χ

Sucre. La décompensation sera progressive et pourrait être entamée en 2018

Le gouvernement va-t-il supprimer les subventions sur le sucre en 2018 ? La décision est prise, mais ni le calendrier, ni le mode opératoire, ni le ciblage, ni même l’approche générale ne sont encore décidés.

Sucre. La décompensation sera progressive et pourrait être entamée en 2018

Le 17 novembre 2017 à 16h49

Modifié 11 avril 2021 à 1h22

Le gouvernement va-t-il supprimer les subventions sur le sucre en 2018 ? La décision est prise, mais ni le calendrier, ni le mode opératoire, ni le ciblage, ni même l’approche générale ne sont encore décidés.

Dans le PLF 2018, les subventions du sucre sont maintenues, au même niveau que 2017. Mais ça, c'est dans le PLF. La réalité pourrait être légèrement différente. Il n'est pas impossible que la décompensation progressive soit lancée en 2018 pour prendre fin au plus tard en 2019.

Les discussions en commission des finances et en plénière ont effleuré ce sujet. Ce qu’il en ressort, c’est que les esprits semblent mûrs pour une hausse du prix du sucre. Sa nocivité en cas de consommation excessive fait désormais consensus, même au sein de l’hémicycle national.

Mais comment procéder? Cette question n’est pas tranchée. S’agira-t-il d’une mesure qui touchera tous les produits ou qui en préservera le plus populaire, le pain de sucre?

Et y aura-t-il ciblage d’une partie de la population, la plus précaire, qui percevra une allocation financière mensuelle en compensation? Le ministère de l’Intérieur est en train de créer une base de données unique dans laquelle seront regroupées les données, famille par famille, des couches les plus précaires, bénéficiant par exemple du Ramed ou de Tayssir.

La seule certitude, c’est que l’approche sera progressive, apprend Médias 24 de source sûre.

Fin 2015, le précédent gouvernement avait envisagé une baisse mensuelle de la subvention, d’un montant de 0.15 DH/kg de sucre et par mois. Il avait par la suite mis cette décision en stand by, en raison des élections de 2016.

Le PLF 2018 ne fait pas exception, il n’y figure aucune mesure en faveur de la suppression de la compensation sur le sucre. Seul un amendement de l’Istiqlal – rejeté lors de l’examen du PLF en commission des Finances, demandait la majoration de la TVA sur les boissons – notamment gazeuses, qui contiennent un taux élevé de sucre.

Si le Maroc décide la suppression pure et simple de la subvention sur le sucre, ce ne sont pas moins de 3,462 MM de DH d'économies réalisées sur le budget de l’Etat, si l’on se base sur les statistiques 2017 de la Caisse de compensation. Selon cet organisme, la charge de compensation sur le sucre s’élève à 2,36 MM de DH à fin août 2017, et devrait absorber 1,1 MM supplémentaires d’ici la fin de l’année.
 

Grâce à une production de 607.000 tonnes au cours des deux dernières campagnes agricoles, la filière sucrière a permis au royaume de couvrir 50% des besoins nationaux, avec un rendement moyen de 12 tonnes de sucre à l’hectare.

Soulignons que la filière sucrière nationale a été classée 5ème au niveau africain en 2016-2017, en ce qui concerne la production et le raffinage de sucre. Le Maroc exporte cette matière vers plusieurs pays du bassin méditerranéen, l’Afrique ainsi que l’Asie.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SONASID : RÉSULTATS AU 31 DÉCEMBRE 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.