aid Al Adha, Aid Al Fitr et lors des vacances scolaires et d'été. C'est donc à ces moments que les gens doivent se mobiliser.

Dr. El Amraoui a également expliqué qu'"il y a des dates limites pour l'utilisation du sang collecté. Par exemple, les plaquettes peuvent être conservées pendant 5 jours". 

"Le CRTS a besoin d'une quantité journalière exacte de sang. A titre d'exemple, Rabat nécessite 300 donneurs par jour, et Casablanca 500, afin d'assurer les demandes quotidiennes au niveau des différents hôpitaux". 

"Les donneurs doivent également se rendre dans les grands centres de transfusion qui se trouvent à Casablanca, Rabat, Marrakech ou Fès, qui sont proches des CHU". Il est à noter qu'il y a 16 centres de transfusion sanguine au Maroc.

Par ailleurs, des campagnes de don de sang sont organisées chaque jour au Maroc. A Rabat quatre équipes, dont deux mobiles, sont mobilisées par jour. A Casablanca, ce sont deux équipes et une caravane. 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : Situation provisoire au 30 juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.