Les recettes fiscales font du surplace à fin mai

Les recettes de l’IS sont toujours en baisse. Celles non fiscales sont dopées par un transfert du compte spécial du Trésor (CST) relatif aux dons du CCG. Le besoin de financement du Trésor se creuse à 25 milliards de DH.

Les recettes fiscales font du surplace à fin mai

Le 21 juin 2018 à 13h17

Modifié 11 avril 2021 à 2h47

Les recettes de l’IS sont toujours en baisse. Celles non fiscales sont dopées par un transfert du compte spécial du Trésor (CST) relatif aux dons du CCG. Le besoin de financement du Trésor se creuse à 25 milliards de DH.

A fin mai, les recettes ordinaires du Trésor s’élèvent à 115,9 milliards de DH, en hausse de 24,8% par rapport à la même période en 2017, selon les dernières statistiques de la Trésorerie Générale du Royaume.

Cette hausse inhabituelle est due à un fort accroissement des recettes non fiscales qui passent de 6,5 à 29 milliards de DH. Une augmentation qui s’explique par un transfert exceptionnel d’un montant de 24 milliards de DH du compte spécial du Trésor relatif aux dons du Conseil de coopération du Golfe vers le budget général.

Autrement dit, il s’agit d’un reclassement qui ne change rien à la situation globale des finances publiques.

Les recettes fiscales font toujours du surplace: +0,6%, à 86,8 milliards de DH. Une stagnation qui cache le recul des recettes de l’IS et la progression des autres types d’impôts et taxes.

L’impôt sur les sociétés affiche une baisse de 13%. Elle s’explique par la régularisation en mars dernier des acomptes provisionnels versés en 2017 suite aux mauvaises performances économiques de cette année ayant impacté les bénéfices des entreprises.

>>Lire aussi: Baisse des recettes de l'IS: La bonne lecture des chiffres

Les autres principaux impôts évoluent favorablement: +2,8% pour l’impôt sur le revenu, +3,1% pour la TIC et +6,5% pour la TVA.

De leur côté, les dépenses courantes ont augmenté de 5,2%, sous l’effet de la hausse des charges du personnel et des autres biens et services : +7,2%, à 74 milliards de DH.

 

Les charges de la dette de la compensation affichent, elles, une baisse respectivement de 2,6%, à 11,6 milliards de DH et de 13%, à 4,4 milliards de DH.

Quant aux dépenses d’investissement, elles ont augmenté de 3,5%, à 26,9 milliards de DH.

Tenant compte du solde des CST et des services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA), le déficit du Trésor s’élève à 19,3 milliards de DH contre 8,3 milliards une année auparavant.

Avec la variation des instances, le besoin de financement du Trésor s’est établi à 25,1 milliards de DH contre 15,8 milliards en mai 2017.

Ce besoin de financement a été satisfait entièrement par des levées sur le marché domestique : 28,9 milliards de DH.

Le financement extérieur a, lui, enregistré plus de remboursements que de tirages, avec un solde négatif de 3,8 milliards de DH.
 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultats annuels du Groupe Al Omrane

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.