Bourse. Hausse du Masi: rallye du père Noël ou reprise de confiance?

| Le 22/8/2017 à 11:24

Le MASI a atteint en décembre des niveaux records. Mais le trend haussier de fin d'année est un phénomène mondial, le "rallye boursier", provenant d'opérations de window-dressing. Alors qu'en est-il au Maroc cette année?

A la Bourse des valeurs de Casablanca, c’est l’euphorie. Ce lundi 19 décembre, le MASI a clôturé la séance sur 11.574 points, dépassant la barre des 11.300 points atteints en 2012. Il s'en sort également avec une variation de 29,68% par rapport à fin décembre 2015.

Il faut dire qu'il y a quelques semaines, le MASI a entamé un trend haussier frénétique. Alors, quelle en est la raison?

En période de fin d’année, la première hypothèse qui vient à l'esprit, c'est cette tendance mondiale qui répond aux doux noms de "rallye boursier" ou "rallye du père Noël".

Ce rallye équivaut essentiellement à ce qu’on appelle en anglais le window-dressing: une stratégie utilisée par des gestionnaires de fonds afin d'embellir l'apparence de leurs portefeuilles. On se déleste des titres qui ont sous-performé et on achète des titres qui ont été très performants en 2016. 

Pour ce faire, les gestionnaires peuvent vendre des actions avec des pertes importantes et puis en acheter d'autres à forte valeur, pour que celles-ci soient comptabilisés dans les avoirs du fonds. Des allers et retours provoquant un mouvement bouillonnant sur le marché.

Il est donc légitime de se demander si le vert foncé qu’affiche le MASI récemment représente une véritable reprise du marché ou n’est qu’un symptôme du window-dressing, avec tout ce que cette pratique peut impliquer en mouvements spéculatifs et en hausses éphémères. Beaucoup sur le marché sont convaincus que le window-dressing est la principale raison.

Rachid El Rhana, boursicoteur et administrateur du forum des petits porteurs Bourse Maroc, estime que cette hausse n’émane pas seulement du rallye de fin d'année, mais aussi et surtout d’un véritable retour de la liquidité sur le marché Actions: "Et vu qu’il n’y a pas assez de valeurs qui peuvent accaparer toute cette liquidité, les mouvements sont toujours brusques", nous explique-t-il.

Il ajoute: "Si le marché était plus liquide, il y aurait eu une hausse plus lisse. Une évolution journalière de 2% au niveau du MASI est un fait exceptionnel. Et si cette hausse n’est pas corollée à une augmentation de la liquidité, nous resterons toujours otages de mouvements brusques à la hausse ou à la baisse".

Mais à vrai dire, notre interlocuteur estime qu’un retour à la baisse est peu probable, grâce à une reprise de confiance après plusieurs années de crise, voire de régression. Le marché a en effet digéré bon nombre d'événements négatifs: printemps arabe, décélération des résultats des sociétés cotées, crise de la Samir, des immobilières, etc.

Mais Rachid El Rhana n’exclut pas la théorie du window-dressing. Il confirme que de gros paquets d’allers et retours passent par les traders pour marquer un certain cours, qui répond à certains impératifs de valorisation.

Un autre analyste connu de la place, préférant s’exprimer sous couvert d’anonymat, nous confie: "Les gestionnaires de fonds ont une épargne à gérer et une obligation d'arriver à un rendement garanti à leurs clients. Au niveau des assurances par exemple, ce rendement est de 3,25% au minimum et celles-ci ont même des OPCVM [Organismes de placement collectif en valeurs mobilières, ndlr.] qui leur sont dédiées".

Il ajoute: "Leur va-et-vient est normal, c’est pour externaliser les plus-values latentes des actions détenues. Comptablement, on ne peut constater la plus-value latente dans les avoirs du fonds qu’en réalisant une vente".

En gros, la période de fin d’année reste à prendre avec précaution: La reprise de confiance des investisseurs, grâce à la volonté collective de redonner du souffle à la place casablancaise est bien présente. Mais Il est toutefois sûr que les opérations de window-dressing ont favorisé, à un certain degré, la montée en flèche du MASI. Ce n’est que début 2017 que l’on verra si l’essor se poursuit sans rallye boursier et si la confiance des investisseurs perdure.

lire aussi
  • | Le 26/1/2023 à 16:21

    Sociétés de placement immobilier : des rendements résilients attendus cette année

    Le secteur des Sociétés de placement immobilier a bien résisté à la baisse du marché l’an dernier, principalement porté par Immorente Invest et Aradei Capital. Cette année encore, Immorente devrait assurer un bon rendement à ses actionnaires, malgré le climat économique dégradé.
  • | Le 25/1/2023 à 16:43

    Avec sa capacité à générer du cash et ses bonnes performances, HPS est à un bon point d’entrée (Alpha Mena)

    Le groupe HPS va profiter de l’essor de l’industrie des paiements électroniques, avec des résultats 2022 anticipés comme record. Le titre représente actuellement un bon point d’entrée pour les investisseurs, selon la société de recherche Alpha Mena.
  • | Le 24/1/2023 à 14:44

    La Bourse de Casablanca lance un nouvel indice regroupant les petites et moyennes capitalisations

    Un nouvel indice mettant en avant les mid cap et small cap a été lancé par la Bourse de Casablanca ce mardi 24 janvier, dans le but de renforcer la liquidité du secteur et d’accompagner le lancement du marché alternatif. Une harmonisation des noms des indices a également été opérée sous la signature Masi.
  • | Le 17/1/2023 à 16:06

    Auto Hall devrait bénéficier de plusieurs effets de bases favorables cette année

    Malgré la mauvaise conjoncture économique qui se profile, Auto Hall bénéficiera d'un bon effet de base grâce aux élargissements de son portefeuille, effectués en 2022. Les marques FCA-Stellantis ainsi que Maserati seront distribuées sur une année pleine. Le groupe pourra également compter sur la bonne contribution du marché de l'occasion avec sa plateforme Autocaz.
  • | Le 14/1/2023 à 9:26

    Label’Vie : une croissance présente bien qu'amoindrie est attendue en 2023

    Cette année, le groupe devrait toujours afficher de la croissance, malgré un contexte économique peu favorable. Une baisse des volumes de ventes est possible du fait d'un éventuel recul de la consommation engendré par la perte de pouvoir d’achat des ménages. Les charges financières devraient s’alourdir, mais seront compensées par les remontées des dividendes d’Aradei et de l’OPCI Terramis.
  • | Le 11/1/2023 à 15:13

    Aradei Capital : hausses du chiffre d’affaires et du périmètre attendues en 2023

    La foncière bénéficiera d’un bon effet de base et d’un agrandissement de son périmètre en 2023. Cela impliquera une amélioration de ses revenus cette année et donc un dividende plus conséquent.