10 membres du Sun Beach demandent une expertise judiciaire du coût des récents travaux

L'expertise judiciaire porte sur des travaux effectués au sein du club des clubs de Casablanca (CCC) dit "Sun Beach", entre 2018 et 2019. 

0-https://medias24.com//photos_articles/big/11-08-2020/justice-0.jpg-oui
10 membres du Sun Beach demandent une expertise judiciaire du coût des récents travaux

Le 25 août 2020 à 10:22

Modifié le 25 août 2020 à 20:29

Suite à des travaux de construction, effectués entre 2018 et 2019, certains membres du club des clubs de Casablanca (CCC) ont décidé de demander des vérifications et des comptes, concernant les coûts desdites constructions (le bloc central du club).

Dans ce sens, une demande d'expertise judiciaire a été déposée au tribunal de première instance de Casablanca par dix membres du club.

"Cette démarche est faite dans l'intérêt de préserver nos acquis et notre sérénité au sein de notre club", lit-on dans un communiqué publié par l'un des membres.

Selon une source proche de la présidence du club, la décision d'effectuer les travaux a été prise en assemblée générale, et la procédure de l'appel d'offres en choisissant le moins-disant a été respectée.

A la suite de cette demande judiciaire, et en application de l'article 31 du règlement intérieur du club "Sun Beach", les dix membres signataires de la demande ont été suspendus, interdits d'accès au club et au chalet d'Oukaïmeden. Et ce, le 11 juillet 2020. C'est ce qu'indique un premier communiqué signé par le président du club Jaâfar Sebti. 

Par la suite, une pétition, signée par plus de 300 membres, a été lancée pour appeler à la levée de cette suspension visant les 10 membres signataires de la demande d'expertise judiciaire.

Pour répondre à cette pétition, Jaâfar Sebti s'est engagé à "présenter cette requête" au comité élu du club.

A noter que, selon l'article 31 du règlement intérieur du CCC, "toute personne qui jugera utile de se pourvoir en justice contre les instances du club, en refusant ipso facto les décisions de ces instances, se verra suspendue d'accès au club ou au chalet de l'Oukaïmeden". Cette suspension prend fin dès la clôture de la procédure judiciaire. 

"Je suis conscient que l'article 31 de notre règlement intérieur peut être sujet à interprétations et je ne doute pas que ces dix membres ont agi dans l'intérêt du club. J'ai malgré tout pris la décision de les suspendre en mon âme et conscience, car je suis absolument contre le fait que des membres puissent contourner les instances de notre club sans jamais les consulter, quelle que soit la bonté de leurs intentions", indique le président du "Sun Beach", dans un second communiqué. 

Dans ce sens, Abderrafih Bennani, signataire de la demande d'expertise judiciaire (donc membre suspendu) a été autorisé à assister aux travaux de la "commission statuts", dont il est membre. Cette commission a pour tâche de se pencher sur les statuts et le règlement intérieur du club, pour une éventuelle révision. 

Cette affaire aura soulevé une grosse polémique et déclenché une guerre fratricide entre les "cécéistes", qui sont dans l'attente de l'expertise ordonnée par le tribunal. 

En effet, le 29 juillet 2020, le juge des référés a ordonné une expertise qui devra être effectuée par Hamou Moussaoui, expert en estimation industrielle et immobilière.

 

10 membres du Sun Beach demandent une expertise judiciaire du coût des récents travaux

Le 25 août 2020 à11:14

Modifié le 25 août 2020 à 20:29

L'expertise judiciaire porte sur des travaux effectués au sein du club des clubs de Casablanca (CCC) dit "Sun Beach", entre 2018 et 2019. 

com_redaction-11

Suite à des travaux de construction, effectués entre 2018 et 2019, certains membres du club des clubs de Casablanca (CCC) ont décidé de demander des vérifications et des comptes, concernant les coûts desdites constructions (le bloc central du club).

Dans ce sens, une demande d'expertise judiciaire a été déposée au tribunal de première instance de Casablanca par dix membres du club.

"Cette démarche est faite dans l'intérêt de préserver nos acquis et notre sérénité au sein de notre club", lit-on dans un communiqué publié par l'un des membres.

Selon une source proche de la présidence du club, la décision d'effectuer les travaux a été prise en assemblée générale, et la procédure de l'appel d'offres en choisissant le moins-disant a été respectée.

A la suite de cette demande judiciaire, et en application de l'article 31 du règlement intérieur du club "Sun Beach", les dix membres signataires de la demande ont été suspendus, interdits d'accès au club et au chalet d'Oukaïmeden. Et ce, le 11 juillet 2020. C'est ce qu'indique un premier communiqué signé par le président du club Jaâfar Sebti. 

Par la suite, une pétition, signée par plus de 300 membres, a été lancée pour appeler à la levée de cette suspension visant les 10 membres signataires de la demande d'expertise judiciaire.

Pour répondre à cette pétition, Jaâfar Sebti s'est engagé à "présenter cette requête" au comité élu du club.

A noter que, selon l'article 31 du règlement intérieur du CCC, "toute personne qui jugera utile de se pourvoir en justice contre les instances du club, en refusant ipso facto les décisions de ces instances, se verra suspendue d'accès au club ou au chalet de l'Oukaïmeden". Cette suspension prend fin dès la clôture de la procédure judiciaire. 

"Je suis conscient que l'article 31 de notre règlement intérieur peut être sujet à interprétations et je ne doute pas que ces dix membres ont agi dans l'intérêt du club. J'ai malgré tout pris la décision de les suspendre en mon âme et conscience, car je suis absolument contre le fait que des membres puissent contourner les instances de notre club sans jamais les consulter, quelle que soit la bonté de leurs intentions", indique le président du "Sun Beach", dans un second communiqué. 

Dans ce sens, Abderrafih Bennani, signataire de la demande d'expertise judiciaire (donc membre suspendu) a été autorisé à assister aux travaux de la "commission statuts", dont il est membre. Cette commission a pour tâche de se pencher sur les statuts et le règlement intérieur du club, pour une éventuelle révision. 

Cette affaire aura soulevé une grosse polémique et déclenché une guerre fratricide entre les "cécéistes", qui sont dans l'attente de l'expertise ordonnée par le tribunal. 

En effet, le 29 juillet 2020, le juge des référés a ordonné une expertise qui devra être effectuée par Hamou Moussaoui, expert en estimation industrielle et immobilière.

 

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communiqué de mise à jour annuelle du dossier d’information relatif au programme d’émission de B.S.F. de Wafabail

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.