χ

Maroc-UA. Mme Zuma: La demande marocaine a reçu le minimum requis

La présidente sortante de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma annonce toutefois que le Royaume ne sera notifié qu'“à l’issue du sommet“. Une manière de l’empêcher de siéger dès cette conférence. Mais le sommet est souverain et toutes les hypothèses sont ouvertes. Round up.    

Maroc-UA. Mme Zuma: La demande marocaine a reçu le minimum requis

Le 28 janvier 2017 à 15h54

Modifié 11 avril 2021 à 2h39

La présidente sortante de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma annonce toutefois que le Royaume ne sera notifié qu'“à l’issue du sommet“. Une manière de l’empêcher de siéger dès cette conférence. Mais le sommet est souverain et toutes les hypothèses sont ouvertes. Round up.    

L’avion du Roi Mohammed VI a atterri à Addis Abeba au milieu de la nuit du vendredi au samedi 27/28 janvier. Le sommet de l’Union africaine (UA) s’ouvre ce lundi 30 janvier pour deux jours, dans la capitale éthiopienne.

L’implication du Roi est l’atout principal du Maroc dans cette bataille diplomatique où le Royaume a déjà marqué de nombreux points.

Le programme. Les délégations de chefs d’Etat et de gouvernement commencent à arriver en Ethiopie depuis vendredi soir. Les deux jours, samedi et dimanche, seront consacrés à des rencontres bilatérales et des consultations informelles pré-sommet entre chefs de délégations.

Il est évident que le Roi Mohammed VI mènera des contacts avec ses homologues en prévision du sommet.

Le Maroc veut siéger dès ce sommet. La ratification préalable de l’Acte constitutif de l’UA par le Maroc, dont les instruments ont été déposés lundi 23 janvier par le Royaume, signifie que notre pays veut siéger dès ce sommet. Plutôt que d’attendre que l’adhésion soit prononcée par le sommet, puis d’entamer la ratification, et siéger six mois plus tard au sommet du mois de juillet.

Les adversaires ont admis l’inéluctable. Le ton et le discours des adversaires du Maroc a changé. Ils admettent désormais l’entrée du Maroc mais continuent à essayer de la retarder.

Nkosazana Dlamini-Zuma, qui est la présidente sortante de l’exécutif de l’UA (Commission africaine) fait manifestement tout ce qu’elle peut pour que le Maroc ne siège pas dès ce sommet.

En recevant jeudi 26 janvier, une délégation marocaine conduite par le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar et comprenant Yassine Mansouri, DG de la DGED (renseignements extérieurs), Mme Dlamini-Zuma a confirmé que “la demande marocaine a reçu le minimum de voix requis“. De ce fait, elle a été inscrite à l’ordre du jour du sommet. L’expression “minimum requis“ figure dans la version officielle, en anglais. Dans la version française, on évoque “le nombre de voix requis“.

Le communiqué [version française] de la Commission africaine, publié ce samedi 28 janvier, indique toutefois que “la décision [du sommet] sera communiquée officiellement au Royaume du Maroc, à l’issue du sommet prévu pour le 30-31 janvier 2017“.

La méthode marocaine. Le Maroc a préparé ce retour de longue date. La politique africaine, inaugurée par le Roi dès l’an 2000, a été une œuvre patiente. Depuis trois ans, le Maroc et au plus haut niveau avait commencé à préparer d’une manière précise, pratique, concrète, ce retour.

Ce retour est donc l’aboutissement d’un travail de longue haleine. Malgré cela, il est immédiatement précédé, comme le fait toujours le Maroc pour les dossiers importants, d’une nouvelle offensive diplomatique. C’est ce qui s’est passé au cours des deux dernières semaines, et c’est ce qui se passe avec la présence du Roi dans la capitale éthiopienne.

La présence du Roi signifie une seule chose: que le Maroc est convaincu que les choses se dérouleront très bien.

Le déroulé, grande inconnue. Ici, nous sommes au-devant d’hypothèses. Les voici, pour vous permettre de  suivre et d’apprécier chaque événement:

-une analogie d’abord: en 2011, le Soudan du Sud a adhéré à l’UA. C’est le sommet qui a prononcé cette adhésion. Ce nouvel Etat membre a été immédiatement invité à rejoindre son siège, pendant le sommet, et les procédures de ratification ont eu lieu ultérieurement.

-Mme Dlamini-Zuma souhaite clairement retarder l’implication du Maroc dans l’UA. Mais le sommet est souverain. Il appartiendra aux chefs d’Etat et de gouvernement de décider. La présidente sortante aimerait tenir le Maroc à distance et lui communiquer la décision finale à l’issue du sommet.  Mais si les chefs de délégations le décident, le Maroc pourrait être appelé à siéger immédiatement.

-Dans ce dernier cas, on peut penser que le Roi prononcera un discours.

Vote, consensus, acclamations? La manière dont l’adhésion du Maroc sera prononcée sera significative. Nous y reviendrons lundi soir, le jour probable durant lequel cette adhésion sera prononcée.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Centrale Danone : annonce légale

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Point de presse suite au Conseil de gouvernement du jeudi 26 mai 2022