χ

Le Maroc, mauvais élève de la démocratie selon un classement international

Le royaume se hisse péniblement à la 97e position du classement de la démocratie réalisé par l’ONG autrichienne Democracy Ranking, qui évalue 115 pays à travers le globe.  

Le Maroc, mauvais élève de la démocratie selon un classement international

Le 30 décembre 2013 à 13h50

Modifié 30 décembre 2013 à 13h50

Le royaume se hisse péniblement à la 97e position du classement de la démocratie réalisé par l’ONG autrichienne Democracy Ranking, qui évalue 115 pays à travers le globe.  

Décidément, les classements internationaux ne réussissent pas au Maroc qui semble faire régulièrement office de cancre. Après l’accablant palmarès de la corruption dans lequel le royaume s’est tristement illustré, c’est désormais en termes de démocratie que le pays pèche sévèrement.

En effet, le récent rapport Democracy Global Ranking 2013, élaboré par l’ONG autrichienne Democracy Ranking, place le Maroc au 97rang sur 115, des pays assurant une démocratie de qualité. Coup dur pour le royaume qui perd cette année deux positions par rapport au précédent tableau réalisé en 2009.

Ce nouveau rapport, qui met en exergue les échecs du Maroc politique, s’appuie sur des données socio-économiques, environnementales ou encore sur l’accès à la santé et l’éducation, mais se fonde également sur les appréciations de divers organismes internationaux.

Freedom House, ONG américaine, fournit ainsi des éléments significatifs sur le classement des libertés politiques, les changements démocratiques au sein du gouvernement, la liberté de la presse et les libertés civiles; le Forum économique mondial renseigne sur l’état des égalités homme/femme alors que Transparency International dépeint la situation de la corruption à travers le globe.

Grâce à ces grilles de lectures chiffrées, l’ONG autrichienne établit son rapport qui fait la part belle aux pays scandinaves. En tête du classement se retrouvent donc la Norvège, la Suède puis la Finlande, qui narguent la République Centrafricaine, la Syrie et enfin le Yémen, bon dernier de ce rapport.

Si le podium étonne peu, le classement Global Democracy Ranking réserve néanmoins quelques surprises. La Tunisie a notamment su tirer son épingle du jeu en 2013.

En dépit des deux précédentes années marquées par des heurts et tensions politiques, ce pays du Maghreb tire la meilleure note de la région MENA. Il se positionne ainsi au 72e rang du classement et réalise une progression de 33 places par rapport à 2009. Une ascension fulgurante pour ce voisin agité par la révolution du Jasmin. Quant à l’Algérie, elle ne figure pas dans le rapport de l’ONG autrichienne pour une raison simple : pour dessiner la trame de la démocratie dans un pays, il est nécessaire de réaliser au préalable des rapports tels que ceux établis par l’ONG américaine, Freedom House. Un pas que l’Algérie refuse de franchir.

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Emission obligataire ordinaire par placement privé de la société CTM

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.