χ

L’irrésistible marocanisation de Sebta et Melillia (rapport)

Un rapport officiel espagnol s’alarme de l’évolution démographique, politique et économique de Sebta et de Mélillia.

L’irrésistible marocanisation de Sebta et Melillia (rapport)

Le 11 décembre 2014 à 9h12

Modifié 11 avril 2021 à 2h36

Un rapport officiel espagnol s’alarme de l’évolution démographique, politique et économique de Sebta et de Mélillia.

Le rapport intitulé «L’Espagne regarde vers le Sud» a été présenté à Madrid mardi 9 décembre en présence du ministre espagnol de la Défense Pedro Morenés.

Réalisée par les chercheurs de l’Institut royal Elcano, cette étude souligne qu’ «avec l’actuelle évolution démographique, Mélillia sera très bientôt, si elle ne l’est pas déjà, une ville principalement berbère et arabe, et Sebta suivra sur ses pas».

Le rapport de 180 pages s’intéresse aux intérêts espagnols au sud de la Méditerranée et en Afrique. 10 pages sont exclusivement consacrées à la situation et au futur des deux enclaves.

Si en 1986, année des premières études démographiques officielles menées à Sebta et à Mélillia, 18% de la population de Sebta (12.000 personnes) et 32% de celle de Mélillia (17.000) étaient d’origine marocaine, ces chiffres dépassent les 35% à Sebta (sur moins de 100.000 habitants) et les 45% à Mélillia aujourd’hui (sur moins de 85.000).

Une démographie qui modifie les équilibres …

Depuis 1986, la population de Sebta a cru de 29%, celle de Mélillia de 60% pour une moyenne espagnole de +22%. La majorité de cet accroissement démographique vient des familles d’origine marocaine avec d’un côté l’importance prise par les mariages mixtes entre Espagnols d’origine marocaine et des Marocains, et de l’autre côté et plus récemment l’arrivée sur Sebta et de Mélillia de nombreux Marocains résidents en Espagne.

Ils se rapprochent du Maroc tout en gardant les prestations sociales espagnoles et se lancent dans le commerce frontalier.

A Mélillia ce mercredi, la presse locale ne se trompe pas beaucoup en titrant: «La marocanisation de Mélillia sortira les partis nationaux du gouvernement ».  A Sebta, El Faro souligne «l’évolution de la population, source de conflit social et politique».

Selon Elcano, cette évolution démographique présente des risques de conflits sociaux. La population musulmane est plus victime de l’échec scolaire et du chômage. Espagnols de souche et ceux d’origine marocaine vivent séparés.

Sur le plan politique, les musulmans de la ville disposent d’une représentation tant à Mélillia qu’à Sebta depuis les élections locales de 1995. A Mélillia, le CpM, Coalition pour Melilla est une force avec laquelle il faut compter et à Sebta l’UDCE, l’Union démocratique pour Sebta, siège au conseil de la ville.

Sur cette dernière ville, pas plus tard que le 2 décembre dernier, un nouveau parti politique musulman, le MDyC, Mouvement pour la dignité et la citoyenneté, a été fondé.

Le rapport note qu’au moment où la population d’origine espagnole a tendance à baisser légèrement avec une partie qualifiée de «population flottante», qui travaille à Sebta et passe ses fins de semaine en Andalousie, celle d’origine musulmane augmente.

… économiques et politiques

Selon les auteurs du rapport, «la croissance démographique de Sebta et de Mélillia constitue une menace pour sa stabilité sociale et politique car elle n’est pas accompagnée d’une croissance économique parallèle».

L’institut Elcano note que l’économie locale est dominée par «le commerce atypique», que les dépôts bancaires à Sebta et Mélillia sont parmi les plus importants du système bancaire espagnol et que les deux enclaves représentent des voies d’exportation du cannabis.

«Les problèmes économiques, démographiques et politiques identifiés à Sebta et à Mélillia, notent les chercheurs d’ElCano ont un caractère structurel (…) ; on peut retarder leurs effets mais pas les éviter».

Souveraineté

Parmi ces effets, figure la question de la souveraineté marocaine sur les enclaves. Ce point forme d’ailleurs l’introduction à la section du rapport sur le futur des deux enclaves. Il y est écrit: «Sebta et Mélillia représentent un problème dans les relations avec le Maroc en raison de ses revendications régulières sur la souveraineté. L’Espagne continue d’avancer les mêmes arguments politiques et juridiques pour sa défense, mais ses arguments économiques et sociaux s’affaiblissent».

Lucide, le rapport souligne qu’«une politique destinée à réduire cette brèche sociale avec plus d’aides à la communauté musulmane peut renforcer l’attraction de la population marocaine vers ces villes, et ainsi, réalimenter le problème».

Le rapport rappelle que Madrid subventionne nombre de secteurs à Sebta et Mélillia: «le transport maritime, l’énergie, les télécommunications, l’eau et une logistique d’approvisionnement compliquée». En outre, Sebta et Mélillia lèvent peu d’impôts. Il s’inquiète également d’un Maroc qui déciderait de ralentir les passages aux frontières ou de fermer les frontières.

 Elcano estime qu’«à court terme, on peut écarter le risque de voir la population d’origine marocaine favoriser dans sa majorité la demande du Maroc sur la souveraineté des enclaves, tant en raison du niveau élevé de prestations sociales qu’elle reçoit de l’Espagne que de son poids politique limité».

 «Mais à plus long terme, souligne Elcano, cette prévision peut évoluer car progressivement le poids politique de ces –jusqu’à présent- minorités va évoluer. De négocier pour obtenir des concessions, leur poids politique déplacera les forces traditionnelles qui pourront renforcer les symboles de leur identité berbère, arabe et musulmane, provoquant une tension centre-périphérie similaire à ce qui existe entre le gouvernement espagnol et plusieurs communautés autonomes».  

A la différence s’inquiète le rapport que «ces marques d’identité sont partagées avec un pays voisin qui de plus exige la souveraineté».

Avec la montée du mouvement de gauche Podemos à Madrid et celle du mouvement indépendantiste à Barcelone, l’évolution politique et démographique de Sebta et de Mélillia vont fortement façonner les relations maroco-espagnoles des prochaines années.


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

BMCI: Communiqué post-Assemblée Générale Ordinaire du 7 juin

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.